Gen F

En rejoignant la communauté, vous recevez un accès exclusif à tous nos articles, pourrez partager votre témoignage et…
Le Bureau des policières - DR Flair Book Club

FLAIR BOOK CLUB: « Le Bureau des policières » nous offre une nouvelle héroïne

Kathleen Wuyard

Avez-vous déjà entendu parler de l’incroyable Marie Cirile-Spagnuolo, ou bien peut-être des pionnières qui ont rejoint les rangs de la NYPD dès les années 50? Probablement que non, mais par chance, « Le Bureau des policières » vous offre l’opportunité de vous rattraper.

Et comment: son auteur, Edward Conlon, a lui-même porté l’uniforme de la police de New-York, où il a eu le plaisir de côtoyer Marie Cirile-Spagnuolo et de découvrir son incroyable parcours. Une vie faite de ténacité et de résilience à laquelle il rend hommage dans « Le Bureau des policières », nous remplissant d’admiration pour son héroïne et ses consoeurs au passage.

Le résumé

Le Bronx, 1958. Le bureau des policières peine à gagner en crédibilité au sein du NYPD, même lorsqu’il résout des affaires sur lesquelles les hommes se sont cassé les dents. Jeune recrue issue d’une famille d’immigrés italiens catholiques, Marie Carrara essaie de trouver sa place au sein de cet univers sursaturé de testostérone. Elle refuse de se complaire dans des tâches “de femme” et n’aspire qu’à une chose : devenir enquêtrice.

Malgré son innocence et sa timidité naturelles, elle se découvre un don pour s’infiltrer dans les soubassements de la ville et tendre des pièges aux dealers de drogue et autres dépravés qui ne voient en elle qu’une proie facile. Dans le même temps, elle doit s’effacer et se soumettre à la maison : son mari, policier lui aussi, est un pervers narcissique violent et un coureur de jupons invétéré.

En dépit de la brutalité de son métier, du sexisme auquel elle doit faire face chaque jour et d’un mariage qui prend l’eau de toute part, Marie se promet pourtant de réussir au sein du NYPD et de devenir le modèle que mérite sa fille.

Et en 3 mots-clés?

#courage

#ambition

#inspiration

Lire aussi: FLAIR BOOK CLUB: bilan en demi-teinte pour le dernier Sophie Kinsella

Pourquoi on a adoré

« Inspiré par le combat de Marie Cirile-Spagnuolo, une ancienne collègue de l’auteur, Le Bureau des policières est un polar terriblement juste sur les violences professionnelles et domestiques contre lesquelles les femmes, hier comme aujourd’hui, doivent se battre » souligne Actes Sud, qui publie le roman en français. Et on ne peut que donner raison à leur description, à laquelle on ajouterait toutefois que le parcours de Marie Carrara, ainsi que l’a nommée Edward Conlon dans son roman, est incroyablement inspirant.

Pas besoin d’avoir envie de rejoindre les rangs de la police ni d’être en prise avec une relation abusive pour s’identifier à la ténacité de cette femme, dont on admire le courage, la pugnacité et la résilience, qui nous donnent envie à nous aussi de se battre pour ce dont on a envie.

Grâce à son expérience du terrain, Edward Conlon évite les clichés du genre dans son « Bureau des policières », maîtrisant à merveille la trame narrative et le rythme de son roman, dont le fait qu’il soit inspiré d’une histoire vraie le rend encore plus agréable et fascinant à lire.

À qui ça va plaire

Si vous rêvez de faire comme Marie et de vous faire votre place dans un milieu a priori hostile, vous allez forcément dévorer ce récit romancé de son incroyable parcours. C’est aussi le genre de livre à offrir à ce·tte proche dont vous savez que la situation personnelle n’est pas au beau fixe (collègue de l’enfer, +1 insupportable...) pour lui rappeler qu’il est possible (et incroyablement salutaire) de s’en sortir.

Si vous entamez « Le Bureau des policières » en vous attendant à un roman policier classique, vous risquez d’être quelque peu déçu·e, même si de nombreuses enquêtes et filatures émaillent ses pages. Par contre, si vous êtes en quête d’un roman au rythme enlevé, que vous aimez les histoires vraies et que vous raffolez de New-York, vous allez adorer, et votre pote féministe aussi.

« Le Bureau des policières », Edward Conlon, 592 pages, Actes Sud, 24.5€, plus d’infos ici.

Lire aussi: 

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Nos Partenaires