Gen F

En rejoignant la communauté, vous recevez un accès exclusif à tous nos articles, pourrez partager votre témoignage et…
On a lu les sensations de la rentrée littéraire - DR Flair

Flair Book Club: on a lu les 3 sensations de la rentrée littéraire de janvier

Kathleen Wuyard

Qui dit janvier dit tournée minérale, blue monday… Et rentrée littéraire d’hiver. Vous ne savez pas où donner de la tête? On a dévoré les trois sensations annoncées de ce début 2022 et on vous livre notre avis.

Polar haletant, épopée poignante, rencontre entre la puissance salvatrice de l’art et un survivant des attentats de Paris… Gros plan sur trois romans qui font déjà parler d’eux (et dont les titres risquent bien d’être sur toutes les lèvres ces prochaines semaines).

« American dirt » – Jeanine Cummins

Le résumé: Libraire à Acapulco, au Mexique, Lydia mène une vie calme avec son mari journaliste Sebastián et leur famille, malgré les tensions causées dans la ville par les puissants cartels de la drogue. Jusqu’au jour où Sebastián, s’apprêtant à révéler dans la presse l’identité du chef du principal cartel, apprend à Lydia que celui-ci n’est autre que Javier, un client érudit et délicat avec qui elle s’est liée dans sa librairie… La parution de son article, quelques jours plus tard, bouleverse leur destin à tous.
Contrainte de prendre la fuite avec son fils de huit ans, Luca, Lydia se sait suivie par les hommes de Javier. Ils vont alors rejoindre le flot de migrants en provenance du sud du continent, en route vers les États-Unis, devront voyager clandestinement à bord de la redoutable Bestia, le train qui fonce vers le nord, seront dépouillés par des policiers corrompus, et menacés par les tueurs du cartel…

Le buzz: « Hymne poignant aux rêves de milliers de migrants qui risquent chaque jour leur vie, American Dirt est aussi le roman de l’amour d’une mère et de son fils qui, au cœur des situations tragiques, ne perdent jamais espoir. Un roman nécessaire à notre époque troublée » (Fnac), « une épopée poignante et très documentée » (Télérama), « une extraordinaire odyssée » (BIBA).

Un de ces romans qui vous embarquent de bout en bout – attention aux nuits courtes pour l’achever » Le Point

Pourquoi on a aimé: Aussi salué que crucifié lors de sa sortie aux Etats-Unis, où il a été reproché à son auteure de relater une réalité qui n’était pas la sienne, chez nous, à un océan de distance, le roman n’éveille pas d’accusations d’appropriation, mais bien une forme de curiosité exaltée chez les critiques littéraires qui ont pu le lire en avant-première.

C’est que Jeanine Cummins a une écriture haletante, qui emmène celles et ceux qui la lisent et ne les lâchent pas avant la dernière page, celles-ci s’enchaînant aussi vite que les yeux permettent de suivre l’incroyable épopée de Lydia et son fils. Dans un contexte où les visages éreintés des migrants ne font la plupart du temps la une qu’en cas de drame, « American Dirt » leur donne une voix, un passé, un parcours, et explicite avec un réalisme douloureux les raisons qui font qu’un jour, on n’a d’autre choix que tout quitter la peur au ventre. De quoi lui valoir largement sa place dans les romans les plus attendus de la rentrée littéraire de cet hiver 2022.

« Juste à côté de moi » – Sophie Carquain

Le résumé: Quand Susie Pritt est embauchée par la famille Wagner pour peindre une fresque murale pour leur fils disparu, elle comprend vite qu’il ne s’agit pas d’une banale histoire de fugue ou d’un tragique accident. Niels a disparu dans sa chambre. Depuis un an, il ne sort plus, ne parle plus ni à ses parents ni à sa soeur, ne communique plus par aucun moyen. Il est là, juste à côté, mais il vit en dehors du monde.

Hantée par ses propres démons, Susie se donne pour mission de faire revenir le jeune homme. Alors qu’ils s’apprivoisent mutuellement, ces deux êtres blessés par la vie vont s’accompagner à leur façon sur le chemin de la guérison.

Le buzz: « Un roman sensible et bouleversant sur l’ouverture à l’autre, la résilience et la puissance de l’art » (Fnac), « une troublante rencontre entre deux êtres marqués par les blessures du siècle » (Charleston).

L’écriture de l’autrice est absolument sublime, poétique. Elle réussit à nous plonger totalement auprès de Susie et Niels, elle nous fait ressentir pleins d’émotions, de sentiments. J’ai été touchée. J’ai pleuré, plusieurs fois. J’ai souri aussi » – Babelio.

Pourquoi on a aimé: En mêlant le phénomène relativement méconnu sous nos latitudes des hikikomoris, ces adolescents qui seraient plus de 500.000 à vivre volontairement reclus dans leur chambre au Japon, avec les blessures toujours à vif des attentats de Paris, la journaliste Sophie Carquain faisait un pari risqué, celui d’un roman qui aurait pu être sombre et pesant. C’est tout le contraire, et si son « Juste à côté de toi » est forcément très émouvant, il s’agit avant tout d’une ode au pouvoir de l’art et d’un formidable message d’espoir.

Impitoyable sans tomber dans le pathos, la description des attentats tels qu’ils ont été vécus par la protagoniste principale dans le chapitre 16 ne laisse pas indemne: on préfère vous prévenir, vous aurez probablement besoin d’un mouchoir ou l’autre pour le finir.

« Dix âmes, pas plus » – Ragnar Jónasson

Le résumé:

Dix habitants au bout du monde. 

Un mort. 

Neuf suspects.

Recherche professeur au bout du mondeVoici une petite annonce qui découragerait toute personne saine d’esprit. Pas Una. La jeune femme quitte Reykjavík pour Skálar, l’un des villages les plus reculés d’Islande, qui ne compte que dix habitants. Malgré l’hostilité des villageoi. Malgré l’isolement vertigineux.

Là-bas, Una entend des voix et le son fantomatique d’une berceuse. Et bientôt, une mort brutale survient. Quels secrets cache ce village ? Jusqu’où iront ses habitants pour les protéger ?

Le buzz: « Un dénouement triomphant. Glaçant,effrayant, perspicace, tendu à l’extrême » (Ian Rankin), « Un polar nordique de premier ordre, et une héroïne qui brille à chaque page » (Daily Mail).

Ragnar Jónasson ne serait-il pas le meilleur auteur de romans policiers de notre époque ? Il est à tout du moins l’un des monuments du polar moderne » – The Times.

Pourquoi on a aimé: Au croisement entre les polars nordiques qui nous glacent avec délice à chaque nouvelle sortie et le huis-clos haletant de « Dix Petits Nègres », le dernier Ragnar Jónasson est une pépite, rien de moins, du genre qui donne immédiatement envie de voir si l’auteur a écrit d’autres livres (oui), si par chance, ils ont été traduits en français (aussi) et de les commander dans la foulée. On ne sait pas quelle météo nous réserve l’hiver, mais grâce à cette sortie de la rentrée littéraire, on peut déjà vous assurer, que votre sang, lui, sera glacé. Et que vous en redemanderez…

Encore plus d’idées lecture?

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Nos Partenaires