Gen F

En rejoignant la communauté, vous recevez un accès exclusif à tous nos articles, pourrez partager votre témoignage et…
© Mika Cotellon-quad/Prime Video

ON A VU : « Miskina, la pauvre », la série qui nous ramène à l’essentiel

Ana Michelot
Ana Michelot Journaliste

Sortie le 30 septembre dernier sur Prime Video, « Miskina, la pauvre » est une série qui promet de vous faire rire, mais aussi pleurer. Entre traditions familiales, amours refoulés, questions existentielles et foi, les personnages nous transportent dans une histoire aussi belle que réaliste.

Dans « Miskina, la pauvre », diffusée sur Prime Video, la comédienne Melha Bedia incarne Fara, une jeune femme de 30 ans qui semble perdue au milieu de sa famille, de son meilleur ami et de son quotidien tranquille. Fara tente de faire plaisir à tout le monde, de régler chaque problème comme elle peut, mais cela vire souvent à la catastrophe. En vérité, elle n’ose pas prendre sa vie en main et préfère se consacrer à ses proches. Mais le mariage de sa sœur Safia, jouée par Shirine Boutella et de son beau-frère Maxime, incarné par Victor Belmondo, va signer le début d’une aventure qui va lui rappeler ce qui compte réellement et la pousser à suivre ses rêves.

Lire aussi : ON A VU: « Novembre », le film avec Jean Dujardin sur les attentats de Paris

Le résumé

« Miskina, la pauvre, c’est l’histoire de Fara, 30 ans. Sans appart’, sans boulot, sans mec, mais avec une forte myopie. Avec sa grand-mère, sa mère et sa sœur sur ses côtes h24, il est temps qu’elle se bouge et qu’elle fasse des choix, entre se raconter des histoires et affronter la vérité. Lorsque la vie ne cesse de te mettre des claques, il faut se prendre en main et arrêter d’être une miskina. »

L’affichage de ce contenu a été bloqué pour respecter vos choix en matière de cookies. En cliquant sur « Voir le contenu », vous acceptez les cookies. Vous pouvez modifier vos choix à tout moment en cliquant sur « Paramètres des cookies » en bas du site.
Voir le contenu

Pourquoi on a aimé ?

Pour le message fort que transmet la série, qui nous rappelle que malgré les tracas du quotidien, les soucis au travail, les problèmes de couple et les différends qui nous opposent à notre famille ou nos amis, ce qui compte est de profiter des gens qu’on aime. Rien ne vaut ces moments passés avec nos grands-parents, ces fous rires avec nos frères et sœurs ou ces discussions à cœur ouvert avec nos ami·es. 

« Miskina, la pauvre » nous fait également prendre conscience qu’il faut cesser de repousser les choses à demain et oser se lancer dans ce projet professionnel qui nous fait tant envie mais qui nous fait également très peur, qu’il faut prendre le temps de faire ce voyage duquel vous allez revenir pleine de belles images et de moments uniques en tête. Vous l’avez compris « Miskina, la pauvre » est une ode à l’amour, à la famille et à la vie qui nous entraîne pendant huit épisodes de 35 minutes entre rire et larmes, et qui nous donne envie d’espérer une saison 2.  

Lire aussi :

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Nos Partenaires