Gen F

En rejoignant la communauté, vous recevez un accès exclusif à tous nos articles, pourrez partager votre témoignage et…
© Sean De Burca/Getty Images

Une expérience expose des députés britanniques aux bouffées de chaleur de la ménopause

Ana Michelot
Ana Michelot Journaliste

Plusieurs députés masculins du parlement britannique se sont livrés à une expérience afin de ressentir l’un des principaux symptômes de la ménopause : les bouffées de chaleur. Et ils n’en sont pas ressortis indemnes.

Le 28 juin dernier, plusieurs députés des partis travaillistes et conservateurs se sont essayés à un exercice très spécial, initié par l’une de leurs collègues, Carolyn Harris. Cette dernière les a en effet équipés de gilets qui imitent les bouffées de chaleur ressenties par les personnes ménopausées. Très vite, le groupe d’hommes en costume commence à suer et se plaindre des effets ressentis, avant de vouloir très vite retirer l’équipement.

Wes Streeting, le secrétaire d’Etat à la santé évoque « une chaleur enveloppante », avant d’avouer : « Si les hommes avaient ça, on se plaindrait beaucoup. » Des propos auxquels Carolyn Harris a répondu avec humour : « Bienvenue dans mon monde ! »

A lire aussi : À LA TÉLÉ CE SOIR: « Ménopausées », le documentaire qui brise le tabou de la ménopause

Un atelier pour sensibiliser les hommes aux effets de la ménopause

Le but de cette expérience en immersion est de sensibiliser les hommes, mais également la société toute entière, ainsi que les dirigeants du pays, à cet effet secondaire qui touche un grand nombre de femmes.

« C’était une formidable opportunité de pouvoir faire vivre à mes collègues ce à quoi 51% de la population fait, ou fera face un jour », a déclaré Carolyn Harris sur son compte Twitter.

Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Un véritable fléau au travail

La députée Harris a également tenu à rappeler dans un entretien avec la « BBC » que les entreprises avaient un rôle à jouer afin de permettre aux employées concernées par ce symptôme de travailler sereinement : « Nous avons besoin d’air conditionné, de ventilation, d’air frais, d’eau froide. Ce ne sont pas des choses énormes, mais elles sont suffisantes pour faire la différence entre survivre à la journée et la traverser. » En effet, au Royaume-Uni, une salariée sur dix aurait décidé de mettre fin à son contrat de travail à cause des symptômes de la ménopause, selon un rapport de l’association de lutte contre les inégalités de genre Fawcett Society, paru en mai dernier.

Une pénurie de traitement contre les bouffées de chaleur

La ménopause est un sujet au cœur de l’actualité dans le pays, puisqu’au Royaume-Uni, les femmes ayant recours à un traitement hormonal afin de calmer leurs bouffées de chaleur n’y ont presque plus accès en raison d’une pénurie. Cette expérience visait également à démontrer l’importance de ce traitement pour les femmes ménopausées, en espérant faire réagir les pouvoirs publics face à cette problématique médicale.

A lire aussi :

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Nos Partenaires