Gen F

En rejoignant la communauté, vous recevez un accès exclusif à tous nos articles, pourrez partager votre témoignage et…
© Magistrats - Getty

Une loi oblige les magistrats à suivre une formation sur les violences sexuelles

Laurane

Une nouvelle loi vient d’entrer en vigueur en Belgique, qui oblige désormais les magistrats à suivre une formation sur les violences sexuelles et intrafamiliales auprès de l’Institut de formation judiciaire.


La lutte contre le viol et les violences sexuelles en Belgique continue et est toujours plus que nécessaire. Raison pour laquelle Amnesty International et SOS Viol se réjouissent de l’entrée en vigueur d’une loi rendant obligatoire pour les magistrat·e·s le suivi d’une formation de base ou d’une formation approfondie en matière de violences sexuelles et intrafamiliales auprès de l’Institut de formation judiciaire. « Cette nouvelle loi est un pas important et positif dans la bonne direction, qui répond à l’une de nos principales préoccupations en matière de lutte contre le viol et les violences sexuelles en Belgique : les nombreuses lacunes dans la formation des acteur·rice·s de première ligne, notamment dans le secteur judiciaire », expliquent les organisations.

Porter plainte, un frein pour les victimes


En mars dernier, un sondage d’Amnesty International et de SOS Viol réalisé par l’institut Dedicated a révélé la persistance des violences sexuelles en Belgique. À cette occasion, plus de deux tiers des répondant·e·s ont estimé que le fait que l’accueil de la police ne soit pas optimal peut « certainement » ou « probablement » constituer un frein pour les victimes. D’ailleurs, seules 14% des femmes de ce même sondage se considèrent satisfaites par la démarche de la plainte.

En Belgique, 53% des affaires de viols sont classées sans suite.


Vous êtes victime de viol? Sachez que des Centres de Prise en Charge des Victimes de Violences Sexuelles existent au sein des CHU de Liège et de Bruxelles et offrent soins médicaux, soutien et suivi psychologique ainsi que la possibilité de déposer plainte auprès d’un policier spécialement formé. Divers services d’aide aux victimes sont également mis en place en Wallonie et à Bruxelles et l’asbl Brise le Silence est particulièrement active en ce qui concerne la libération de la parole de victimes de violences sexuelles, psychologiques et conjugales.

Lire aussi:


 

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Nos Partenaires