Home Culture Livres Flair Book Club: “L’été où j’ai dit oui”, le bonbon feel good...

Flair Book Club: “L’été où j’ai dit oui”, le bonbon feel good qui se dévore en un week-end

Vous cherchez une lecture estivale feel good, du genre de celles qui rappellent les meilleurs films de notre adolescence et se dévorent sans se prendre la tête? Ne cherchez plus, on l’a trouvée et vous allez adorer “L’été où j’ai dit oui”.

À la rédac’, on ne s’en cache pas: on ne boude jamais notre plaisir quand un livre young adult bien ficelé arrive sur notre bureau. Aisance de lecture, thématiques abordées le plus souvent avec délicatesse et puis toujours ce petit côté “film d’ados” qui rappelle de bons souvenirs: quand tout va mal et qu’on a besoin de se vider la tête, il n’y a rien de tel, et “L’été où j’ai dit oui” ne déroge pas à la règle.

Lire aussi: Flair Book Club: 3 romans young adult parfaits pour se vider la tête

Le résumé

Rachel a toujours été une jeune fille exemplaire. Sa dernière année de lycée s’achève, elle va enfin pouvoir célébrer… mais quoi exactement? À faire le bilan, elle réalise qu’elle a passé son adolescence à dire non. Aux soirées, aux aventures, et tout particulièrement aux garçons. En lisant (encore) un livre dans sa chambre, une drôle d’idée lui vient en tête: et si, cet été, elle disait oui à tout ce qu’on lui propose?

Avoir enfin un tampon dans son passeport? Oui! Finir une soirée dans une piscine ou jouer au beer pong? Oui! Se laisser draguer par le beau gosse sur qui elle flashe depuis toujours? Oui! Céder aux avances de son ami d’enfance? Oups, oui aussi…

Et en 3 mots-clés?

#adolescence #lâcherprise et #feelgood

Pourquoi on a aimé

Prenez la sage Laney, héroïne du cultissime film d’ados “Elle est trop bien”. Changez de décor et choisissez un bord de mer façon “Laguna Beach”. Croisez le tout avec “Yes Day”, la comédie Netflix réunissant Jennifer Garner et Edgar Ramirez à l’écran dans le rôle de parents contraints de dire “oui” à tout. Secouez bien et vous obtenez le cocktail parfait pour une lecture délassante qui permet de se déconnecter et de rêvasser à notre adolescence.

Qui n’a jamais connu l’angoisse de la première soirée, la pénibilité de naviguer la popularité en humanités ou encore le choix déchirant entre deux amours, parce qu’à l’adolescence tout est toujours plus dramatique? “L’été où j’ai dit oui” n’a pas d’autre ambition que de nous distraire, et c’est parfaitement réussi. Comme dans nos comédies romantiques préférées, on comprend assez rapidement vers quoi on se dirige, mais ça n’enlève rien au plaisir, au contraire. Ses 226 pages se dévorent en à peine un peu plus de temps qu’il n’en faut pour mater une rom com sur Netflix et on ressort de la lecture détendue, avec une petite nostalgie pour l’époque de nos crushes adolescents et de ces étés interminables remplis de possibles. Délice.

À qui ça va plaire?

Tout qui a dû naviguer les eaux troubles de la fin de l’adolescence se reconnaîtra dans l’héroïne gentiment paumée de “L’été où j’ai dit oui” et ce sentiment périlleux d’être sur le point de changer totalement de vie en passant des humanités au supérieur. Les fans de comédies romantiques gentillettes dévoreront ce livre, qui ne manquera pas de plaire aux inconditionnel.le.s du genre young adult.

C’est pile le genre de bonbon qu’on emporte avec soi en weekend et qu’on dévore avant même d’être rentré.e. Tendre, touchant et juste ce qu’il faut de nostalgie pour réveiller l’ado qui sommeille en nous. Bon à savoir si vous comptez l’offrir à un.e ado, un.e vraie, l’éditeur recommande la lecture du livre dès 13 ans.

“L’été où j’ai dit oui”, éditions Hugo New Way, 17 euros, 226 pages, sortie le 10 juin. Plus d’infos sur le site de l’éditeur.

Découvrez aussi dans le Flair Book Club :