Gen F

En rejoignant la communauté, vous recevez un accès exclusif à tous nos articles, pourrez partager votre témoignage et…
© Full length of young woman shielding eyes while standing by large green coronavirus against white background

Pourquoi les mesures sanitaires impactent plus durement les femmes

Kathleen Wuyard

C’est officiel: les femmes sont plus durement affectées par les mesures sanitaires que les hommes, la faute à un « droit COVID » pensé avec des familles hétérosexuelles en tête selon Anne-Emmanuelle Bourgaux, professeure de droit et constitutionnaliste à l’UMons.


« Il est évident que le confinement prend une dimension beaucoup plus lourde lorsqu’on est soumis aux violences familiales, dont les femmes sont majoritairement victimes« , dénonce Anne-Emmanuelle Bourgaux, qui explique que le droit COVID-19 est « très traditionaliste, pensé pour des familles hétérosexuelles ». Exemple criant: le télétravail, dont « l’impact genré se ressent beaucoup plus fort sur les femmes que sur les hommes », ces dernières « restant en première ligne dans la zone domestique ». Et il n’y a pas que la constitutionnaliste qui dénonce la situation.

Les femmes en première ligne


Selon une enquête menée par Ipsos avec le Boston Consulting Group en France, 34% des femmes se disent « prêtes à craquer » en raison de la crise sanitaire. Relayée par Salomé Kourdouli pour « Le Figaro« , l’enquête révèle également que les femmes sont aussi plus pénalisées que les hommes en télétravail. Elles sont ainsi 1,3 fois moins nombreuses à jouir d’un espace de télétravail isolé, et 1,5 fois plus fréquemment interrompues en travaillant depuis chez elles. Sans véritable surprise, elles sont donc aussi plus nombreuses à déclarer se sentir anxieuses (66% des femmes contre 50% des hommes).

Lire aussi: 

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Nos Partenaires