Gen F

En rejoignant la communauté, vous recevez un accès exclusif à tous nos articles, pourrez partager votre témoignage et…

ON A VU: « The Lost Daughter », le film sur le regret d’être mère sur Netflix

Justine Rossius

« The Lost Daughter », actuellement sur Netflix, lève le voile sur le mal d’être mère, avec toute la subtilité nécessaire au traitement de ce sujet encore tabou.

Si vous cherchez un film feel good pour décompresser après une longue journée, rebroussez chemin. « The Lost Daughter », porté par Olivia Colman (qu’on avait déjà trouvé magistrale dans le film « The Father » au côté d’Anthony Hopkins), aborde la thématique taboue du « mal de mère » : ce sentiment qui pousse une femme à regretter sa maternité.

Lire aussi: Témoignages sans tabou sur le regret d’être mère.

Tiré d’un roman d’Elena Ferrante intitulé « Poupée Volée », il met en scène Leda, une femme d’une quarantaine d’années en vacances. Une femme qui, on le remarque vite, semble très tourmentée. Cette intellectuelle savoure sa solitude, et zieute d’un mauvais œil les familles bruyantes qui s’agitent autour d’elle. En particulier une famille, dont la petite fille perd mystérieusement sa poupée doudou et devient dès lors inconsolable.

Voici le contenu inséré d'un réseau de médias sociaux qui souhaite écrire ou lire des cookies. Vous n'avez pas donné la permission pour cela.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Le mal d’être mère

Il faut du temps avant que le spectateur comprenne la vraie thématique du film : le regret de maternité. Ce sentiment absolument tu et tabou que connaissent certaines mamans, sensibles à la pression qui pèse sur les mères de manière générale. Non : la maternité n’est pas toujours synonyme de bonheur. C’est aussi énormément de responsabilités, de pression, de besoin de souffler, d’envie d’envoyer tout valser. Le film parvient subtilement à nous montrer ces facettes plus sombres, à travers les traits de Leda, interprétée magistralement par l’actrice Olivia Colman. Et c’est sans aucun doute à la subtilité de ce personnage que l’on doit l’intérêt du film : tout du long, on s’attend au pire de la part de Leda, mais on se rend compte qu’elle n’est pas un monstre, ni une femme dénuée de toute empathie. Elle nous apparaît même attachante: il s’agit une femme qui a un jour suivi ses envies profondes, se mettant à dos toute la société. On comprend son parcours au travers de flash-backs: ses souvenirs de jeune mère, son ras-le-bol, ses doutes et son bonheur mêlé de culpabilité.

On ne vous en dit pas plus et on vous laisse vous plonger dans « The Lost Daughter » sur Netflix.

A voir également:

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Nos Partenaires