Home Culture Pourquoi écoute-t-on de la musique déprimante quand on est déjà triste?

Pourquoi écoute-t-on de la musique déprimante quand on est déjà triste?

Woman using tablet pc in evening wearing big headphones, sitting in front of a big window.

La musique a le pouvoir d’agir sur notre moral, un peu à l’image d’une potion magique aux vertus secrètes. En effet, elle est capable d’exacerber nos ressentis, de nous pousser à la réflexion ou encore, de changer radicalement notre humeur. Mais pourquoi nous infligeons-nous ce supplice d’écouter de la musique triste lorsqu’on a déjà le cafard?

Aurions-nous chacun un côté masochiste qui sommeille en nous? C’est fort probable… Lorsque nous sommes tristes, nous avons tendance à taper sur le clou en laissant couler nos larmes sur des chansons terriblement déprimantes – comme si ce qui nous rendait tristes n’était pas assez terrible. Plusieurs études se sont penchées sur la question de savoir pourquoi nous avons ce besoin d’amplifier notre peine au travers de mélodies tragiques.

Lire aussi: 10 chansons de rupture qui font pleurer mais qui font du bien aussi

Affronter sa douleur

Henna-Riikka Peltola, professeure d’université, et Tuomas Eerola, professeur de cognition musicale à l’Université de Durhma, en Angleterre, ont démontré que la musique triste provoque en réalité de la peine, du chagrin et de la mélancolie chez ceux qui l’écoutent. C’est ce qu’on appelle le « paradoxe de la tragédie », soit une situation où les sentiments négatifs nous font nous sentir mieux et où on tire du positif à ressentir de la tristesse.

De leur côté, Annemieke Van den Tol et Jane Edwards, professeures d’Université ont analysé les raisons pour lesquelles on écoute de la musique triste lorsqu’on a vécu des évènements négatifs. « Les résultats montrent que si les individus avaient l’intention d’améliorer leur humeur en écoutant de la musique, ils y parvenaient souvent en faisant d’abord l’expérience d’une réévaluation cognitive ou d’une distraction », détaille le Sage Journals à propos de l’expérience menée par les deux femmes.

La sélection de musique à haute valeur esthétique perçue était la seule stratégie de sélection musicale qui prédisait directement une amélioration de l’humeur. Lorsque les personnes interrogées ont indiqué qu’elles avaient choisi la musique dans l’intention de déclencher des souvenirs, cela était négativement lié à l’objectif d’autorégulation de l’amélioration de l’humeur. »

conclut l’expérience. En d’autres termes, écouter de la musique triste nous aide à surmonter la situation puisqu’on affronte ce sentiment, plutôt que de le nier. Il s’agirait d’une stratégie cognitive visant à surmonter le moment de déprime, appelée « douleur cathartique ». De cette manière, écouter de la musique maussade lorsque nous traversons une période difficile permettrait de revivre des émotions et de mieux les affronter.

C’est parti pour ressortir les playlists « Sad Songs » sur Spotify…

D’autres questions existentielles: 

Jobs

Plus qu’une étape pour activer les alertes-infos!

Autorisez les notifications de Flair.be sur votre navigateur.