Gen F

En rejoignant la communauté, vous recevez un accès exclusif à tous nos articles, pourrez partager votre témoignage et…
© PARIS, FRANCE - MAY 8, 2017: Gargoyle on Notre Dame de Paris Cathedral with view of Paris. France.; Shutterstock ID 1063124378; Purchase Order: -

FAUT QU’ON PARLE: quand les riches financent Notre Dame et ignorent Les Misérables

Kathleen Wuyard

Quelques heures, c’est tout ce qu’il aura fallu pour récolter 700 millions d’euros de promesses de dons de la part des plus riches familles françaises après l’incendie de Notre Dame. Si sa destruction partielle par les flammes est une tragédie culturelle, et que la générosité des donateurs les honore, difficile toutefois de ne pas se dire que leur argent aurait pu être mieux utilisé.


200 millions d’euros de la part de la famille Arnault, détentrice du groupe LVMH et de son portefeuille éblouissant de marques de luxe allant de Dior à Vuitton en passant par Fendi. 100 millions d’euros de la part de la famille Pinault, à la tête du groupe Kering, qui détient des marques telles que Gucci, Saint Laurent et McQueen. Deux fois 100 millions de la part des Bettencourt, qui ont promis un don via L’Oréal, qu’ils possèdent, et un autre par le biais de leur fondation. 100 millions aussi pour Total. En quelques heures seulement, une marée de promesses de dons s’est abattue sur la toiture calcinée de Notre Dame de Paris. Pensez-donc, un monument indissociable de l’Histoire française, inscrit au patrimoine de l’humanité qui plus est, on ne pouvait pas le laisser dans cet état-là! Laisser partir en fumée un bâtiment tellement chargé d’Histoire aurait en effet été une véritable tragédie, n’en déplaise à ceux qui ne voient là qu’un « tas de briques ». Mais si la générosité des fortunes françaises qui ont volé à la secousse de Notre Dame les honore, d’autant qu’ils sont plus souvent épinglés pour leurs évasions fiscales que pour leurs généreuses donations, difficile de ne pas faire preuve de cynisme face au montant exorbitant promis en quelques heures seulement.

Le pouvoir de changer le monde


700 millions d’euros, c’est énormément d’argent. C’est aussi un tout petit peu plus d’un trentième de ce qu’il faudrait pour éradiquer la faim dans le monde. Selon les Nations Unies, pour y arriver, il faudrait 30 milliards de dollars. À titre indicatif, en 2017, le groupe Kering a enregistré un chiffre d’affaires de 15.5 milliards de dollars, contre 42.63 milliards pour LVMH, 26.94 milliards pour L’Oréal et pas moins de 171 milliards pour Total. Ajoutez toutes ces sommes ensemble, et une fois remise de votre vertige, vous constaterez que 700 millions en est une fraction somme toute vraiment raisonnable, et que rassembler 30 milliards pour mettre fin à la faim dans le monde n’est pas impensable. Ni même les 175 milliards de dollars qui ont été calculés par Sachs comme étant nécessaires pour mettre fin à la pauvreté d’ici à 20 ans. Ou suffisamment d’argent pour trouver un traitement à plusieurs maladies orphelines, lutter efficacement contre le réchauffement climatique, abolir le paludisme… Les causes ne manquent pas, l’argent, bien. Et les familles Arnault, Pinault et al ont choisi de donner le leur à Notre Dame.

Voici le contenu inséré d'un réseau de médias sociaux qui souhaite écrire ou lire des cookies. Vous n'avez pas donné la permission pour cela.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

C’est parfaitement leur droit, après tout. Ce n’est pas parce qu’ils sont riches que quiconque (sauf l’Etat, via les taxes, et encore…) a un droit de regard sur ce qu’ils font de leur argent. Vous n’aimeriez pas, après tout, qu’on vous dise à quelle cause donner vos économies, et nous non plus. Il n’empêche que ces dons dérangent, tant par leur immédiateté que par leurs montants astronomiques. Parce que s’ils ont pu si rapidement promettre autant d’argent, c’est qu’ils avaient les moyens de le faire. Or les jours se suivent, les actualités tragiques se multiplient, et il n’y a pas eu de centaines de millions promis pour mettre fin à la famine au Yémen ou tenter de sauver la barrière de corail, loin de là.

Pierre à l’édifice


Au-delà des dons des plus grandes fortunes françaises à un des plus grands monuments français, si la situation pose problème, c’est parce qu’elle remet en cause notre compas moral à tous. Facile, derrière nos écrans, de critiquer la manière dont Bernard Arnault et François Pinault choisissent de dépenser leur(s montagnes d’) argent. Mais sur 100 détracteurs qui ont dénoncé cette indécence, combien donnent régulièrement temps et/ou argent à des causes « plus justes » qu’un « tas de briques »? À l’heure de l’information constante, et de l’émocratie, tout un chacun est noyé de nouvelles négatives, de drames, de tragédies, tant et si bien qu’il est facile de ressentir un sentiment de découragement, et de ne rien faire, parce qu’à quoi bon, au fond? Alors on n’agit pas, on critique, on ferait tout mieux que les autres, si on gouvernait on mettrait fin au réchauffement climatique, et si on était des milliardaires français, on ne donnerait pas notre argent à Notre Dame mais aux Misérables, qui eux, en ont vraiment besoin. Flash info: que cela vous plaise ou non, Notre Dame sera reconstruite, en grande partie grâce aux dons. Vous ne pourrez pas influencer comment LVMH et Total dépensent leur argent, par contre, vous avez un contrôle total sur le vôtre, alors n’hésiter pas à donner le bon exemple. C’est votre chance d’apporter votre pierre à l’édifice.

Lire aussi:

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Nos Partenaires