https://api.mijnmagazines.be/packages/navigation/

Gen F

En rejoignant la communauté, vous recevez un accès exclusif à tous nos articles, pourrez partager votre témoignage et…

Theo Francken réagit à la chanson des Juicy qui lui est dédiée

La chanson des Juicy dédicacée à Theo Francken a enfin été entendue par le principal intéressé, qui n’a pas tardé à réagir avec une publication Facebook et des arguments en mousse.


 

Les Juicy, groupe bruxellois engagé, a récemment sorti  une chanson intitulée « Didn’t Knock », qui dénonce le projet de loi, proposé par Theo Francken, qui vise à permettre les perquisitions policières sans mandats d’arrêt chez des personnes soupçonnées d’héberger gratuitement des femmes et des hommes sans-papier. Façon radicale d’empêcher l’entraide citoyenne envers les migrants.

 

Voici le contenu inséré d'un réseau de médias sociaux qui souhaite écrire ou lire des cookies. Vous n'avez pas donné la permission pour cela.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

 

Ce week-end, alors qu’elles jouaient au festival « Het Groot Verlof », à Louvain, les Juicy ont interprété le fameux titre qui a été entendu par le principal intéressé. Theo Francken, visiblement vexé, n’a pas tardé à réagir en publiant une photo du concert sur Facebook, accompagnée de cette charmante légende:

Selon ces filles, qui sont payées par la ville de Leuven pour ce concert gratuit, je suis un ‘enfoiré’, et c’est pourquoi elles m’ont dédié un titre »


Une belle démonstration de langue de bois, qui consiste, rappelons-le, à répondre à côté de la question grâce à un déluge de paroles creuses.

Les reines du R&B ont elles aussi tenu à répondre aux propos du politicien en expliquant ceci:

« Tout d’abord nous aimerions lui rappeler que si nous avons été payées par la ville de Leuven pour jouer au festival «Het Groot Verlof», c’est parce que c’est notre métier. Et ce n’est pas parce que nous sommes rémunérées avec de l’argent public que nous sommes en accord avec les politiques mises en œuvre. (…) Nous continuerons à écrire et à chanter nos désaccords avec les politiques par lesquelles nous ne nous sentons pas représentées. »

 

Eh oui, Monsieur Francken, encore heureux que l’argent public permette encore de financer la culture, et de la financer sans la contrôler. Car le musellement de la culture par le gouvernement, c’est pile-poil une caractéristique des régimes fascistes. Juicy: 1. Theo: zéro.

 

Lire aussi:

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Nos Partenaires