Home Culture Livres Flair Book Club: on a lu les 4 romans incontournables de l’été

Flair Book Club: on a lu les 4 romans incontournables de l’été

Si la sortie conjointe des nouveaux romans de Joël Dicker et Guillaume Musso s’est annoncée comme le clash des titans chez les libraires, ils n’ont pas le monopole sur les livres de l’été, au contraire. Partis à la poursuite des best-sellers, on a dévoré les 4 romans incontournables de l’été recommandés par les grandes maisons d’édition françaises, et on vous livre notre avis.

1 / 4
« Retour à la case départ » – Stephen McCauley
« Et que ne durent que les moments doux » – Virginie Grimaldi
« Le bonheur n’attend pas » – Jojo Moyes
« Summer Mélodie » – David Nicholls
« Retour à la case départ » – Stephen McCauley
« Retour à la case départ » – Stephen McCauley

Résumé

« David Hedges était vraiment dans une mauvaise passe. Soren l’avait quitté après cinq ans de vie commune, il avait pris du poids, et entre ces deux faits navrants il s’était réveillé un matin en s’apercevant qu’il n’avait plus vingt ans. Ni quarante. La dernière personne dont il s’attendait à avoir des nouvelles, c’était bien Julie Fiske. Oh, Julie. À partir des bribes d’informations qu’il avait pu assembler, il était parvenu à la conclusion qu’elle était heureuse: un mari (le second), une fille adolescente, une grande maison au nord de Boston donnant sur l’océan. La vie avait finalement bien tourné pour elle, semblait-il. Il s’était inquiété par le passé qu’elle n’ait choisi la mauvaise voie et joué de malchance, après l’erreur qu’avait constituée l’expérience aussi brève que malavisée de son premier mariage. Avec lui ».

Quand David reçoit un appel de son ex-femme pour qu’il l’aide à planifier l’avenir universitaire de sa fille, lui dont c’est le métier, il n’hésite pas une seconde. Rien ne le retient à San Francisco. Alors il rejoint Julie à l’autre bout du pays, et tous deux reprennent exactement là où ils en étaient trente ans plus tôt: à finir chacun les phrases de l’autre.

Verdict? 

Annoncé comme le livre de l’été par la maison d’édition 10 18, et plébiscité au passage par nos consœurs du ELLE, qui l’ont choisi pour leur bibliothèque idéale estivale, « Retour à la case départ » ne déçoit pas. Au contraire: cette comédie de moeurs finement ficelée a quelque chose du Woody Allen, le côté feel good en prime. Tendre et drôle, le roman est aussi un véritable pêché d’été, avec pour cadre, une station balnéaire où les potins vont bon train, et qui n’est pas sans rappeler le théâtre de nos séries préférées, « Desperate Housewives » en tête. Trahisons, romance, humour,… Un « livre d’été » d’autant plus réussi que son petit format permet de l’emmener partout sans souci.

« Et que ne durent que les moments doux » – Virginie Grimaldi
« Et que ne durent que les moments doux » – Virginie Grimaldi

Résumé

L’une vient de donner naissance à une petite fille arrivée trop tôt. Elle est minuscule, pourtant elle prend déjà tellement de place. L’autre vient de voir ses grands enfants quitter le nid. Son fils laisse un vide immense, mais aussi son chien farfelu. L’une doit apprendre à être mère à temps plein, l’autre doit apprendre à être mère à la retraite.

C’est l’histoire universelle de ces moments qui font basculer la vie, de ces vagues d’émotions qui balaient tout sur leur passage, et de ces rencontres indélébiles qui changent un destin.

Avec une infinie justesse et beaucoup d’humour, Virginie Grimaldi déroule le fil de leur existence et nous invite à partager leurs joies et leurs angoisses, mais aussi les souvenirs, les rêves et les espoirs.

Verdict? 

Faut-il encore présenter Virginie Grimaldi? Sachant que la jeune femme peut s’enorgueillir d’avoir été la romancière française la plus lue en 2019, on se passera des introductions, et on comprendra aisément pourquoi la maison d’édition Fayard a choisi son dernier roman comme incontournable de l’été. D’autant que comme à chaque fois, la magie opère, et Virginie Grimaldi réussit à décrire à merveille les sentiments de ses personnages, auxquels on ne peut manquer de s’attacher et de s’identifier. Tendre, doux, émouvant, son livre fait l’effet d’un de ces eskimos glacés qu’on croque à pleines dents: sucré et irrésistible.

« Le bonheur n’attend pas » – Jojo Moyes
« Le bonheur n’attend pas » – Jojo Moyes

Résumé

Pur produit des années soixante, Athene Forster n’est pas pressée de se marier. Cette jolie fille trop gâtée est devenue une jeune femme aussi capricieuse qu’imprévisible, et elle multiplie les écarts de conduite. Aussi ses parents accueillent-ils avec soulagement la nouvelle de son mariage avec Douglas Fairley-Hulme, héritier de bonne famille. Mais à peine deux ans plus tard, la rumeur court qu’elle a une liaison, et le scandale la rattrape.

Trente-cinq ans plus tard, Suzanna Peacock s’efforce de vivre une vie aussi paisible que celle de sa mère a été tumultueuse. Elle s’installe à la campagne avec son mari, Neill, qui espère fonder une famille avec elle, et ouvre un café où elle vend des objets vintage. Les rencontres inattendues qu’elle va faire dans cette petite ville vont apporter bien des réponses aux questions qui la hantent…

Verdict? 

Après avoir volé les coeurs de millions (oui) de lectrices avec « Avant toi », Jojo Moyes aurait pu savourer son succès et s’arrêter d’écrire, mais c’était sans compter sur l’imagination débordante de l’auteure anglaise. Avec « Le bonheur n’attend pas », elle signe un roman à la hauteur de celui qui a fait sa renommée, véritable bijou d’émotions et de romantisme. Pas étonnant, donc, que du côté de chez Hauteville, on l’ait choisie comme roman de l’été, une promesse plus que remplie par cet opus qui jongle avec les secrets et les non-dits, et ne manquera pas de tenir les romantiques en haleine.

« Summer Mélodie » – David Nicholls
« Summer Mélodie » – David Nicholls

Résumé

Été 97. Les frères Gallagher chantent toujours ensemble, Lady Di vit ses derniers jours et Charlie Lewis, 16 ans, vient de finir ses années lycée. Le temps s’étire lentement entre la miteuse station-service où il officie quelques heures par semaine, ses balades à vélo dans la campagne et ses soirées avec son paternel dépressif. Mais une rencontre va tout changer. Fran Fisher, une beauté céleste, incandescente ; une tornade d’énergie et de charisme, qu’il croise un beau jour, au beau milieu d’un champ où il lit distraitement. Le coup de foudre est immédiat – pour lui, en tout cas. Comment la revoir ? Comment attirer son attention ? Tout ce que Charlie sait, c’est que Fran fait partie d’une troupe de théâtre amateur. La solution est évidente : Charlie doit se lancer sur les planches !

Jusqu’où le timide Charlie est-il prêt à aller pour conquérir le cœur de la belle ? Lui, le boy next door au jean troué, à la bande de copains sympa mais ô combien bruyante, qui n’a jamais déclamer autre chose que le menu du traiteur chinois, pourra-t-il jamais rivaliser avec les apprentis comédiens shakespeariens ? Osera-t-il seulement s’y confronter ?

Été 97. Pour Charlie Lewis, tout devient possible…

Verdict? 

De tous les « must-read » de cet été 2020, c’est peut-être le dernier David Nicholls qu’on attendait avec le plus d’impatience. D’abord parce que depuis le succès phénoménal de « One Day », le romancier ne nous a jamais vraiment déçues, ensuite parce que la période qu’il décrit est doucement familière pour les enfants des 90s que nous sommes. Charlie, le narrateur, est incroyablement touchant, et c’est doucement nostalgique de se replonger avec lui dans l’extase et la douleur que provoquent un premier amour. Un soupçon de mélancolie dilué dans un roman d’une grande tendresse, dont les scènes décrites avec la minutie qui caractérise David Nicholls aident encore un peu plus à plonger pleinement dans le récit. Sans hésiter, notre coup de coeur de l’été.

Plus d’inspirations lecture: 

Jobs

Plus qu’une étape pour activer les alertes-infos!

Autorisez les notifications de Flair.be sur votre navigateur.