Home Lifestyle Société 12 ministres belges se réunissent pour lutter contre les violences faites aux...

12 ministres belges se réunissent pour lutter contre les violences faites aux femmes

Le confinement est dangereux pour les victimes de violences conjugales - Getty Images
Le confinement est dangereux pour les victimes de violences conjugales - Getty Images

Après le lancement de la commission pour les Droits des Femmes à l’automne dernier, ce printemps, c’est dans le contexte anxiogène (et doublement dangereux pour les victimes) de pandémie et de confinement que 12 Ministres belges se réunissent pour lutter contre les violences faites aux femmes.

Une problématique qui est plus d’actualité que jamais, car qui dit confinement, dit aussi malheureusement que de nombreuses victimes sont coincées avec leur bourreau. Sans surprise, les violences explosent en cette période, et si on ne dispose pas encore de chiffres pour la Belgique, on sait déjà que chez nos voisins français, les signalements ont augmenté de 32% depuis le début du confinement il y a deux semaines. La Secrétaire d’État chargée de l’Égalité, Marlène Schiappa, a également souligné qu’au moins deux féminicides étaient également déjà à déplorer. Pour éviter d’en arriver au pire, ce jeudi, 12 Ministres vont donc se réunir (par vidéoconférence interposée, pandémie oblige) afin de discuter de pistes de solution.

Lire aussi: Les dangers du confinement pour les victimes de violences conjugales

Confinées avec leurs abuseurs

Dans le panel, Nawal Ben Hamou, présidente de la Conférence Interministérielle « Droits des femmes », la Première Ministre Sophie Wilmès, la Ministre de la Santé Maggie De Block ainsi que Nathalie Muylle et Koen Geens (Ministre de la Justice) pour le fédéral, Christie Morreale pour la Wallonie, Bénédicte Linard et Pierre-Yves Jeholet pour la Fédération Wallonie-Bruxelles, Antonios Antoniadis pour la Communauté germanophone et enfin Zuhal Demir, Bart Somers et Wouter Beke pour représenter la Flandre. Objectif: analyser les actions spécifiques à développer à l’échelle nationale pour protéger les victimes de violences conjugales.

Lorsqu’une victime est confinée avec son abuseur, signaler ces violences peut être très difficile. Nous voulons donc mettre en place des formes d’intervention et un accompagnement spécifique partout en Belgique », rappelle Nawal Ben Hamou.

Et d’ajouter sur son Facebook officiel que « chacun a aussi son rôle à jouer, notamment en signalant des situations où des personnes pourraient être en danger ». Vous êtes victime ou vous connaissez une victime? Sachez que tous les services d’urgence, d’écoute et de soutien restent disponibles pendant la crise sanitaire et accessibles aux numéros renseignés ci-dessous. Sachez également, ainsi que le rappelle une ancienne victime qui a échappé aux griffes d’un pervers narcissique, qu’il est important en cette période de « rester chez soi, mais surtout, de rester en sécurité ».

L'aide aux victimes de violence conjugale se maitient durant l'épidémie de coronavirus

Lire aussi:

Jobs

Plus qu’une étape pour activer les alertes-infos!

Autorisez les notifications de Flair.be sur votre navigateur.