Gen F

En rejoignant la communauté, vous recevez un accès exclusif à tous nos articles, pourrez partager votre témoignage et…
© Getty Images

Pourquoi un clitoris géant va-t-il être érigé à Bruxelles?

Gwendoline Cuvelier Journaliste

Chaque 6 février, la Journée internationale de tolérance zéro à l’égard des mutilations génitales féminines (MGF) est célébrée. Pour sa campagne annuelle de 2022, l’asbl GAMS Belgique dirige les projecteurs sur le clitoris. Et pour ce faire, quelle meilleure façon que d’en ériger un modèle de 5 mètres de haut dans le centre de Bruxelles?

L’objectif de ce clitoris géant est double: présenter cet organe encore trop méconnu pour mettre l’accent sur son importance et rappeler la vision du GAMS Belgique, c’est-à-dire un monde sans mutilations génitales féminines, où l’intégrité physique et sexuelle de toutes est respectée!

Lire aussi: Aux indignés du clitoris géant à Paris: lisez ceci

Que sont les MGF?

L’Organisation mondiale de la santé définit les MGF comme étant toutes les interventions aboutissant à une ablation partielle ou totale des organes génitaux externes de la femme ou toute autre lésion des organes génitaux féminins pratiquée à des fins non thérapeutiques.

Les mutilations génitales féminines sont une violation des droits humains et une forme de violence basée sur le genre pouvant engendrer de nombreuses complications physiques et psychologiques tout au long de la vie. Elles sont pratiquées dans un cadre complexe de normes et de croyances patriarcales, de convictions et de pressions sociales et familiales. Dans le monde, plus de 200 millions de filles et de femmes sont confrontées à des mutilations génitales féminines (UNICEF, 2016). En Belgique, plus de 25 000 filles et femmes sont concernées (IEFH et SPF Santé Publique, 2018).

Les mutilations génitales féminines existent sur tous les continents, mais la majorité des femmes concernées en Belgique est originaire d’Afrique de l’Est et de l’Ouest.

Lire aussi: C’est quoi un « clitoris capuchonné » et qu’est-ce que ça change?

MeetYourClit

Le clitoris est un organe de l’appareil génital féminin qui est plus grand qu’on ne l’imagine: il mesure en effet entre 8 et 12 centimètres. On l’a souvent présenté comme un petit organe externe (sa partie visible correspond au gland du clitoris) alors qu’il est composé d’une partie interne (les piliers et les bulbes qui enjambent le vagin comme un cavalier). C’est un organe érectile qui se gonfle de sang pendant l’excitation comme le pénis. Il joue un rôle clé dans le plaisir sexuel.

C’est cet organe qui est coupé dans les cas de mutilations génitales féminines, communément appelées « excision ». Le clitoris est entouré de mythes, idées reçues, et reste largement méconnu par le public général. Beaucoup de femmes, excisées ou pas, connaissent elles-mêmes très peu leur propre corps. Il est temps que cela change! C’est pourquoi le GAMS Belgique organise une rencontre hors du commun : celle entre les femmes et leur clitoris.

Apprivoiser son corps malgré les idées reçues

Mettre le clitoris à l’honneur, c’est aussi prôner une sexualité positive, consentante et sans tabou. Pour que tout le monde s’y retrouve!

Une raison fréquemment évoquée pour la pratique des MGF est la nécessité de « casser » le désir sexuel de la femme afin de contrôler leur sexualité. Les personnes concernées pensent donc souvent que leur excision les empêchera de trouver le plaisir. Fabienne Richard, directrice du GAMS Belgique et sage-femme référente MGF, n’a de cesse de lever le mythe:

Bien que la définition de l’OMS mentionne l’ablation partielle ou totale du clitoris, le clitoris est un grand organe dont la majeure partie est interne et reste intacte lors de l’excision. Il est important de montrer aux femmes ce qui a été coupé, ce qui est toujours là et la possibilité de ressentir du plaisir dans cette zone du corps après un accompagnement multidisciplinaire. Des femmes non excisées ont aussi des problèmes à atteindre l’orgasme parce qu’elles n’ont pas eu l’occasion de connaître leur corps, de savoir ce qui leur faisait du bien.


Pour celles qui souffrent de conséquences sexuelles, un soutien psychologique, sexologique et/ou médical (seule ou avec le/la partenaire), peut aider à mieux vivre sa sexualité. CeMAViE (Centre d’aide aux victimes de l’excision du CHU Saint-Pierre) un centre multidisciplinaire qui propose la reconstruction du clitoris, évalue avec les patientes si le besoin de reconstruction est réellement là. « Très vite, je me suis rendu compte que les problématiques des femmes excisées rejoignaient beaucoup celles de mes autres patientes. Maintenant, je leur explique que je suis sexologue, et que j’aide toutes les femmes à connaître et apprivoiser leur corps pour trouver le plaisir et s’épanouir. Le blocage psychologie levé, beaucoup ne pensent plus avoir besoin de la reconstruction du clitoris! » constate Cendrine Vanderhoeven, sexologue à CeMAViE.

En pratique

Le clitoris géant sera installé dans le cadre de la campagne MeetYourClit place de la Monnaie, 1000 Bruxelles à partir du 4 février 2022. Plus d’infos sur l’asbl GAMS Belgique sur ce site Internet.

Lire aussi:

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Nos Partenaires