Gen F

En rejoignant la communauté, vous recevez un accès exclusif à tous nos articles, pourrez partager votre témoignage et…
Cinq romans qui racontent la guerre autrement DR Flair

FLAIR BOOK CLUB: 5 nouveaux romans qui racontent la guerre autrement

Kathleen Wuyard

Cet automne, cela fait 77 ans que la Seconde guerre mondiale a pris fin, mais le conflit n’en finit pourtant pas de fasciner les féru·e·s d’Histoire. Qui sont en veine avec ces cinq nouveaux romans qui racontent le conflit autrement.

Ombres portées – Ariana Neumann

Ombres portées - Ariana Neumann

Ombres portées – Ariana Neumann

Le résumé: 

À Caracas, dans le vaste domaine familial, Ariana Neumann, huit ans, joue à l’espionne. En fouillant dans les affaires de son père, Hans, elle trouve une pièce d’identité. Elle reconnaît son
père jeune homme, mais il porte un autre nom. Effrayée, elle tait cette découverte et s’efforce de l’oublier.

Des années plus tard, à la mort de son père, Ariana retrouve ce mystérieux document dans une boîte contenant des photos, des lettres et d’autres souvenirs de la jeunesse de celui-ci à Prague. Elle mettra près d’une décennie à trouver le courage de faire traduire cette correspondance. Ce qu’elle découvre la propulse dans une quête pour découvrir l’histoire de sa famille, la vérité sur son père et les raisons de son silence...

On a aimé: 

Véritable coup de coeur de la rentrée littéraire, cette chronique de la Seconde guerre mondiale sous forme de chronique familiale se lit comme un roman d’espionnage. On s’attache immédiatement à ses personnages, narratrice comprise, et même si on s’y attend, le dénouement du livre est un déchirement. Passionnant, bouleversant, « Ombres portées » est l’outil idéal pour (faire) comprendre l’horreur et l’inhumanité de la Shoah. 

Les enfants oubliés d’Hitler – Ingrid von Oelhafen et Tim Tate

Les enfants oubliés d'Hitler - Ingrid von Oelhafen et Tim Tate

Les enfants oubliés d’Hitler – Ingrid von Oelhafen et Tim Tate

Le résumé: 

En 1942, Erika Matko, alors âgée de neuf mois, est enlevée à ses parents dans un petit village d’Europe de l’Est et envoyée en Allemagne pour y être « germanisée ». Blonde aux yeux bleus, elle a été sélectionnée dans le cadre du programme Lebensborn, fondé par Himmler afin de renforcer la pureté de la race aryenne. Entourée d’une nouvelle famille, Erika, désormais prénommée Ingrid, grandit convaincue d’être allemande. Jusqu’à ce qu’elle apprenne qu’elle a été adoptée.

C’est le début d’une enquête de plus de trente ans, qui confronte Ingrid à la cruelle réalité d’une Allemagne divisée par un mur, aux archives classifiées, mais aussi au silence des témoins, à commencer par celui de sa mère adoptive. Jusqu’à la découverte des terribles secrets du programme Lebensborn : le kidnapping de centaines de milliers d’enfants dans toute l’Europe. Et quand Ingrid retrouve enfin le village où elle est née, une révélation plus dure encore l’attend. Une quête des origines, sur les traces des milliers de destins fracassés par le IIIe Reich.

On a aimé: 

Ici aussi, on a parfois l’impression de lire un croisement entre le récit de famille et le thriller, d’autant plus haletant que tous les faits relatés sont vrais. Et qu’on découvre avec cet ouvrage documenté un aspect encore relativement peu connu de la Seconde guerre mondiale, soit le programme Lebensborn, rouage glaçant de la quête nazie de créer la « race parfaite » (sic). 

Le Brassard – Luc Briand

Le Brassard  - Luc Briand

Le Brassard – Luc Briand

Le résumé: 

Le football des années 1920 a un nom : celui d’Alexandre Villaplane, un gamin des quartiers populaires d’Alger que l’« amateurisme marron », le faux amateurisme, a happé et conduit vers la gloire en métropole. Shooteur de classe, inventeur de gestes techniques audacieux, le jeune joueur régale le public français, qui se masse bientôt dans les stades pour le voir évoluer avec les plus grands clubs du moment, puis dans l’équipe de France dont, en 1930, il devient capitaine lors de la première Coupe du monde de l’histoire.

Après cette consécration vient la dérive d’un homme seul et avide d’argent vers les bas-fonds et les trafics minables. Puis la chute et l’ignominie lorsque, pendant l’Occupation, il rejoint la Gestapo française de la rue Lauriston. Devenu allemand, il achève son parcours comme officier nazi, traître et tortionnaire de ses anciens compatriotes. Il sera exécuté à la Libération.
Alexandre Villaplane est la légende noire du football français.

On a aimé: 

La description minutieuse de la dérive d’un homme qui avait tout et qui est devenu moins que rien. De manière fouillée, Luc Briand montre, à travers le parcours d’un héros national déchu, comment l’Humain peut basculer dans l’ignominie – un décryptage qui reste malheureusement toujours d’actualité. 

Nous, les Allemands – Alexander Starritt

Nous, les Allemands - Alexander Starritt

Nous, les Allemands – Alexander Starritt

Le résumé: 

Longtemps, les questions posées par Callum à son grand-père allemand sur la guerre sont restées sans réponse. Et puis, un jour, Meissner s’est décidé à raconter.

Sa vie de soldat sur le front de l’Est, les débuts triomphants, l’esprit de corps, l’ivresse des batailles, et puis le froid, la faim, la misère. Et surtout l’année 1944 quand lui et ses camarades ont compris que la guerre était perdue ; que tout ce en quoi ils avaient cru, tout ce qui les faisait tenir, l’appartenance à une nation, l’espoir d’une guerre rapide, les rêves de retour, tout était en train de s’écrouler ; que dans la déroute, les hommes ne sont plus des hommes ; que le désespoir vous fait accomplir le pire et que rien, jamais, ne permettra d’expier la faute de tout un peuple.

On a aimé: 

Le ton audacieux de ce récit certes relativement bref, mais aussi et surtout incroyablement percutant, qui ne recule pas devant le caractère parfois abject de la guerre et de ceux qui l’ont faite, trouvant encore un écho aujourd’hui plus d’un demi-siècle après l’Armistice. 

Les larmes du Reich – François Médéline

Les larmes du Reich - François Médéline

Les larmes du Reich – François Médéline

Le résumé: 

1951. Il est un peu plus de quinze heures quand l’inspecteur Michel pose son vélo et entre dans une silencieuse ferme de la Drôme : un couple de retraités y a été assassiné quelques semaines plus tôt. La scène de crime est implacable : les époux Delhomme ont été tués au fusil de chasse. Et Juliette, leur fille de onze ans, s’est volatilisée. L’inspecteur enquête et questionne : pourquoi assassiner ces paysans sans histoire ? La fillette a-t-elle été enlevée par un mystérieux rôdeur qui connaissait cette ferme isolée ?

De Crest à Grenoble, de Pigalle au Havre, et jusqu’aux couloirs d’Auschwitz, l’homme de loi devra affronter les silences entêtés des uns, la soif de rédemption des autres. Et surtout les tourments d’une guerre dont plus personne ne veut parler.

On a aimé: 

Moins frappante que la période 40-45 dans l’imaginaire collectif, l’après-guerre a pourtant été le théâtre d’un silence qu’on pourrait qualifier de tonitruant, et c’est justement autour de ces rumeurs et non-dits d’une violence inouïe que François Médéline choisit de tisser son roman, qui se lit comme un bon polar français. 

Encore plus de lecture?

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Nos Partenaires