Gen F

En rejoignant la communauté, vous recevez un accès exclusif à tous nos articles, pourrez partager votre témoignage et…

FLAIR BOOK CLUB : « Le jour où je suis devenue escort 2.0 », une enquête pas comme les autres

Ana Michelot
Ana Michelot Journaliste

Entièrement basé sur des faits réels, « Le jour où je suis devenue escort 2.0 » est le récit d’une infiltration journalistique dans un milieu que l’on ne connaît que très peu : celui des travailleuses du sexe. En effet, la journaliste Soisic Belin est devenue escort pendant un an, elle raconte son immersion.

Journaliste française engagée et fièrement féministe, Soisic Belin est chroniqueuse à Sud Radio où elle aborde la sexualité sans tabou, tout en contribuant à de nombreux titres de presse comme Vice, Grazia ou encore Causette. Jusque-là rien d’extraordinaire me diriez-vous ? Mais un jour elle décide de s’intéresser au milieu de la prostitution, en particulier le monde de l’escorting où tout se passe en ligne jusqu’à la rencontre avec le client. Spécialiste du gonzo journalisme où l’on teste soi-même des choses afin d’en parler au mieux, Soisic Belin se dit à elle-même : « On ne peut pas parler correctement de quelque chose sans l’avoir soi-même vécu. » Commence alors un an d’immersion en tant qu’escort.

Le résumé

« Quel est le quotidien d’une prostituée en 2021 ? Bien loin des trottoirs sombres et des camionnettes glauques, la journaliste Soisic Belin raconte comment Internet a transformé le plus vieux métier du monde à l’ère du tout numérique. Durant un an, elle a fait le choix d’infiltrer ce milieu afin de savoir s’il était possible de louer son corps sans vendre son âme. Le résultat de cette immersion totale est sidérant. De l’inscription à ses premiers rendez-vous, on découvre pour la première fois la vie déroutante d’une escort girl. Avec force et détails, Soisic Belin raconte tout. Des demandes incongrues aux fantasmes inassouvis en passant par la brutalité et le désert affectif de l’homme moderne, cette enquête nous plonge au cœur de la prostitution ordinaire et nous interroge sur cette marchandisation des corps encore taboue. »

Lire aussi : Flair Book Club: « Le Secret », l’enquête bouleversante signée Amours Solitaires

Et en 3 mots-clés ?

#enquête

#escort

#société

Pourquoi on a adoré

Habituée des récits de journalistes en infiltration, je m’attendais à être surprise par cette lecture, à découvrir des aspects inconnus de cette profession si controversée, mais le témoignage de Soisic Belin est une vraie claque. On y lit une réalité qui en dit beaucoup sur notre société, sur la solitude de certaines personnes et les vices cachés que d’autres enfouissent en eux. Loin d’être une ode à la prostitution, l’ouvrage brise le mythe de la prostituée. « Les prostituées travaillent, elles ne sont pas là pour prendre leur pied même si cela peut arriver, même s’il est possible de se laisser aller et d’estimer le client comme un plan cul. Moi, je considérais mes séances comme un travail avec un temps préétabli, des pratiques actées, un rôle à jouer », écrit Soisic Belin. Si l’ouvrage aborde le travail du sexe en tant qu’activité choisie par la personne qui l’exerce, il laisse également voir les dangers qu’elle comporte à travers les mauvaises expériences et les traumatismes vécus par la journaliste. On y suit les fantasmes en tout genre des clients, ceux qui adorent les messages, mais n’oseront jamais venir au rendez-vous, les couples qui veulent inclure une nouvelle personne le temps d’une nuit, les hommes qui tombent presque amoureux, ceux qui ne sont là que pour parler comme une thérapie, sans oublier ceux pour qui le consentement est une notion abstraite lorsqu’ils sont avec une travailleuse du sexe. Soisic Belin le rappelle : « Il en faut de l’audace pour assumer ce métier, il en faut du courage pour réclamer haut et fort des droits et une véritable protection, sans être systématiquement cataloguée comme une proie facile et naïve. »

À qui ça va plaire

À celleux qui comme moi aiment les récits d’infiltration journalistiques, les enquêtes dans des milieux encore secrets ou tabous. À tous.tes les féministes qui veulent en apprendre plus sur les travailleurs et travailleuses du sexe et sur la réalité de la profession d’escort qui est parfois floue. Mais surtout à toutes celles et tous ceux qui ont aimé le livre « La Maison » d’Emma Becker, qui avait elle aussi infiltré le monde de la prostitution, en travaillant dans une maison close à Berlin.

« Le jour où je suis devenue escort 2.0 », Soisic Belin, éditions Albin Michel, 17,90 €, 208 pages. Plus d’infos ici.

À lire aussi :

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Nos Partenaires