Home Lifestyle Le coup de foudre, ou quand on tombe amoureux en moins d’une...

Le coup de foudre, ou quand on tombe amoureux en moins d’une seconde

Getty
Le rythme cardiaque qui s’emballe, la voix qui se met à trembler, les jambes qui se figent, les yeux qui éclatent en cœur, la respiration qui s’accélère… Coup de foudre? Peut-être! Dans tous les cas,  on pourrait tomber amoureux en un cinquième de seconde. Ni plus, ni moins. Tour d’horizon de ce phénomène qui touche, ou du moins a déjà touché, une bonne partie d’entre nous.

Des chercheurs de l’Université de Syracuse, à New York aux États-Unis, ont effectué des recherches pour savoir en combien de temps il est possible de tomber amoureux. Résultat? Lors d’un coup de foudre, il faudrait moins de une seconde. La raison est simple: à ce moment-là, ce sont les douze zones de notre cerveau qui se mettent simultanément en action. Dopamine, vasopressine, ocytocine, adrénaline… Autant de molécules qui se mélangent ensemble et puis, POUF! Nous voilà in loooove.

Un amour éphémère?

Le coup de foudre a un petit goût magique, celui d’un parfum de perfection et d’un bonheur rayonnant que rien ne peut venir entraver. Pourtant, coup de foudre n’est en rien synonyme de longue relation. Cela peut l’être – c’est comme pour tout, ce n’est pas noir ou blanc – mais ça n’est pas toujours le cas, loin de là. Le sentiment que l’on ressent vis à vis de la personne provient du cocktail explosif d’hormones qui nous envahit au moment de la rencontre, nous rendant totalement euphorique.

Lire aussi: “D’où viennent les papillons dans le ventre quand on est amoureux?”

Ce sentiment d’euphorie n’est pas éternel et doit pouvoir être relayé par d’autres mécanismes pour que la relation dure dans le temps. En fait, on pourrait le comparer à la prise de cocaïne, avec un effet court et intense.

C’est bien le cerveau qui tombe amoureux, mais le cœur est sensible à ces messages chimiques venant des neurotransmetteurs cérébraux.”

rapporte la professeure Stéphanie Ortigue, de l’Université de Syracuse. Bien sûr, à côté de ça, une part de mystère persiste. Pourquoi aimons-nous quelqu’un alors qu’il ne nous ressemble pas tant que ça? Pourquoi cherchons-nous à creuser avec telle personne? Pourquoi nous accrochons-nous si vite à un tel ou une telle alors qu’on a d’habitude tant de mal? Tout ça, ce sont des questions auxquelles la science ne peut répondre et heureusement, on a envie de dire.

Une rencontre inattendue

Effet brut, vif, naïf, volcanique… Le coup de foudre peut sembler étrange. Tomber amoureux d’un inconnu a une consonance qui sonne faux dans certaines oreilles. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle différencier ce phénomène d’évidence et l’attirance est primordiale. En effet, le coup de foudre est intense, passionné et, presque, inexplicable. L’attirance est moins forte que ça. Selon David Sander, professeur de psychologie des émotions à l’Université de Genève en Suisse,

Le coup de foudre peut être considéré comme une émotion très intense déclenchée par la présence de l’être dont on tombe amoureux; cette émotion est très brève et envahit le corps et l’esprit de façon très marquée. En revanche, l’attirance que l’on éprouve pour quelqu’un n’est pas en général considérée comme une émotion en tant que telle mais plutôt comme une attitude envers la personne – l’attirance pouvant être physique mais également intellectuelle.”

Le coup de foudre a quelque chose d’effrayant. Se laisser aller à quelqu’un qu’on ne connaît pas, ça peut donner le vertige. Ne pas contrôler ses sentiments, ça peut donner le tournis. Tout ça s’entretient et demande à être cultivé.

Mais dans tous les cas, ce phénomène change la vision des choses. Comme disait d’ailleurs si bien Victor Hugo: “Et puis, il y a ceux que l’on croise, que l’on connaît à peine, qui vous disent un mot, une phrase, vous accordent une minute, une demi-heure et changent le cours de votre vie”.

Lire aussi:

Plus qu’une étape pour activer les alertes-infos!

Autorisez les notifications de Flair.be sur votre navigateur.