Gen F

En rejoignant la communauté, vous recevez un accès exclusif à tous nos articles, pourrez partager votre témoignage et…
It's A Love Story

MARIAGE DE RÊVE: « On a adoré cette abbaye un brin rustique, avec une vraie âme »

Barbara Wesoly

Dans notre rubrique mariage, une lectrice évoque le plus joli jour de sa vie. Aujourd’hui, Charlotte dévoile les coulisses de son mariage, ce moment unique et romantique, du choix de sa robe à l’échange des vœux.

Les amoureux

  • Charlotte et Nicolas, tous deux 31 ans.
  • Etaient ensemble depuis cinq ans lorsqu’ils se sont dit « oui ».
  • Nicolas a fait sa demande en juin 2020. « On est tous les deux très famille, mais je ne pensais pas que Nico ferait sa demande devant… nos deux familles réunies. Il a profité d’un barbecue chez mon grand frère pour inviter sa famille et faire sa demande. Sauf qu’il n’a pas su attendre : à peine ses parents arrivés, il a dégainé la petite boîte, rouge vif, en marmonnant « tu veux devenir ma.. euh.. ma femme ? », hyper stressé ! Je n’ai rien compris à la scène : j’ai fondu en larmes, incapable d’aligner deux mots. Mais quel bonheur, finalement, de pouvoir partager tout ça en direct avec nos proches ! »

Le mariage

« On avait envie de quelque chose de très simple. Notre fils est né en juin 2021, et on avait encore le nez dans les couches et la tête dans les biberons… J’étais très tentée par l’option fiesta dans le jardin avec un petit groupe restreint de proches, mais Nico avait vraiment envie d’une grande et belle fête. Nous n’avons pas fait de cérémonie religieuse, ni laïque, qui ne nous ressemblaient pas vraiment. On ne souhaitait pas non plus faire de différences entre les listes d’invités qui viennent à la commune, au dîner, uniquement à la soirée… Tout le monde passerait la journée avec nous.

On s’est donc tous donné rendez-vous à la Commune d’Uccle, par un beau samedi ensoleillé. Pauline, notre photographe était déjà présente pour prendre des photos très spontanées des invités, puis de la cérémonie, menée par un bourgmestre très en forme et tout en blagues. Ça nous a permis de nous détendre et de profiter du moment !

On a ensuite fait une halte à la maison pour se changer, se ravitailler et octroyer une petite sieste à notre fils. Le temps passait tellement vite, à peine arrivés qu’on repartait, cette fois-ci pour la partie festive, à l’Abbaye de Nizelles. On a commencé par un grand apéro dans le grand jardin du domaine, où les enfants pouvaient jouer au ballon, les adultes trinquer et Pauline mitrailler tous nos proches. Le dîner a ensuite suivi, rythmé par les discours de nos familles et amis. Puis place à la soirée. »

Le lieu

« Nous avons choisi l’Abbaye de Nizelles, dans le Brabant wallon mais toute proche de Bruxelles. Une ancienne abbaye de moines cisterciens qui se situe à quelques mètres de ma maison d’enfance et qui avait donc une vraie valeur émotionnelle. C’est le premier lieu qu’on a visité, et on a tout de suite eu un coup de cœur. Un endroit avec une vraie âme, mais sans le côté too much d’un château, avec cette touche un peu rustique… Avantage non négligeable quand on habite en Belgique : le domaine étant très grand, il permettait d’avoir plusieurs plans B au cas où la pluie s’invitait à la soirée… »

La robe

« Il était complètement inimaginable pour moi de mettre plusieurs milliers d’euros dans une robe que je ne mettrais qu’un jour dans ma vie, aussi symbolique soit-elle… même si j’aurais rêvé d’un essayage avec mes meilleures copines, à siroter du champagne en essayant des robes meringues. Je voulais trouver une option à la fois qualitative et abordable, et puis si ça pouvait être made in Europe, encore mieux ! Pour la commune, j’ai opté pour une combinaison de la marque Septem, fondée par Jessica Troisfontaine, une super créatrice française J’adorais le côté trompe l’œil de la combi, qui ressemble à un ensemble tailleur mais n’est en fait qu’une seule pièce. Je me suis sentie très à l’aise en pantalon pour la première partie de la journée.

Pour la fête, j’ai choisi une sublime robe en crêpe de la créatrice Vanessa Cocchiaro, que j’ai découverte via Instagram. Un modèle aérien, fluide, sans traîne et sans fioriture mais avec un côté romantique et un brin rétro. Pour moins de 500 euros ! Bon, j’ai quand même craqué pour une paire de chaussures en cannage doré signées Souliers Martinez mais que je pourrai remettre. Mes boucles d’oreilles du « soir » sont de la créatrice belge Caroline du Chastel, qui fait des choses vraiment magnifiques. Elles représentent des feuilles de ginkgo, dont la symbolique (longévité, espoir, force de vie) me parle particulièrement. « 

« Nicolas a fait faire un costume sur-mesure chez Café Costume à Ixelles. Il a opté pour un tissu anglais vert assez sobre, mais avec une doublure plutôt délurée, ce qui colle très bien à sa personnalité. Un choix moyennement validé par la mariée, mais ma foi, personne ne l’a vraiment vu ! Pour les chaussures, il en a trouvé de super chez Mr Adam, un vrai bon plan à Bruxelles pour trouver des modèles de qualité à des prix super abordables. »

La préparation

« Pour la coiffure, on a tout les deux fait confiance à l’équipe de Romain des Nouveaux Ateliers à Uccle. Un salon dans lequel on a nos habitudes où l’on passe toujours un bon moment, de quoi nous mettre dans un bon mood avant le grand jour. Pour le maquillage, je me suis préparée tant bien que mal par moi-même. C’est peut-être la seule chose que je changerais après coup. Je l’aurais peut-être délégué à une pro, parce qu’après un an de no make-up édition post-partum, disons que je n’avais plus trop la main… Sinon, rien du tout ! »

La décoration

« Le lieu se suffisant à lui-même, on a préféré rester sobres (et faire des économies) sur la décoration. Impossible toutefois pour nous d’imaginer une fête sans fleurs : nous avons fait appel aux services de Pierre de Villa d’Este, fleuriste à Ixelles, qui a tout de suite mis le doigt sur nos goûts et a imaginé pour nous d’incroyables centres de tables, la décoration des mange-debouts, la boutonnière de Nicolas ainsi que le traditionnel bouquet de la mariée – et sa version mini pour notre demoiselle d’honneur.

Notre témoin Marine a réalisé un superbe plan de table en DIY avec un cadre, de la ficelle et des pinces à linge – qui trône désormais dans son couloir. »

La séance photo

« On a trouvé Pauline de it’s a love story via plusieurs recommandations. Elle a été à la fois super professionnelle de A à Z, mais surtout chaleureuse, elle a su nous mettre à l’aise avec toute sa bienveillance et son grand sourire qui ne la quitte jamais. On n’était à l’origine pas très friands des photos « posées », mais Pauline a eu raison d’insister : quels souvenirs précieux !

Seul bémol : notre fils Oscar n’a pas été du tout coopératif pendant la séance photo, à coups de pleurs et de hurlements… Mais le résultat est hilarant (merci Pauline d’avoir tout gardé) ! »

Le moment le plus émouvant

« Sans aucun doute les discours de nos frères respectifs, qui ont fait pleurer absolument toute la salle. Et niveau surprise, notre fidèle Marine s’était organisée pour soutirer à nos familles et nos amis des dossiers croustillants avec lesquels elle a monté un diaporama qui nous a beaucoup fait rire. »

Le repas

« C’était LE point le plus important pour nous. Bien manger ! En choisissant l’Abbaye de Nizelles, on avait un choix de cinq traiteurs avec lesquels nous pouvions travailler. Nous avons opté pour l’Huitrière & Eole, une maison historique et renommée qui propose des menus sur-mesure et surtout une formule clé-en-main où nous ne devions nous soucier ni de la mise en place, ni de la vaisselle, du rangement… Rien, hormis le choix du repas ! Avec en bonus, une équipe hyper sympa et aux petits soins avec nous et nos invités. »

La première danse

« HORRIBLE ! On n’avait rien préparé à l’avance, ça nous a paru durer une éternité, tout le monde qui nous fixait tourner en rond pendant 5 minutes… fait et plus à faire. »

Photos: Pauline, it’s a love story. @itsalovestory_photography

D’autres jolis jours :

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Nos Partenaires