Gen F

En rejoignant la communauté, vous recevez un accès exclusif à tous nos articles, pourrez partager votre témoignage et…
© Getty

La Suisse adopte une proposition de loi pour le mariage pour tous

Manon de Meersman

En février, la Suisse approuvait à 63% un référendum interdisant la discrimination basée sur l’orientation sexuelle. Aujourd’hui, les droits LGBT+ prennent un nouveau tournant historique puisque le pays vient d’adopter une proposition de loi concernant principalement le mariage pour tous, mais également la PMA.


À 132 voix contre 52 (et 13 abstentions), les députés du Conseil national, la chambre basse du Parlement suisse, ont adopté l’ouverture du mariage civil aux personnes de même sexe. Dans ce cadre, les parlementaires expliquent avoir choisi de voter pour « le projet le plus progressiste, celui prévoyant l’accès pour les couples lesbiens au don de sperme et la présomption de maternité pour l’épouse de la mère », rapporte le magazine Têtu. Déposée fin 2013 par le groupe Vert’libéral, la proposition doit désormais passer devant les sénateurs avant d’être adoptée.

Une version extensive du mariage pour tous


La surprise est d’autant plus belle que parmi ceux en faveur de la proposition de loi, on retrouve la gauche et les écologistes, mais également l’intégralité des députés du Parti libéral-radical (PLR) ainsi qu’une bonne partie des élus du Parti démocrate-chrétien (PDC). Désormais, la proposition doit être examinée au Conseil des États à la rentrée. « Le score du jour nous donne bon espoir de voir le mariage pour tous dans sa version la plus extensive également triompher auprès des sénateurs. Si ses membres PLR suivent les idéaux de leurs collègues du National, cela devrait passer », rapporte Muriel Waeger la porte-parole du comité Mariage civil pour toutes et tous, au quotidien suisse Le Temps.

Une excellente nouvelle puisque pour le moment, les couples homosexuels peuvent uniquement recourir à un partenariat enregistré (l’équivalent du pacs français), soit une démarche qui ne donne pas les mêmes droits que ceux du mariage civil. « Si, depuis 2018, le partenariat enregistré permet d’adopter des enfants, la procédure est plus longue et risquée que celle permise par le mariage », précise le magazine Têtu. En espérant maintenant que le texte intégrera officiellement les lois suisses et que de cette manière, un pas de plus soit fait en faveur de la communauté LGBTQI+...

 

Lire aussi

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Nos Partenaires