Home Lifestyle #MeToo n’épargne pas non plus le milieu du tatouage

#MeToo n’épargne pas non plus le milieu du tatouage

On s’en doutait, mais le sexisme n’épargne aucun milieu. Le compte Instagram @payetontattooartist met en lumière le problème du harcèlement dans l’univers du tatouage.

Un petit tour sur le compte Instagram @payetontattooartist suffit à nous donner la nausée. Ce compte, créé par Vonette, une tatoueuse parisienne de 37 ans, offre la parole aux victimes d’abus et/ou de discrimination lors de session de tatouage ou de piercing. Avec plus de 200 à 300 témoignages reçus et une quarantaine publiée sur le compte, @PayeTonTattooArtist, a le mérite de mettre en lumière une problématique qui n’est pas du tout médiatisée.

Mains sur les seins et voyeurs malsains

Et les témoignages sont assez dingues. On découvre ainsi que certains tatoueurs n’hésitent pas à plaquer leur main contre la poitrine de leur cliente, en prétextant « tirer la peau » pour les besoins de leur travail. Ou à y aller de leur petit commentaire sur l’anatomie de leur cliente : « Avec d’aussi petits seins tout fermes, tu dois en chauffer plus d’un » ou « J’ai modifié un peu la taille, c’était trop petit par rapport à la largeur de ton cul. » Des attouchements et des remarques carrément déplacés.

Un monde historiquement masculin

Et le sexisme ne se trouve pas seulement du côté des clientes : les tatoueuses en font aussi les frais, se retrouvant jetées toute crue dans la gueule d’un milieu souffrant d’une forte culture machiste et viriliste. Effectivement, cela fait à peine une dizaine d’années que l’on voit des femmes devenir tatoueuses, et il faudra encore du temps avant d’arriver à une égalité en la matière. Lors de la dernière édition du Mondial du tatouage, on retrouve seulement 55 tatoueuses sur les 420 artistes présents au salon.

À lire aussi:

Jobs

Plus qu’une étape pour activer les alertes-infos!

Autorisez les notifications de Flair.be sur votre navigateur.