Gen F

En rejoignant la communauté, vous recevez un accès exclusif à tous nos articles, pourrez partager votre témoignage et…
© NEW YORK, NEW YORK - AUGUST 13: A person wears a protective face mask outside Le Pain Quotidien as the city continues Phase 4 of re-opening following restrictions imposed to slow the spread of coronavirus on August 13, 2020 in New York City. The fourth phase allows outdoor arts and entertainment, sporting events without fans and media production. (Photo by Noam Galai/Getty Images)

La CEO du Pain Quotidien fustige les « mesures de soutien » du gouvernement

Kathleen Wuyard

Comme beaucoup d’acteurs du secteur de l’Horeca, Annick Van Overstraeten, CEO du Pain Quotidien, a été extrêmement déçue par les dernières mesures gouvernementales. Des « bazookas »? Ainsi qu’elle choisit de l’exprimer avec un zeste d’humour noir, il s’agit plutôt de « pistolets en plastique ».


C’est qu’ainsi que le souligne la CEO du Pain Quotidien, les mesures de ce vendredi ne sont « au final, pas très concrètes. La réouverture du secteur de l’Horeca devrait avoir lieu « au plus tôt » le 1er mai. Et une fois de plus, rien n’a été mentionné à propos des mesures de soutien, même s’il est désormais clair que la crise du Coronavirus va semer la pagaille dans les secteurs de l’Horeca et du commerce de détail. On a également beaucoup parlé des bazookas au cours de l’année dernière. En Belgique, au Pain Quotidien, nous n’avons pas été impressionnés par ces bazookas, qui ressemblaient plus à des pistolets en plastique ». Et ce, alors même que d’autres pays, eux, ont offert une perspective claire aux acteurs du secteur.

Le Royaume-Uni par exemple:  le 12 avril, les terrasses pourront ouvrir, à partir du 17 mai, on pourra à nouveau manger à l’intérieur et le 21 juin, il est prévu de lever les mesures d’éloignement social. Des dates concrètes qui permettent de mettre en place un plan d’action, notamment grâce à une stratégie de vaccination tout aussi claire.

Malheureusement, la Belgique est désespérément à la traîne : selon les statistiques, 32% de la population britannique est entièrement vaccinée, contre 2,88% en Belgique. En ce qui concerne les vaccinations partielles, nous sommes également à la traîne avec 5,38 %. Cela rend la soi-disant « perspective » très vague. »

50% d’aide en plus aux Pays-Bas


Et ce, alors même que c’est tout un secteur qui se meurt, rappelle Annick Van Overstraeten. « Il y a trois mois, nous le disions déjà : dans trois mois, cette situation ne sera plus possible pour le secteur de l’Horeca. En janvier, une enquête de la fédération du secteur Horeca Vlaanderen a déjà montré que 41 % des entrepreneurs du secteur de l’hôtellerie et de la restauration devaient utiliser leurs propres économies pour garder la tête hors de l’eau. 46 % d’entre eux craignent la fin de leur activité dans un délai de deux mois ».

Au final, les « bazookas » sont des pistolets en plastique. Hormis le chômage temporaire et la réduction temporaire de la TVA, il y a très peu, voir pas du tout, de soutien. »


Contrairement à ce qui se fait dans d’autres pays, une situation qu’Annick Van Overstraeten est bien placée pour juger, le Pain Quotidien ayant de nombreuses enseignes internationales. « Dans le cas du Pain Quotidien, une comparaison avec d’autres pays montre que l’aide reçue et/ou promise pour 2021 en Belgique ne couvre que 1,5% des coûts fixes, contre plus de 50,5% aux Pays-Bas ». Avant de poser la question qui ronge le secteur Horeca depuis de longs mois: « Où est donc le soutien du gouvernement ? Je vois des virologues prendre la parole dans les studios de radio, de télévision et dans la presse à longueur de journée, mais où sont les politiciens qui défendent nos intérêts et qui sont à l’écoute de la réalité du terrain ? ».

Lire aussi: 

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Nos Partenaires