Gen F

En rejoignant la communauté, vous recevez un accès exclusif à tous nos articles, pourrez partager votre témoignage et…
© Universal Pictures

ON A VU : « She Said », le film sur l’enquête qui a révélé l’affaire Weinstein

Ana Michelot
Ana Michelot Journaliste

Si vous avez aimé « Pentagon Papers » ou encore « Spotlight », vous allez être totalement happé·e par « She Said », le long-métrage adapté du livre de Jodi Kantor et Megan Twohey. Les deux journalistes du « New York Times » ont investigué pendant des mois pour révéler les agressions sexuelles et viols commis par Harvey Weinstein.

Très attendu, le film « She Said » relate une histoire vraie dont nous avons tou·te·s été témoins, celle de la révélation au monde entier des atrocités commises par le magnat d’Hollywood Harvey Weinstein sur des dizaines et des dizaines de femmes. Réalisé par Maria Schrader, le film s’appuie sur le livre éponyme écrit par les deux journalistes en charge de cette enquête colossale : Jodi Kantor et Megan Twohey du « New York Times ». Nous avons eu la chance de voir le film en avant-première et voici ce qu’on en a pensé.

Lire aussi :ON A VU: « Simone, le voyage du siècle », l’incroyable film sur Simone Veil

Pendant un peu plus de deux heures, on suit les deux journalistes qui traquent le moindre document, la moindre preuve qui pourrait corroborer les témoignages des femmes qui ont subi des abus de la part de ce puissant producteur. On est emportées avec elles dans l’enquête où elles tentent coûte que coûte de faire éclater la vérité, d’encourager les victimes à parler, à raconter l’horreur pour qu’elle ne se produise plus, où elles doivent faire face à de nombreux obstacles, et même parfois des menaces venues de ceux qui ont tout intérêt à ce que l’affaire reste enfouie. Mais loin d’être irréaliste, le film montre également la difficulté pour ces deux journalistes de mener de front cette investigation de grande ampleur et leurs vies personnelles et familiales. Un choix scénaristique qui permet au public de mesurer à quel point ces deux femmes se sont impliquées dans cette enquête, jusqu’à ce qu’elles puissent enfin la voir publiée.

Le résumé

« Deux journalistes du « New York Times », Megan Twohey et Jodi Kantor, ont mis en lumière de concert un des scandales les plus importants de leur génération. À l’origine du mouvement #Metoo leur investigation a brisé des décennies de silence autour du problème des agressions sexuelles dans le milieu du cinéma hollywoodien, changeant à jamais la société américaine et le monde de la culture. »

L’affichage de ce contenu a été bloqué pour respecter vos choix en matière de cookies. En cliquant sur « Voir le contenu », vous acceptez les cookies. Vous pouvez modifier vos choix à tout moment en cliquant sur « Paramètres des cookies » en bas du site.
Voir le contenu

Pourquoi on a aimé ?

Pour le jeu des actrices Zoe Kazan et Carey Mulligan, qui incarnent avec brio les rôles de Jodi Kantor et Megan Twohey, mais aussi celui des comédiennes qui incarnent les victimes comme Samantha Morton, qui joue Zelda Perkins, ou Jennifer Ehle, qui incarne Laura Madden. On a particulièrement apprécié le rythme du film et sa bande-originale qui nous plonge peu à peu dans l’effervescence de l’enquête, au point que l’on se surprenne à retenir notre souffle à certains moments et à avoir les larmes aux yeux à d’autres. Le film retranscrit à la fois les témoignages bouleversants, mais aussi la peur des victimes de parler publiquement par crainte de représailles. 

On y découvre une problématique qui dépasse les agissements de Weinstein, que l’on ne voit qu’une seule fois dans le film et de dos, ce qu’on a particulièrement apprécié, puisque le sujet du long-métrage reste l’enquête jusqu’à la dernière seconde. On réalise que le véritable fléau est le système malsain qui a permis à cet homme de commettre ces actes pendant des années. De briser des vies, mais aussi les carrières de celles qui osaient parler ou démissionner, sans jamais devoir en assumer les conséquences, en étant protégé, grâce notamment à des contrats d’indemnisation qui réduisaient les victimes au silence contre une compensation financière. 

En regardant « She Said », on a la sensation de vivre les coulisses d’une enquête, qui sans que les journalistes ne le sachent encore, va donner naissance à un mouvement mondial nommé « MeToo ». On prend conscience du courage qu’il a fallu aux premières femmes qui ont parlé et qui ont accepté d’être citées dans cet article qui, un mois après sa publication, poussera 82 autres femmes à témoigner à leur tour. Vous l’avez compris, il ne vous reste qu’à vous précipiter au cinéma dès le 23 novembre. 

Lire aussi :

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Nos Partenaires