Home Lifestyle Société Le tatoueur des stars Tin-Tin accusé d’agressions sexuelles et séquestration

Le tatoueur des stars Tin-Tin accusé d’agressions sexuelles et séquestration

Virgine Despentes, Julien Doré, JoeyStarr, Jean-Paul Gaultier mais aussi Barbie: de Paris à Hollywood, Tin-Tin était hier encore célébré comme le tatoueur des stars et la star des tatoueurs. Une réputation désormais entachée par des accusations d’agressions sexuelles et de séquestration, entre autres.

À l’origine du dévoilement de l’affaire, Floriane Valdayron, journaliste pour “Les Inrocks”, qui fait état de multiples accusations à l’encontre du tatoueur, qu’il s’agisse de menaces et agression ou bien d’exhibition sexuelle et de séquestration. De son vrai nom Cyril Auville, Tin-Tin est une figure incontournable du monde du tatouage, connu bien au-delà des frontières françaises tant pour sa liste de clients célèbres que pour sa personnalité haute en couleurs, l’homme n’ayant pas sa langue dans sa poche, n’hésitant pas à critiquer les tatouages des célébrités et étant également à l’origine du Mondial du Tatouage. En janvier dernier, face à l’ampleur du mouvement Balance ton tatoueur, qui recueillait remarques racistes, sexistes et homophobes subies par des clients au moment de passer sous l’aiguille, Tin-Tin reconnaissait à “Libération” que “ces abus doivent exister, mais personne ne nous a écrit à ce propos”, se demandant si c’était leur “rôle de faire une charte” définissant les bonnes pratiques pour les tatoueurs.

Voici le contenu inséré d'un réseau de médias sociaux qui souhaite écrire ou lire des cookies. Vous n'avez pas donné la permission pour cela.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

“Particulièrement jeune et con”

Dans un autre entretien, accordé à “Cheek”, il reconnaissait lui-même n’avoir pas toujours été irréprochable, particulièrement à l’époque où, jeune adulte, il fréquentait des skinheads, bien qu’il affirme n’en avoir lui-même jamais été un.

J’en suis pas spécialement fier mais aujourd’hui ma femme est juive, mon beau-fils est arabe, mes employés sont PD ou gouine, et je pense que je suis l’inverse de ce que j’ai pu être. On a tous été jeunes et très cons, moi je l’étais particulièrement”.

Et d’affirmer que cette période était désormais loin derrière lui: “je suis là pour être gentil avec les gens. Je suis père de famille, j’ai des chiens. J’ai vécu, j’ai été jeune, con et violent, et je le suis plus”. Une rédemption remise en question par de multiples accusations à son encontre.

Voici le contenu inséré d'un réseau de médias sociaux qui souhaite écrire ou lire des cookies. Vous n'avez pas donné la permission pour cela.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

“À poil”

Sur Instagram, Bonnie, activiste féministe à l’origine du compte Out_ragée, a publié un post sur “la face cachée de Tin-Tin”, où elle met en exergue le témoignage d’une jeune tatoueur qui aurait été victime de harcèlement de la part de ce dernier alors qu’elle voulait entrer en apprentissage chez lui. La suggestion que ce dernier lui aurait faite quant à la rémunération de son éventuel apprentissage?

Si tu travailles chez moi il y aura sûrement d’autres manières (que de tatouer, ndlr) de payer les factures”.

Il lui aurait également affirmé sans équivoque que “pour les prendre, on les prend les apprenties”, une cliente de 18 ans seulement affirmant pour sa part que lors de son rendez-vous pour un tatouage sous le nombril, il lui aurait intimé de se mettre “à poil”, ajoutant que “si tu ne veux pas me montrer ta chatte, je ne vais pas te tatouer”.

Tin-Tin et le secret de polichinelle

Des témoignages dont Bonnie affirme qu’ils n’étaient qu’un secret de polichinelle dans le petit milieu du tatouage parisien: “le tout petit milieu du tatouage sait depuis très longtemps que cet homme est problématique à de nombreux niveaux.
Mais entant que tatoueur et « amis » des stars, il a pu excercer en toute impunité pendant des décennies sans être inquiété le moins du monde”. Une accusation que semblent corroborer les commentaires laissés sous son post. Une commentatrice raconte ainsi comment, lorsqu’elle avait 20 ans, ” j’me faisais tatouer les côtes, j’étais donc à demie nue. C’est une des tatoueuses qui s’occupait de moi mais il est entré sans prévenir, ni demander si cela me dérangeait”.

Il est resté quelques minutes à observer « le travail » de celle qui s’occupait de moi… j’ai eu droit à plusieurs très longues minutes de matage lubrique et de remarques du genre « mmh c’est bien mignon tout ça.. et je parle pas de ton oiseau hein (= mon tatoo) ah ça ! Avec quelques années de moins j’en ferai bien mon 4 heures”.

Et un autre de se réjouir: “Enfin ! Ça fait des années que tout le monde sait pour ce mec et personne n’en parle. Pas pour rien qu’il avait qualifié le mouvement balance ton tatoueur d’inutile”.

Voici le contenu inséré d'un réseau de médias sociaux qui souhaite écrire ou lire des cookies. Vous n'avez pas donné la permission pour cela.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Voici le contenu inséré d'un réseau de médias sociaux qui souhaite écrire ou lire des cookies. Vous n'avez pas donné la permission pour cela.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Sur Twitter aussi, les internautes affirment que les comportements dont Tin-Tin est accusé étaient “connus de tous”, saluant au passage le courage des victimes qui ont osé dénoncé ces agissements. D’autant que s’il faut en croire les témoignages qui se multiplient, ces derniers ne se seraient pas limités à l’univers du tatouage: en commentaire du partage par Balance ton tatoueur de l’article consacré par “Cheek” à Tin-Tin, une jeune femme raconte avoir été “chanteuse dans son groupe de reprises pendant une année, j’étais mineur, je ne me rappelle même plus du nombre de remarques désobligeantes, sexistes et du nombre de fois ou j’ai pu me sentir en insécurité. J’étais jeune, je ne savais pas encore comment réagir alors je me laissais faire. J’ai finis par arrêter et fuir ce groupe”.

À l’heure d’écrire ces lignes, Tin-Tin n’a pas encore réagi aux accusations envers lui, mais gageons que cela ne saurait tarder face au flot d’encre que ces dernières font couler.

Lire aussi: