Home Lifestyle Le cerveau des femmes serait plus performant grâce au cycle menstruel

Le cerveau des femmes serait plus performant grâce au cycle menstruel

Shutterstock
Shutterstock

Augmenter les capacités émotionnelles et intellectuelles, voilà les effets positifs qu’aurait le cycle menstruel sur l’organisme des femmes. C’est ce que déduit l’étude menée par Pauline Maki, psychologue et chercheuse à l’Université de l’Illinois à Chicago.

Depuis toujours, de nombreux fantasmes gravitent autour des hormones féminines et des changements de comportement qu’elles entraînent. Durant l’Antiquité, le philosophe Platon soutenait que les femmes devenaient hystériques parce que c’était le seul moyen que le corps avait trouvé pour exprimer sa tristesse de ne pas enfanter. Alors même si cette théorie semble aujourd’hui absurde, le stéréotype qui veut que la mauvaise humeur et/ou la mélancolie de la femme soient dues à son cycle menstruel, demeure. Dixit l’éternel « Bah alors t’es de mauvaise humeur, t’as tes règles ou quoi ? ». Mais ils n’ont pourtant pas totalement tort. Certaines sont plus anxieuses durant leurs règles, tout comme d’autres développent une libido plus importante au moment d’ovuler. Mais, ce que la plupart des gens ignorent, c’est que la fluctuation des hormones pourrait avoir des effets positifs sur le cerveau et les facultés cognitives des femmes.

Taux d’hormones et capacités cognitives

En 2002, Pauline Maki, psychologue à l’Université de l’Illinois à Chicago, a réalisé une étude sur 16 femmes, afin de comprendre qu’elle était l’incidence de la fluctuation du taux d’hormones féminines sur leurs capacités cognitives et leurs aptitudes physiques. Chaque volontaire a été soumise à deux reprises à des tests psychologiques et cognitifs. Une fois juste après ses règles, ou le taux d’œstrogène et de progestérone est au plus bas et une seconde fois, la semaine qui suivait l’ovulation ou le taux est plus élevé. Bien que le nombre de participantes ait été restreint, les résultats se sont révélés interpellant. Lorsque les femmes avaient un taux d’œstrogène et de progestérone important, soit la semaine qui suivait l’ovulation, leur mémoire implicite, qui sert à faire les choses par automatisme et induit une meilleure communication, s’en trouvait décuplée. Elles arrivaient à retenir et à apprendre de nouvelles choses plus facilement. Mais ce n’est pas tout, le taux d’hormones féminines à la hausse leur permettait de mieux réagir face à la peur, au danger. Seule ombre au tableau, leur capacité à se repérer dans l’espace diminuait, mais une fois l’ovulation passée, tout revenait à la normal.

Le rôle du cerveau

Les résultats que la psychologue démontrent donc que les femmes seraient aptes à mieux communiquer grâce à la fluctuation mensuelle de leurs hormones. Cette conclusion pourrait expliquer en partie pourquoi les garçons sont quatre fois plus sujets que les filles à développer un trouble autistique de haut niveau. Mais, elle permettrait aussi d’expliquer pourquoi les femmes parlent plus jeunes et qu’elles écrivent généralement mieux que les hommes. Les hormones, en plus d’épaissir la muqueuse utérine et de déclencher l’ovulation, ont d’importants effets sur le cerveau et notamment sur l’hippocampe. Effectivement, le premier est le lieu où siègent les souvenirs et il joue un rôle important dans la mémorisation. Durant la phase la plus haute du cycle, il grossit grâce aux hormones ce qui accroît ses capacités. Une seconde expérience plus récente datant de 2016, comptant un échantillonnage de 45 femmes, menée à l’Université de Concordia au Québec est venue confirmer les résultats obtenus par Pauline Maki. Le directeur de l’étude canadienne espère que ses recherches pousseront d’autres personnes à s’intéresser de plus près au cycle menstruel des femmes et à son influence sur le cerveau.

Désormais, la prochaine fois qu’on vous demandera si vous êtes dans la mauvaise période du mois, vous saurez quoi répondre.

A lire aussi :

Jobs

Plus qu’une étape pour activer les alertes-infos!

Autorisez les notifications de Flair.be sur votre navigateur.