https://api.mijnmagazines.be/packages/navigation/

Gen F

En rejoignant la communauté, vous recevez un accès exclusif à tous nos articles, pourrez partager votre témoignage et…
© Sexualité épanouie - Getty

Les 10 piliers indispensables d’une sexualité épanouie

Laurane Wattecamps

Le sexe peut être aussi fascinant qu’angoissant quand il ne répond pas à nos attentes. Il est toutefois possible que de nombreuses injonctions aient construit votre vision de la sexualité et vous provoquent des remises en question régulières. On fait le point sur 10 piliers importants que tout le monde devrait retenir.


 

La libido n’est pas figée dans le temps


On a tendance à croire que la libido est une chose innée et par conséquent immuable. Enlevez-vous tout de suite cette idée de la tête, c’est faux! La libido est influencée par bon nombre de facteurs et fluctue selon les périodes de la vie. C’est normal de traverser des périodes « dans le creux de la vague ». Ça ne veut pas dire que ça ne changera pas d’ici quelques semaines / mois / années.

L’amour et le sexe, ce n’est pas la même chose


On peut se faire l’amour, se donner de l’amour grâce au sexe, entrer en communion avec un·e partenaire et avoir des rapports sexuels dans le cadre d’une relation amoureuse. C’est vrai. Mais le sexe n’est pas une preuve d’amour pour autant. On peut aimer son/sa partenaire à la folie mais ne pas aimer le sexe par exemple. Et inversement, aussi douloureux soit-il. C’est un pilier qui parlera en particulier aux personnes qui partagent la vie de partenaires à la libido plus basse ou inexistante. On a tendance à penser que l’autre ne nous aime plus ou moins mais bien souvent, il faut dissocier amour et sexualité.

La fréquence idéale, c’est la vôtre


Comment pourrions-nous penser autrement qu’en termes de fréquence quand on a entendu toute notre vie qu’un couple épanoui faisait souvent l’amour? Si la fréquence en tant que telle n’est pas révélatrice d’un quelconque but à atteindre, l’anxiété provoquée par la comparaison peut être dévastatrice. De nombreux couples finissent par avoir des rapports sexuels pour se rassurer et cocher une case sur une to-do list. Et ce sont bien souvent des moments qui sont peu satisfaisants en termes de plaisir.

 

 

Les douleurs sont un signal que quelque chose ne va pas


Lorsque le sexe fait mal, il n’est pas rare de tomber dans un cercle vicieux qui consiste à tenter de dépasser cette douleur, en forçant une pénétration par exemple, et de la nier. La douleur est pourtant un signal que quelque chose ne va pas, soit physiologique, soit psychologique ou les deux. Ignorer une douleur risque de l’empirer.

Lire aussi: Dyspareunies et vestibulodynies, les douleurs de la vulve qui rendent le sexe difficile

La masturbation participe à une sexualité épanouie


Mais elle n’est pas pour autant obligatoire! La masturbation est une forme de self-love qu’on s’offre et qui a de multiples vertus (anti-douleur, anti-stress, auto-érotisme, etc.). Se masturber même quand on est en couple, même quand on a une sexualité épanouie, est tout à fait normal. Néanmoins, ne pas se masturber n’est pas moins normal. En ce qui concerne la sexualité, il n’y a pas de normes! C’est vous qui choisissez ce qui vous correspond le mieux.

Fantasmer permet de construire un imaginaire érotique


Fantasmer sur un·e collègue, une célébrité, un·e ami·e… Tout est possible mais bien souvent, on se l’interdit pour cause de valeurs morales. Pourtant, l’imaginaire érotique est très puissant pour développer sa libido et participer à une sexualité épanouie. Fantasmer, c’est bon pour la santé!

Le consentement est d’application, même en couple depuis longtemps


Ce n’est pas parce que vous considérez l’autre comme « acquis·e » que le consentement disparaît. Il suffit parfois d’un mot ou d’une question pour savoir si l’autre est confortable avec nos envies et suggestions. Le consentement est essentiel. Il induit du respect, de la tolérance, et surtout de la bienveillance qui seront des ingrédients formidables à la sphère relationnelle.

Se protéger n’est pas une option


Qu’il s’agisse des IST ou d’une grossesse indésirée, le sexe entre individus peut être à risque. Afin de se prémunir non seulement de problèmes de santé mais aussi d’une quelconque anxiété, la protection n’est pas une option. Elle se discute au préalable avec les personnes concernées, et dans un monde idéal, les coûts sont partagés.

La communication de ses désirs et non-désirs est primordiale


La communication est essentielle pour une sexualité épanouie. En partageant vos envies, en discutant de ce que vous aimez ou pas, vous parviendrez à mieux comprendre vos désirs mutuels. La bonne nouvelle, c’est que vous n’avez pas forcément besoin de parler pour communiquer vos désirs. Le non-verbal peut faire des miracles.

Lire aussi: SEXE: comment faire comprendre de quoi j’ai envie au lit?

La quête à l’orgasme risque de bouder votre plaisir


On ne parle plus que de lui: l’orgasme, l’apogée du plaisir, l’explosion de jouissance, etc., etc., etc. Le problème de l’orgasme, c’est qu’il est induit par le lâcher-prise. Entendez donc que si vous le cherchez, donc en étant dans le contrôle, vous ne parviendrez pas à profiter de l’instant présent et à vous laisser aller au plaisir. Le sexe, en solo ou à plusieurs, est un moment d’abandon, de jeu, d’exploration. Et si cette définition ne vous parle pas, peut-être que l’un des points ci-dessus n’a pas encore été mis au clair dans votre esprit.

[td_smart_list_end]

Lire aussi:

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Nos Partenaires