Home Lifestyle Société Ce signe de la main indique qu’une personne est victime de violences

Ce signe de la main indique qu’une personne est victime de violences

Getty

Une vidéo TikTok fait le tour du web pour alerter les internautes sur la signification d’un geste de la main. Il donne le signal que la personne est victime de violences et appelle à l’aide.

Selon les chiffres de l’OMS, 1 femme sur 3 dans le monde a subi des violences physiques ou sexuelles, exercées le plus souvent par leur partenaire intime. Ces violences peuvent prendre différentes formes.

Autrement dit, toutes les femmes risquent d’être touchées par la violence durant leur vie. Une vidéo qui circule sur TikTok montre un signe qui aiderait les personnes victimes à communiquer un appel à l’aide sans parler. Elle a été largement partagée. Connaître ce signe serait une première piste pour venir en aide mais également pour conscientiser sur l’invisibilité des violences.

Comment détecter les violences?

Pendant le confinement, l’asbl Nous Toutes a donné une formation gratuite sur les violences sexistes et sexuelles en la personne de Caroline de Haas. Elle expliquait que le meilleur outil pour détecter les violences, ce n’est pas les yeux ou les oreilles, c’est la bouche: parler avec quelqu’un permet de poser la question. Ça ne semble pas si facile et pourtant; demander « es-tu victime de violences » ne demande qu’à ouvrir la bouche.

Que dire à une femme victime? La violence se manifeste par 6 mécanimes (isolement, dévalorisation, inversion de la culpabilité, menace, peur et assurer son impunité). L’objectif en prenant la parole face à une personne victime est d’inverser ces mécanismes. Ainsi que l’explique Caroline de Haas:

L’isolement: « Je te crois »
Revaloriser: « Tu as bien fait de m’en parler »
Culpabilité: « Tu n’es y pour rien, c’est lui le coupable »
Menace, peur: « La loi l’interdit »
Impunité: « Je peux t’aider ».

View this post on Instagram

?Que dire à une femme victime de violences sexistes ou sexuelles ? 1. Je te crois, pour rompre l’isolement que met en place la personne violente 2. Tu as bien fait de m’en parler, tu es courageuse, pour revaloriser la victime qui est régulièrement dévalorisée par la personne violente. 3. Tu n’y es pour rien, pour remettre la culpabilité au bon endroit. C’est celui qui violente le coupable, jamais la victime 4. La loi l’interdit, pour remettre un cadre collectif et lutter contre la menace et la peur. 5. Je peux t’aider, pour montrer que des solutions existent pour faire reculer l’impunité. (Liste des n° et associations ici : bit.ly/violencesconfinement) ✅ Pour savoir comment accompagner une victime, participez à la dernière formation #NousToutes sur les violences sexuelles, samedi 30 mai, de 16h à 18h30. C’est en ligne et c’est gratuit ! Inscription ici : bit.ly/formation10000 (lien dans la bio)

A post shared by NousToutes (@noustoutesorg) on

Si la personne ne souhaite pas en parler, vous devez respecter son choix pour ne pas la dévaloriser. Votre question enverra un bon signal que vous serez là le jour où elle en aura besoin. Dans quels cas pouvez-vous passer outre son avis?

  • Si quelqu’un est en danger de mort, si une vie est menacée.
  • Si des enfants sont en jeu.

Dans ces deux cas seulement, vous pouvez prévenir quelqu’un (la police ou une association par exemple).

Vous êtes victime de violences ou vous avez été témoin de ces violences? L’Organisation Mondiale de la Santé a rassemblé réponses et services d’aide ici. Vous pouvez également appeler le service d’Ecoute Violences Conjugales au 0800/30.030, ou le Collectif contre les violences familiales au 04/223 45 67. Amnesty rassemble ici les contacts utiles en cas de violences domestiques.

Lire aussi:

Plus qu’une étape pour activer les alertes-infos!

Autorisez les notifications de Flair.be sur votre navigateur.