Gen F

En rejoignant la communauté, vous recevez un accès exclusif à tous nos articles, pourrez partager votre témoignage et…
© 12 ans de prison pour le violeur de l'ULB - Getty Images

12 ans de prison pour le violeur « taximan » de l’ULB

Kathleen Wuyard

L’affaire avait défrayé la chronique lors de sa révélation en novembre dernier: un faux taximan se présentant comme chauffeur de Collecto traquait les jeunes filles vulnérables aux abords de l’ULB pour ensuite les violer. Suite au témoignage courageux d’une d’entre elles, les informations s’étaient multipliées, permettant d’identifier le coupable, qui vient d’être condamné à 12 ans de prison.


Tout avait commencé par le témoignage d’une étudiante sur ULB Confessions. De retour de baptême en novembre dernier, elle avait eu le malheur de croiser Yassine B., qui s’était présenté comme chauffeur de Collecto avant de la kidnapper et de la violer. « Je crois qu’il rode dans le quartier de la Jefke (cim d’ix) et qu’il repère les filles trop soûles qui marchent seules », soulignait sa victime, qui incitait à partager son post en masse pour éviter que d’autres étudiantes ne subissent son calvaire. Trop tard: rapidement, dans les commentaires, d’autres victimes avaient raconté des agressions similaires, le prédateur se faisant tantôt passer pour un Collecto, tantôt pour un employé de la STIB, uniforme à l’appui. Un détail parmi d’autres qui ont permis à la police de le retrouver.

Lire aussi: Kidnappée et violée par un faux Collecto, une étudiante de l’ULB met les filles en garde

Un danger pour la société


Ancien chauffeur de la STIB, âgé de 44 ans, Yassine B. a été interpellé et son procès a débuté à la mi-juin, dès que le déconfinement a permis la reprise des audiences. Accusé de neuf viols, d’attentats à la pudeur et de faits de menace s’étalant de juin 2016 à novembre 2019, Yassine B. avait reconnu avoir abusé des jeunes filles, mais nié toutefois avoir eu pour ce faire recours à la menace. Le ministère public, estimant que le prévenu présentait un danger pour la société, avait requis à son encontre une peine de 10 ans d’emprisonnement ferme assortie de 5 ans de mise à disposition. Au sujet du déni de son client, Me Philippe De Keyser, avocat du violeur en série de l’ULB, avait dit à Bruno Schmitz (RTBF) qu’il était « victime de ses propres oublis », s’opposant à un emprisonnement trop long.

Une peine, même longue, ne servira de toute façon à rien, parce qu’elle ne changera pas la douleur des victimes et que mon client pourra sortir dans quelques années ».


C’est désormais officiel: Belga rapporte que malgré les arguments avancés par Maître De Keyser, son client a écopé de 12 ans de prison et cinq ans de mise à disposition du tribunal de l’application des peines (TAP), le tribunal ayant réitéré qu’il représentait un danger pour la société et souligné qu’il avait agi comme un prédateur sexuel.

Lire aussi: 

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Nos Partenaires