Gen F

En rejoignant la communauté, vous recevez un accès exclusif à tous nos articles, pourrez partager votre témoignage et…

Sharon Stone révèle que le plan culte de « Basic Instinct » a été tourné à son insu

Justine Rossius

Dans ses mémoires, qui sortiront prochainement, Sharon Stone fait des révélations sur le film qui l’a révélée : Basic Instinct. Elle explique que ses parties intimes ont été filmées à son insu.

Prochainement, Sharon Stone publiera ses mémoires baptisées « The Beauty of Living Twice », dont quelques extraits ont été publiés le jeudi 18 mars par Vanity Fair. Dans ces extraits, l’actrice revient notamment sur le film qui l’a révélée à savoir Basic Instinct, sorti en 1992, et plus spécifiquement sur les coulisses de la scène emblématique de l’interrogatoire.

Dans cette scène culte, on voit son personnage — Catherine Tramell — croiser et décroiser les jambes devant les enquêteurs. Un plan dont elle ignorait l’utilisation lors du tournage.  L’actrice explique avoir été très réticente à retirer ses sous-vêtements pour cette scène, mais avoir finalement accepté puisque le réalisateur Paul Verhoeven lui assurait qu’il ne montrerait pas ses parties génitales à l’écran. Sharon Stone aurait alors découvert ce plan très intime lors d’un premier visionnage avec l’équipe du film.

« Après que nous avons filmé ‘Basic Instinct’, j’ai été appelée pour le voir. Pas seulement avec le réalisateur, comme je m’y attendais, mais en présence d’agents et d’avocats dont la plupart étaient totalement étrangers au projet.

C’est dans ces circonstances que j’ai vu ce plan sur mon vagin pour la première fois, bien après que l’on m’ait dit : ‘On ne verra rien mais il faut que tu enlèves ta culotte car le blanc fait un reflet sur la caméra donc on sait que tu portes des sous-vêtements.’ Il y a différentes versions de l’histoire, mais comme il s’agit de mon vagin, les autres points de vue, finalement, on s’en fout. »


 

Sharon Stone reconnaît avoir finalement autorisé la scène car celle-ci était cohérente avec le film et son personnage. « Et parce qu’au final, je l’avais faite » explique-t-elle. Un témoignage — encore un — qui rappelle à quel point le monde du cinéma peut se montrer violent à l’égard des femmes.

 

L’affichage de ce contenu a été bloqué pour respecter vos choix en matière de cookies. En cliquant sur « Voir le contenu », vous acceptez les cookies. Vous pouvez modifier vos choix à tout moment en cliquant sur « Paramètres des cookies » en bas du site.
Voir le contenu

 

D’autres témoignages:


 

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Nos Partenaires