Gen F

En rejoignant la communauté, vous recevez un accès exclusif à tous nos articles, pourrez partager votre témoignage et…
Les nullipares ne comptent pas pour des nulles DR Montage Flair Canva

FAUT QU’ON PARLE: réduire les impôts des mères, c’est taxer encore plus les nullipares

Kathleen Wuyard

Si, sur le principe, on peut comprendre les motifs économiques qui poussent Liz Truss, la nouvelle Première ministre britannique, à vouloir grossir les rangs de la population du pays, imaginer une compensation financière pour les femmes qui enfantent n’est qu’une manière supplémentaire de taxer les nullipares.

« Nullipares » étant déjà en soi taxant au possible comme qualificatif, mais passons, on n’est pas là pour jouer sur les mots. Non, dans cette partie de chiffres et de lettres, ce qui nous intéresse, c’est le calcul fait par le gouvernement de Liz Truss, confronté à un manque cruel de main d’oeuvre, pourtant nécessaire à renflouer l’économie du pays. Parmi les mesures envisagées par la première ministre conservatrice, on retrouve notamment l’augmentation de l’immigration, mais aussi l’instauration possible d’une réduction des impôts pour les femmes qui font des enfants. Une mesure inspirée d’un pays qu’il semble surprenant de prendre en exemple.

En effet, ainsi que l’a déclaré Liz Truss au tabloid « The Sun », « nous souffrons actuellement d’une pénurie de main d’oeuvre. Nous devons avoir plus d’enfants, le taux de natalité ne cesse de baisser. Regardez ce qui se fait en Hongrie : il réduisent les impôts des mères qui font plus d’enfants ».

La Hongrie étant, pour rappel, gouvernée par l’ultra-conservateur (et pro-Poutine) Viktor Orbán, épinglé par le Parlement européen pour avoir fait de son pays une « autocratie électorale qui ne peut plus être considérée comme une démocratie à part entière », où sont menacés « la liberté académique, la liberté religieuse, la liberté d’association, l’égalité de traitement, incluant les droits des personnes LGBTIQ, les droits des minorités ainsi que ceux des migrants, demandeurs d’asile ». Drôle d’exemple, donc. Mais au-delà du faux pas et de la comparaison qu’on pourrait penser que la leader d’une démocratie préférerait éviter, sa volonté d’offrir une compensation financière aux mères creuse encore un peu plus le fossé idéologique qui les sépare des nullipares.

Lire aussi: FAUT QU’ON PARLE: Non, Vianney n’est pas un héros parce qu’il donne un biberon

Libérées, mais pas libres pour autant

C’est un fait, depuis plusieurs décennies, la natalité est en baisse, et pas seulement au Royaume-Uni. La faute à une multitude de facteurs qui vont de la dégradation du pouvoir d’achat (les enfants, ça coûte -très- cher) à celle de la planète (les mettre au monde, oui, mais quel monde leur laisser) en passant par l’émancipation féminine, celles-ci n’étant désormais heureusement plus reléguées à la cuisine et aux chambres des petits mais bien, en théorie du moins, appelées à occuper les mêmes postes que leurs homologues masculins. Même si, dans les faits, cette libération n’a pas encore totalement opéré dans les mentalités.

Lire aussi: TÉMOIGNAGE: « Je ne suis pas sûre de vouloir un enfant »

En effet, pour les femmes en âge de procréer qui sont nullipares (ce mot!) par choix, la liberté de ne pas se reproduire et de ne pas être entravées par la responsabilité d’une autre vie à gérer s’accompagne de pas mal de contraintes. Être libre de gérer son temps comme on l’entend, oui, mais passer une bonne partie de celui-ci à devoir justifier ses choix, défendre que non, ce n’est pas parce qu’on n’a pas d’enfants qu’on est un monstre sans coeur façon sorcière de « Hansel & Gretel » et rappeler à celles et ceux qui ne sont que trop contents de l’ignorer que ne pas avoir d’enfants ne signifie pas glander H24 comme un·e ado attardé·e. Être libre de s’affranchir du modèle sociétal établi, certes, mais voir cette liberté sans cesse questionnée, critiquée, doutée: « Non mais tu vas le regretter. Tu ne te rends pas compte du bonheur que ça apporte. C’est fatigant, oui, mais ça change la vie. Vraiment, tu vas le regretter ». Sans oublier le meilleur, « qui prendra soin de toi quand tu seras vieille? », asséné par des gens qui ont eux-mêmes parqués leurs parents en maison de repos et y finiront leurs jours aussi, largués par leurs enfants au milieu de leurs paires nullipares.

Nullipares, pas nulles

Bon, mais si on va tous finir en garderie pour vieilles personnes dans des relents de désinfectant, alors what’s the problem? Le problème, Liz, ou plus réalistiquement, toi qui me lis, c’est que de telles mesures représentent un incroyable retour en arrière, alors même que les mentalités n’ont déjà pas réussi à suivre l’évolution de la société. Cela fait plus d’un demi-siècle que les femmes ont un arsenal de contraception à leur disposition, la possibilité de suivre les mêmes études (et les mêmes voies professionnelles que les hommes) et le choix, tout comme ces messieurs, de prioriser autre chose que la reproduction, et pourtant, on les ramène toujours à ça d’une manière ou d’une autre.

En actant une forme de récompense financière aux mères, le Royaume-Uni ne rejoindrait pas seulement les rangs de pays conservateurs (ni ceux de régimes extrémistes centrés sur la natalité, le régime nazi en tête), il avaliserait la croyance selon laquelle une femme qui ne donne pas la vie vaut moins qu’une autre qui, elle, se reproduit. Un système de valeurs dépassé et dangereux, qui fait peser un lourd poids supplémentaire sur les femmes, déjà pourtant pas épargnées par la charge mentale.

Lire aussi:

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Nos Partenaires