Gen F

En rejoignant la communauté, vous recevez un accès exclusif à tous nos articles, pourrez partager votre témoignage et…
Allaitement - Getty

Allaitement déroutant: quand le plaisir s’en mêle

Laurane

C’est un sujet tabou dont on parle bien trop peu: il est possible de ressentir une forme de plaisir lors de l’allaitement. Un phénomène qui peut tantôt amuser tantôt provoquer une grande anxiété. Zoom sur ces tétons qui déroutent.

Il n’est pas rare qu’une forme de plaisir fasse éruption pendant l’allaitement. Alors qu’on porte le bébé au sein et que celui-ci se met à tenter une succion, votre cerveau et votre corps s’emballent et viennent alors toutes sortes de pensées qui peuvent être très inconfortables. « N’est-il pas suspect de ressentir des sensations autrefois associées à la sexualité lors de tels moments? » pouvez-vous penser. Pas du tout, et voilà pourquoi.

Orgasme et allaitement: un tabou à lever

De plus en plus de témoignages font état de jouissance, voire d’orgasmes, laissant apparaître des questionnements profonds et du stress. L’effet incongru de la situation a en effet de quoi dérouter. Ressentir une forme « d’excitation » et/ou de plaisir en présence d’un enfant provoque de l’anxiété qui peut aller jusqu’à une phobie d’impulsion, soit la peur d’avoir des comportements incestueux. De nombreuses personnes choisissent alors d’arrêter l’allaitement pour éviter ces pensées parasites, mais peuvent garder une peur profonde qui s’apparente alors à un traumatisme d’y avoir ne fut-ce que pensé.

Sachez toutefois que ce phénomène n’a rien à voir avec le désir sexuel, c’est une question de physiologie et biochimie: « Ça peut, en effet, être déroutant de ressentir du plaisir lors de cette succion. C’est tout simplement une question d’hormones, ce sont elles qui déclenchent ces sensations, et ça n’a rien de sexuel. Si on a eu l’habitude que le ou la partenaire embrasse et/ou tète les seins auparavant, le lien est vite fait. Mais c’est tout simplement parce qu’il s’agit d’une zone érogène et que sa stimulation réveille les mêmes zones neuronales. Toujours est-il que si c’est inconfortable ou anxiogène, on peut choisir de changer de prisme de pensée ou d’arrêter simplement l’allaitement », explique Camille Bataillon, sexologue. Si, lors des moments intimes, vous appréciez les stimulations au niveau des tétons, il est possible que votre corps ait besoin d’un moment d’adaptation pour associer la succion de bébé à un geste nourricier.

Comme décrit par la sexologue, sur le plan biologique, l’allaitement fait partie des actes sexuels liés à la reproduction. Il provoque une montée d’hormones dont l’ocytocine. Une fois émise, celle-ci peut déclencher des contractions utérines, un mécanisme nécessaire notamment après l’accouchement. Contractions qui peuvent s’accompagner d’une nouvelle décharge d’hormones, aussi appelée orgasme dans le cadre de la sexualité. Mais lorsqu’une personne consciente de ces sensations les relie à celles de l’orgasme, il paraît compréhensible de s’en inquiéter, d’autant plus si on n’a pas les clés scientifiques pour comprendre qu’il n’y a rien d’alarmant.

Tout ceci est parfaitement normal, y compris le fait d’avoir des orgasmes en allaitant. Précisons tout de même que ce phénomène ne touche pas la majorité des personnes allaitantes.

Toujours est-il que certaines s’en amusent, d’autres accueillent avec bienveillance leur corps heureux. Mais si cela vous inquiète, n’hésitez pas à en parler à des professionnel·le·s de la santé qui pourront apaiser vos craintes.

Lire aussi:

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Nos Partenaires