Gen F

En rejoignant la communauté, vous recevez un accès exclusif à tous nos articles, pourrez partager votre témoignage et…

BABYSTORY: Céline n’a pas vécu son allaitement comme elle l’aurait voulu

Gwendoline Cuvelier Journaliste


Du désir d’enfant à la maternité, mettre un petit être au monde peut parfois s’apparenter à des montagnes russes. Céline désirait depuis toujours allaiter son enfant mais les pleurs de Finn, qui voulait non stop être au sein, ont fini par complètement l’épuiser. La jeune maman a décidé de passer au biberon et ne regrette pas sa décision.


Céline (22 ans) et Anthony (24 ans) sont devenus les heureux parents d’un petit Finn en mars dernier. « J’ai douté du prénom pendant longtemps » raconte Céline. « Anthony était convaincu de Finn dès le début. Moi, j’hésitais entre Vic, Vince ou Finn. Finalement, je suis ravie du prénom que nous avons choisi, il lui va parfaitement! ».

Le début de l’aventure


« J’ai arrêté de prendre la pilule lorsque nous avons eu envie d’avoir un bébé. Moins d’un mois plus tard, juste avant mon 22ème anniversaire, j’ai fait un test de grossesse: il était positif! Étais-je en train de rêver? Était-il possible que je sois déjà enceinte? Deux jours plus tard, nous sommes partis en voyage en Italie. Je n’ai pas eu le temps d’aller chez la gynéco ou de faire une prise de sang. Pendant les trois semaines suivantes, la seule preuve que j’avais un bébé dans le ventre était ce test positif. »

« À notre retour, nous avons enfin pu entendre le cœur de notre bébé battre à la première échographie. C’était incroyable! C’est à ce moment-là que nous avons réalisé que nous allions devenir maman et papa! Nous n’avions parlé à personne de notre désir d’enfant donc tout le monde s’est montré très surpris lorsque nous avons annoncé la nouvelle. Surtout nos parents, qui allaient devenir pour la première fois grands-parents! »



« Quand j’étais enceinte de 13 semaines, nous avons organisé une gender reveal party avec notre famille. Dès le début, j’avais le présentiment que ça allait être une fille. Quoi qu’il en soit, le sexe nous importait peu. Le principal étant que le bébé soit en bonne santé. Anthony et moi tenions tous les deux dans nos mains des bombes fumigènes. Lui de couleur bleue et moi rose. Nous nous étions mis d’accord pour brouiller les pistes. Tout le monde se demandait si nous allions avoir des jumeaux. On a bien ri! Finalement, on a laissé s’échapper la fumée de la bonne couleur pour annoncer que c’était un petit garçon! ».

Pas d’attentes


« De manière générale, je ne peux pas me plaindre de ma grossesse. J’ai eu des nausées jusqu’à la dix-huitième semaine, mais après, plus rien! À part ça et mon ventre qui grossissait, je n’ai ressenti aucun symptôme particulier. J’aimais bien être enceinte et sentir les petits coups de pied de mon bébé mais nous allons attendre quelques années avant de mettre en route un deuxième enfant. »

« Je suis partie en congé de maternité à 37 semaines de grossesse pour prendre le temps de préparer l’arrivée du bébé. Je ne m’y attendais pas, mais au fur et à mesure que la date de terme approchait, il devenait de plus en plus évident que notre fils ne sortirait pas naturellement. Lorsque la date à laquelle l’accouchement provoqué a été fixée, je me suis sentie rassurée d’avoir ce repère auquel me raccrocher ».

« Je n’étais pas inquiète pour la naissance en elle-même. Je n’avais rien lu sur l’accouchement et les contractions. Je n’avais aucune idée de comment tout allait se passer, ni aucune attente. Je faisais complètement confiance en mon corps. Chaque maman, chaque accouchement et chaque expérience est différente ».

Un shot d’hormones


« L’accouchement a duré 17 heures du début du travail à la naissance de Finn. Il y a eu des moments très douloureux. Je vomissais tout le temps et je me sentais très faible. Quand je suis arrivée à sept centimètres de dilatation, on m’a fait une péridurale. Les heures qui ont suivi, je me suis sentie beaucoup mieux et j’ai même pu dormir un peu. Au moment de la poussée, je me suis découvert une force et une puissance que je ne connaissais pas. C’était génial! J’avais l’impression d’être capable de conquérir le monde. »

« Et puis Finn a poussé son premier cri. Au moment où vous tenez votre bébé dans vos bras, vous oubliez tout. C’est cliché, mais c’est vrai. Quel sentiment incroyable que celui de se rendre compte que ce petit être fragile dépend entièrement de nous et que nous avons la lourde responsabilité de l’élever. La première nuit, je n’ai pas dormi. Je l’ai regardé toute la nuit. J’avais envie de le protéger et j’étais toujours bourrée d’hormones depuis l’accouchement ».

L’allaitement maternel


« Avant d’accoucher, j’étais sûre de vouloir allaiter. Finn a tout de suite compris le fonctionnement et tout se passait bien, mais après trois semaines d’allaitement exclusif, je me suis sentie à bout: je ne dormais pas plus de deux heures d’affilée la nuit et Finn pleurait beaucoup. Il voulait non stop rester au sein. Je ne voulais pas abandonner pour lui mais je pleurais à chaque tétée. C’était pire que mieux. Anthony m’a convaincue de passer au biberon. Je suis tellement contente qu’il m’ait encouragée à faire ce choix. Je voulais donner le « meilleur » à mon bébé, mais au détriment de moi-même ».

« Lorsque nous sommes passés au lait artificiel, Finn est devenu un enfant totalement différent: il dormait, mangeait bien et était de bonne humeur. Je suis contente d’avoir pu l’allaiter pendant quatre semaines, mais avec le recul, je n’ai pas apprécié cette expérience. »

« Ceci n’est bien sûr que mon expérience personnelle. Chaque femme doit pouvoir décider de ce qui est le mieux pour elle et son enfant. Je pense qu’il est important de pouvoir aussi se préserver en tant que maman. Les premiers jours, semaines, et mois avec un nouveau-né sont éprouvants. Je recommande à tout le monde d’oser demander de l’aide en cas de besoin. Il vaut mieux prévenir plutôt que d’attendre de craquer pour guérir ».

« La maternité est une révélation. Finn est un bébé adorable et joyeux. Nous avons beaucoup de chance qu’il soit aussi facile. L’amour que j’ai pour lui est sans limite. Il avec, avec son papa, ce que j’ai de plus précieux au monde. Je suis tellement fière de lui et de chaque petit progrès qu’il fait ».

Gender reveal party

Gender reveal party

Gender reveal party

 

Le ventre s’arrondit

Le ventre s'arrondit

Le ventre s’arrondit

 

Mon chat sur mon ventre

Mon chat sur mon ventre

Mon chat sur mon ventre

 

Shooting de grossesse

Shooting de grossesse

Shooting de grossesse

 

Mon corps qui change

Mon corps qui change

Mon corps qui change

 

La première photo de Finn

La première photo de Finn

La première photo de Finn

   

Le retour au boulot après 3 mois

Le retour au boulot après 3 mois

Le retour au boulot après 3 mois

 

Photos: Photos personnelles et Phebe Joos




Lire aussi:

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Nos Partenaires