Gen F

En rejoignant la communauté, vous recevez un accès exclusif à tous nos articles, pourrez partager votre témoignage et…
Amour interdit - Getty

TÉMOIGNAGES: 3 amantes se confient sur leur amour interdit

Personne ne veut être la cause d’une rupture, mais parfois, vous franchissez le pas parce que l’amour est plus fort. Laetitia et Lise sont tombées follement amoureuses d’un homme déjà pris, et Nora ne savait même pas qu’elle était « l’autre femme ».

Lise, 31 ans, n’a jamais voulu briser une relation, mais elle est tombée éperdument amoureuse de son collègue Stéphane, 29 ans, qui avait une petite amie depuis des années. Après une liaison estivale, ils ont fini par se choisir l’un l’autre.

Stéphane et moi nous sommes rencontrés au bureau. Au début, notre relation était très superficielle. Au sein du groupe de collègues, c’est peut-être nous qui avions le moins d’atomes crochus.

explique-t-elle. « Mais lorsque j’ai traversé une rupture qui m’a brisé le cœur, j’ai vraiment pu compter sur le soutien de mes collègues et notamment de Stéphane. Au début, on s’organisait pas mal de choses avec les autres jeunes collègues: team building, sortir boire un verre, regarder ensemble la finale de Koh Lanta, etc. C’est lorsque l’un d’eux a organisé une pool party au début de l’été que l’étincelle entre Steph et moi est née. J’étais célibataire, mais Stéphane était dans une relation stable depuis six ans et vivait avec sa petite amie. Ils avaient construit toute une vie ensemble, mais l’attraction entre nous était trop forte... Avant même de le réaliser, nous avions une liaison. Au début, c’était avant tout très physique, mais nous nous sommes vite rendu compte qu’il y avait de nombreux moments où le physique disparaissait et où nous prenions simplement du plaisir à passer du temps ensemble. Stéphane était tellement plus que ça. Il était mon oreille attentive, la personne avec laquelle je pouvais ouvrir mon cœur. Je me sentais bien avec lui. Au début, c’était juste de l’amitié, mais petit à petit, des sentiments amoureux ont commencé à faire surface. Nous avons essayé de nous voir aussi souvent que possible et notre liaison a été révélée avant la fin de l’été.

Lire aussi: UN JOUR, UNE VIE: « Je suis tombée amoureuse de la soeur de mon fiancé »

L’heure du dilemme

« Je n’ai jamais voulu être l’autre femme et Stéphane ne voulait certainement pas être infidèle, confie Lise. Nous n’avons jamais voulu faire de mal à personne. C’est peut-être facile à dire avec le recul, mais j’en pense chaque mot. Je pouvais m’identifier à la situation de sa petite amie: mon ex m’avait quittée parce qu’il était amoureux d’une de mes amies depuis des années. Je sais donc mieux que quiconque à quel point ça fait mal et je n’ai jamais voulu m’immiscer dans une relation, sachant ce que j’ai moi-même vécu et connaissant les dégâts que cela provoque.

C’était un terrible dilemme: d’un côté, vous savez à quel point une liaison n’est pas acceptable, mais de l’autre, ces sentiments sont là et vous ne pouvez pas les faire disparaître. Une fois notre liaison révélée, Stéphane et sa petite amie ont essayé de sauver leur relation. Le fait qu’il l’ait choisie m’a fait l’effet d’une gifle. C’est l’un des aspects les plus difficiles dans le fait d’être ‘l’autre’ femme: vous continuez à espérer qu’il vous choisisse à la fin.

« Bien que folle amoureuse de lui, j’ai essayé de l’oublier et j’ai délibérément gardé mes distances. Leur donner une chance de reprendre là où ils s’étaient arrêtés, c’était le moins que je puisse faire. Mais Stéphane et moi restions collègues, on se croisait souvent. Il est vite devenu évident qu’il ne pouvait pas m’oublier non plus. Il a donc mis fin à sa relation pour nous donner une chance en tant que couple. Je suis tellement heureuse qu’il m’ait choisie. Mais même une fois officiellement ensemble, au début, être sa nouvelle petite amie n’a pas été facile. J’ai senti que tout le monde n’était pas follement enthousiaste autour de nous. Bien sûr, beaucoup de gens connaissaient l’histoire de notre relation, mais certains me voyaient juste comme la maîtresse, comme une mauvaise personne. Pendant
ces premières semaines, je me suis parfois demandé ce que j’étais en train de faire. S’engager dans une histoire où d’autres personnes ont été blessées entraîne généralement des réactions négatives. Cela prend du temps, mais la tempête finit par se dissiper lorsque les gens voient que l’amour est sincère. L’amour entre Stéphane et moi est authentique et devient plus fort chaque jour. Aujourd’hui, nous avons acheté une maison et nous sommes les heureux parents d’une petite fille d’un an. »

Une aventure qui n’en était finalement pas une

Laetitia, 29 ans, mère d’un petit garçon de 4 ans, ne s’est pas rendu compte qu’elle était malheureuse dans son couple jusqu’à ce qu’elle rencontre par hasard Corentin, 35 ans, un homme marié avec un enfant de 3 ans. Leurs sentiments l’un pour l’autre étaient trop forts.

« Jusqu’à l’année dernière, j’étais en couple avec Thomas, avec qui j’ai partagé des hauts et des bas pendant dix ans et avec qui j’ai eu un fils, qui a 4 ans. À l’époque, j’étais convaincue que nous resterions ensemble pour toujours, mais lorsque j’ai rencontré Corentin pour la première fois (un nouveau collègue qui avait commencé dans un autre département) ce fut presque un coup de foudre.

Lire aussi: Une psy explique ce qu’est réellement un coup de foudre

Je ne suis pas du genre à aller voir ailleurs, donc je me suis dit que ce n’était qu’une passade. Au début, on se parlait peu, mais après quelques jours de conversation via Skype, nous ne pouvions plus nous arrêter de discuter et nous avons découvert que nous avions beaucoup de choses en commun.

« Corentin a grandi dans la même région que moi, était en couple depuis douze ans, avait un fils quasi du même âge que le mien. Nous avons vite remarqué que nous avions une connexion spéciale et que nous nous sentions attirés l’un par l’autre, même si nous étions conscients que ce n’était absolument pas permis ou possible... Et que nous n’étions pas ce genre de personnes. On ne s’attendait pas à tomber amoureux l’un de l’autre. Ou du moins, on ne le voulait pas. Au bout d’un moment, nous nous sommes dit qu’il fallait faire attention à ne pas tomber amoureux, mais l’étincelle était là depuis longtemps... Bien que ce soit plus qu’évident, le fait que nous ayons des sentiments l’un pour l’autre n’était pas explicite. Peu de temps après, lorsqu’il m’a annoncé que sa femme attendait leur deuxième enfant, nous avons essayé de prendre nos distances. Avec des enfants et une femme enceinte dans le tableau, il y avait beaucoup trop d’enjeux. Je n’avais jamais eu l’intention de jouer le rôle de la maîtresse. »

Suivre son coeur, une tâche complexe

« Corentin et moi avons rompu le contact à plusieurs reprises. Nous savions pertinemment que nous faisions fausse route. À chaque fois, la prise de distance se passait bien pendant quelques jours, mais il est vite apparu que notre amour l’un pour l’autre était trop fort et que nous ne pouvions plus nous passer l’un de l’autre. Après avoir fait une promenade pour se vider la tête, on a eu notre premier baiser. On aurait aimé que ce ne soit qu’une aventure. Il est difficile de se lancer dans une histoire quand on sait que quelqu’un que l’on a aimé va avoir le cœur brisé. Cela explique pourquoi nous avons essayé plusieurs fois de continuer notre vie l’un sans l’autre. Mais on ne peut pas s’empêcher de tomber amoureux, peu importe à quel point on le veut.

Je n’ai pas consciemment choisi de tomber amoureuse de quelqu’un qui était pris, même si je pense que l’on choisit ce que l’on en fait. Finalement, j’ai quitté mon partenaire et Corentin a fait de même. Nous avons dû nous battre très fort l’un pour l’autre, et nous serrer les coudes pour faire face à toutes les réactions négatives.

« Mais aujourd’hui, nous formons une nouvelle famille recomposée et nous n’avons jamais été aussi heureux. S’il ne s’agissait pas de notre histoire, nous aurions bien sûr notre propre opinion. Il est très facile de juger, jusqu’à ce que cela vous arrive. Nous avons essayé tant de fois de laisser notre raison prendre le dessus, d’abandonner notre amour interdit et d’aller de l’avant avec notre famille, mais au final, suivre son cœur est la seule bonne décision. Le chemin que nous avons parcouru a été difficile. C’est très émouvant, même si je tiens à souligner une nouvelle fois que tomber amoureux de quelqu’un qui est déjà pris n’est absolument pas une situation que l’on choisit consciemment. Je ne suis pas du tout fière d’avoir fait ça et d’avoir blessé nos partenaires mutuels, vraiment. Mais avant de nous rencontrer, ni Corentin ni moi n’avions réalisé que nous étions malheureux dans nos relations précédentes. »

Laisser le bénéfice du doute

Il y a quatre ans, Nora, 31 ans, a eu une relation avec Nicolas, 34 ans, qui était déjà pris, sans qu’elle le sache. Elle a été involontairement poussée dans le rôle de maîtresse.

« Nicolas et moi travaillions tous les deux en tant que freelance, et nous avions été affectés au même projet. Dès le premier jour, nous avons sympathisé, nous nous sommes rapprochés et peu de temps après, nous avons entamé une relation.

Cela faisait longtemps que je n’avais pas été aussi heureuse. Je me sentais bien à ses côtés, mais au bout d’un moment, j’ai senti que quelque chose n’allait pas. Par exemple, on ne se voyait jamais chez lui. J’ai fini par en rire et lui demander s’il vivait toujours avec son ex ou avec sa petite amie, et si c’était la raison pour laquelle je n’étais pas la bienvenue chez lui.

« Ça l’énervait, il me demandait si je pensais vraiment qu’il avait le temps pour cela. Je me sentais bête: il était si souvent avec moi que j’aurais trouvé étrange qu’il ait quelqu’un d’autre. Nous nous voyions sept jours sur sept, et le week-end, il dormait presque toujours chez moi. On passait presque tous nos moments libres ensemble, je n’avais absolument aucune raison de douter de lui. Un jour – alors que Nico et moi étions ensemble depuis environ six mois – j’ai eu besoin de lui de toute urgence. Comme je ne pouvais pas le joindre par téléphone, j’ai décidé d’aller sonner à sa porte. Lorsqu’une femme a ouvert, mon cœur s’est emballé. Je lui ai demandé qui elle était, elle s’est présentée comme étant la petite amie de Nicolas, affirmant qu’ils vivaient ensemble à cette adresse. J’étais sidérée, mais je n’ai pas abordé le sujet tout de suite avec lui. Je voulais lui laisser le bénéfice du doute, c’était probablement un malentendu... La seule chose à laquelle je pouvais penser, c’était que j’avais besoin de lui de toute urgence. Je suis rentrée chez moi avec beaucoup de questions en suspens. Peu de temps après, Nicolas a appelé pour me demander ce que j’avais dit à sa petite amie. C’est la première fois qu’il a admis qu’il était déjà en couple. »

Être l’autre, sans le vouloir

« Auprès de sa copine, Nicolas a nié en bloc et m’a traitée de malade mental. Il a prétendu que j’avais imaginé notre relation et créé ma propre réalité. Ça fait mal, surtout sachant que j’ai des antécédents de dépression. J’étais vraiment blessée, à tel point que j’ai commencé à douter de moi-même. Sa petite amie l’a pris au mot. Même quand je lui ai montré des captures d’écran des SMS que nous avions échangés, elle ne m’a pas crue. J’ai fait aveuglément confiance à Nicolas alors qu’il piétinait mon cœur.

Si j’avais su qu’il avait déjà une petite amie, je ne me serais jamais lancée dans cette histoire, je n’aurais pas pu faire une chose pareille. On ne s’immisce pas dans un couple. C’est mon opinion, mais j’ai été involontairement poussée dans le rôle de la maîtresse.

« J’ai moi-même été trompée à plusieurs reprises dans mes relations précédentes, ça m’a causé beaucoup de chagrin, jamais je n’aurais voulu être cette personne. Je préfère être blessée par la vérité que d’être bercée par un mensonge. Quelques mois après ces événements, il m’a contactée en prétextant qu’il cherchait quelqu’un pour un job. Le projet sur lequel je travaillais touchait à sa fin et je cherchais un nouveau défi, alors j’ai accepté d’aller prendre un verre. Au final, pas un mot n’a été dit sur le projet, mais la conversation a porté sur nous. Il y a une question à laquelle je voulais une réponse: pourquoi il était resté avec elle. Je l’ai posée trois fois,
mais je n’ai obtenu aucune réponse significative, seulement des excuses: « Je suis un connard stupide », « Je ne sais pas » et « J’ai merdé ».

Lire aussi: Le manque de câlins pousserait à l’infidélité

Tout ce que je voulais entendre, c’est qu’il aimait sa petite amie et qu’il ne pouvait pas imaginer la vie sans elle, mais il n’a jamais dit ça. Par la suite, il s’est présenté à ma porte plusieurs fois, mais je n’ai pas envisagé une seule seconde de le reprendre. Je suis bien mieux sans lui. Ce qu’il s’est passé laisse des traces. Je n’ai pas eu de nouvelle relation depuis Nicolas,
mais lorsque j’ai un rendez-vous, je prends presque immédiatement une photo de moi et de mon date. Je suis méfiante avant même qu’il y ait le moindre sentiment. Personne ne me refera un coup pareil. »

Lire aussi:

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Nos Partenaires