Home Lifestyle Société En Afghanistan, la 1e promo d’études en condition féminine fête son diplôme

En Afghanistan, la 1e promo d’études en condition féminine fête son diplôme

MAZAR - NOVEMBER 3: Afghan women in burka from Mazar, Balkh, come to pray November 3, 2009 at the Blue Mosque, in Mazar, northern Afghanistan.; Shutterstock ID 53727424; Projectnummer/WBS-nummer: -; Uitgave/Naam lesmethode: -; Redacteur/Traffic manager: -; Anders: -

Première, ce dimanche, pour l’Afghanistan, toujours très patriarcal : une université a célébré la première promo à avoir obtenu son diplôme en études de la condition féminine. L’université de Kaboul a en effet fait le pari de proposer un cursus sur la condition des femmes, alors qu’elle reste très difficile dans le pays. 

Au programme du cursus : théories féministes, statut des femmes dans les médias et dans la société civile mais aussi différentes façons de résoudre les conflits. Un programme ambitieux échelonné sur deux ans, mené par le Programme des Nations unies pour le Développement (PNUD) et financé par la Corée du Sud. Des études qui auraient été impensables il y a quelques années seulement, les Talibans ayant confiné les femmes à la maison et leur interdisant entre autre (nombreuses) choses de faire des études.

Vers l’égalité des sexes

Une époque aujourd’hui révolue, les 7 diplômés de la première promo ayant fêté la fin de leur cursus ce dimanche. Et parmi eux, un homme, Mujtaba Arefi, qui a déclaré que leur promotion était « le début du changement ». Et d’ajouter, plein d’espoir, à l’AFP,

Avec ces programmes, nous pouvons comprendre la place des femmes dans notre société. Il y a une possibilité que nous arrivions un jour à une égalité des sexes comme en Occident.

De son côté, Sajia Sediqqi, une autre diplômée, a dit espérer que ses camarades d’études utiliseraient ce qu’ils ont appris pour améliorer la situation des femmes en Afghanistan.

Nous ne pouvons pas faire changer les choses en peu de temps mais avec notre éducation, nous pouvons aider à changer peu à peu la société et servir notre peuple, particulièrement les femmes.

Lire aussi: 
Aux USA, les petites filles peuvent se marier dès l’âge de 10 ans
En Afghanistan, les femmes se battent pour sortir de l’anonymat 
Turquie : pourquoi Erdogan fait peur aux femmes

Jobs

Plus qu’une étape pour activer les alertes-infos!

Autorisez les notifications de Flair.be sur votre navigateur.