Gen F

En rejoignant la communauté, vous recevez un accès exclusif à tous nos articles, pourrez partager votre témoignage et…
© Netflix

ON A VU : « Sous Emprise », le nouveau phénomène Netflix inspiré d’une histoire vraie

Ana Michelot
Ana Michelot Journaliste

Sorti le 9 septembre dernier, le film « Sous Emprise » trône déjà en tête du classement des films les plus regardés de la plateforme Netflix actuellement. Inspiré d’une histoire vraie qui relate une relation toxique entre une jeune femme passionnée de plongée et un champion du monde de l’apnée, le long-métrage nous a happées.

La bande-annonce du film « Sous Emprise », disponible sur Netflix, avait retenu notre attention pour la relation malsaine qui s’installait peu à peu entre les personnages, faisant basculer l’histoire d’amour idyllique entre deux sportifs en spirale infernale ultra-toxique. Une chose est sûre, le film est à la hauteur de nos espérances. Il met en scène Roxanna, une jeune femme passionnée par la plongée sous-marine jouée par Camille Rowe et Pascal Gauthier, multiple champion du monde d’apnée donnant également des cours, interprété par le rappeur Sofiane Zermani. 

Roxanna s’inscrit à un stage d’apnée où elle rencontre le célèbre champion et très vite elle voue une fascination à ce dernier et à ses exploits nautiques. Les deux personnages commencent une relation qui semble aux premiers abords romantique à souhait. Pascal initie Roxanna à la plongée en apnée et la soutient à chacun de ses progrès comme un mentor. Mais très vite, leur lien devient extrêmement malsain. Crises de jalousie, remarques rabaissantes, tromperies, leur relation devient de plus en plus toxique, mais Roxanna s’accroche à celui qu’elle aime, aveuglée par l’amour qu’elle lui porte. Le titre du film prend alors tout son sens.

Lire aussi : ON A VU : la mini-série « Le temps de t’oublier »

Un long-métrage inspiré de faits réels

Le scénario fait écho à l’histoire de l’apnéiste française Audrey Mestre, championne d’apnée No Limite ayant battu deux fois le record féminin. Cette dernière rencontre son mari, le champion Francisco Ferreras en 1996, lorsque qu’elle commence tout juste à s’intéresser à cette discipline. Il l’entraîne et l’aide à devenir une professionnelle dans le domaine au point d’atteindre des niveaux jamais égalés. 

Mais le 12 octobre 2002, Audrey Mestre tente de battre un nouveau record en plongeant à 171 mètres de profondeur, quand son ballon d’air censé la faire remonter à la surface ne se déclenche pas correctement. Après 8:30 minutes d’apnée, son corps lâche et elle est remontée par son mari à la surface, elle décède sur le coup. Deux ans plus tard, Francisco Ferreras écrit un livre dédié à leur histoire d’amour et au parcours d’Audrey Mestre, « A Story of Love and Obsession ». Un travail d’écriture que fera aussi Carlos Serra, ancien partenaire de Francisco Ferreras et membre de la dernière expédition en apnée d’Audrey Mestre. En 2006, il publie « The Last Attempt », où il dévoile que le couple ne s’entendait plus et songeait à divorcer avant la mort de la championne, et explique que Francisco Ferreras ne supportait pas de voir Audrey Mestre réussir de cette façon. Selon lui, ce dernier aurait participé à la mort de sa femme en sabotant l’équipement de plongée afin de se venger, car elle envisageait de le quitter. Bien que le film ne prétende pas relater cette histoire, il précise dans son générique s’en être inspiré et vouloir rendre hommage à la championne décédée.

L’affichage de ce contenu a été bloqué pour respecter vos choix en matière de cookies. En cliquant sur « Voir le contenu », vous acceptez les cookies. Vous pouvez modifier vos choix à tout moment en cliquant sur « Paramètres des cookies » en bas du site.
Voir le contenu

Pourquoi on a aimé ?

Pour les images bluffantes de plongée en apnée qui nous permettent de découvrir une discipline sportive peu connue du grand public. On apprend à travers le film tout un protocole, un vocabulaire et un sport qui nécessite un très grand calme afin de retenir son souffle à des centaines de mètres sous la mer. Le film nous tient en haleine grâce à son rythme soutenu qui oscille entre moments en mer et tensions sur la terre ferme. On voit se dessiner la relation toxique et le mécanisme de l’emprise se mettre en place peu à peu. Leur couple franchit progressivement des paliers, comme en plongée en apnée, s’enfonçant de plus en plus dans l’obscurité. 

Lire aussi :

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Nos Partenaires