Gen F

En rejoignant la communauté, vous recevez un accès exclusif à tous nos articles, pourrez partager votre témoignage et…

5 choses que j’aurais aimé savoir avant de passer au roux

Sarah Mangeleer

Cela fait maintenant 4 mois que j’ai dit adieu à mon blond pour un roux flamboyant. Si je suis ravie d’avoir sauté le pas (capillairement parlant), il y a quand même certaines choses que j’aurais aimé savoir avant de changer de tête. Voici 5 conseils à prendre en compte au cas où vous songeriez à franchir le cap.

Lire aussi: Quel make-up choisir quand on est rousse ?

Le roux de mes rêves ne tient pas

Et oui. C’est triste mais c’est la réalité: LA couleur de mes rêves, celle que je montre à ma coiffeuse en me servant d’une photo Pinterest que j’ai passé des mois à choisir, dure 2 semaines à tout casser (je sais, ça fait mal). Le mois et demi qui suit, ma couleur de cheveux perd de son éclat (parce que le roux est une des nuances les plus compliquées à faire durer sur le long terme) et du coup, je passe des semaines avec un roux presque brun cuivré en attendant désespérément le retour de ma coiffeuse. Un détail important à prendre en compte si vous ne voulez pas être déçu.e.s.

C’est (horriblement) cher

Avant cette transformation capillaire, je me rendais chez ma coiffeuse tous les 6 mois, voire 8. Ici, c’est systématiquement tous les 2 mois (parce que les repousses, ça poussent terriblement vite). Du coup, c’est un sacré budget d’entretenir sa couleur (en particulier sachant qu’elle ne dure pas très longtemps) et malheureusement, comme le roux est une couleur délicate à obtenir (et que je ne tiens absolument pas à me retrouver avec une chevelure orange à cause d’une mauvaise manœuvre), impossible de passer par des colorations maison.

Toute ta garde-robe, tu changeras

Je ne m’étais jamais rendu compte de l’impact qu’une couleur de cheveux avait sur les vêtements que l’on porte et pourtant: c’est le cas. Le côté positif? Les couleurs vives et hyper colorées fonctionnent à merveille avec les colorations cuivrées et j’ai pu donner un vrai coup de peps à mon style vestimentaire. (Par contre, fuyez l’orange; à moins de vouloir ressembler à un cône de circulation #vécu).

Dans une nouvelle routine beauté, tu investiras

Exactement comme avec ma garde-robe, j’ai dû changer ma manière de me maquiller (qui n’avait pas bougé en 6 ans). Je me suis retrouvée totalement perdue et j’ai donc fait ce que toute fashionista ferait: je suis partie en expédition shopping. J’ai demandé conseil à des pros et après plusieurs heures, je suis rentrée avec un nouveau blush, deux rouges à lèvres, une palette pour les yeux flambant neuve et même un bronzer. Il faut prévoir un temps d’ajustement et quelques tests pour parvenir à retrouver un maquillage qui fonctionne mais ça en vaut la peine.

Lire aussi: Quel make-up choisir quand on est rousse ?

Non, je ne le regretterai pas

C’était ma plus grande peur, celle qui m’a empêchée de sauter le pas pendant presque 5 ans. Le jour J, j’étais autant excitée qu’inquiète. Et si je détestais? Et si ça ne m’allait absolument pas? Et si je commettais la pire erreur de toute l’histoire de la coiffure (oui j’ai tendance à devenir un chouïa dramatique quand je stresse)? Et bien non. Après 4 mois: je suis toujours aussi fan et je n’ai aucun regret. Si c’est une chose qui vous tient réellement à coeur, n’écoutez pas vos peurs (ou celles de vos proches). Il vaut mieux satisfaire sa curiosité et son instinct que de passer des mois à vous demander « et si? ». Et puis, comme on me l’a répété cent cinquante fois, « ce ne sont que des cheveux » alors autant s’amuser un maximum.

Lire aussi:

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Nos Partenaires