Home Témoignages TÉMOIGNAGE: à moins de 30 ans, elles ont choisi d’entrer au couvent

TÉMOIGNAGE: à moins de 30 ans, elles ont choisi d’entrer au couvent

Getty Images
Getty Images

Qu’est-ce qui pousse certains à entrer dans les ordres à la fleur de l’âge, pendant que d’autres préfèrent s’éclater? Ces trois jeunes femmes ont décidé de mettre leur vie au service de leur foi et lèvent le voile sur leurs raisons et leur quotidien au monastère.

Lisa, 26 ans, Julie, 30 ans et Svenja, 29 ans : toutes les trois ont choisi de vivre comme religieuses au Couvent et ont changé de prénom. Ce qui pourrait nous sembler inimaginable était pour elles comme une évidence. « C’était une vocation », commence Sœur Theresia, 26 ans. « Je sortais de deux années compliquées en secondaires. Le contact avec mes camarades de classe n’était pas évident, je ne me sentais pas à ma place. Au début de ma troisième, j’ai commencé à chercher une nouvelle école. Je voulais prendre un nouveau départ. Nous avions entendu parler d’un internat de sœurs via une connaissance de ma mère, et c’est ainsi que je me suis retrouvée ici après une journée portes ouvertes. Comme il était assez loin de chez moi et que le temps pressait, j’ai décidé de faire le grand saut. Je suis entrée en pensionnat avec les sœurs. Grâce à elles, je suis entrée de plus en plus en contact avec la foi. J’ai même commencé à me ­demander si la vie de religieuse était faite pour moi.

J’ai rejoint un groupe de prière pour réfléchir sur moi-même et sur Dieu. Et au bout d’un an de réflexion, j’ai décidé d’entrer au monastère.

Vouloir se marier plus que tout

Pour Sœur Magdalena, 30 ans, la vie monastique n’était pas non plus une option au départ. « J’ai grandi dans une famille ­catholique chaleureuse et soudée. Nous allions à l’église chaque semaine, nous faisions la prière chaque jour et partions régulièrement en pèlerinage. La foi donnait un sens à ma vie, mais j’aspirais surtout à la vie conjugale. Quand j’ai eu 21 ans, j’ai décidé de chercher un mari. Il y a bien eu quelques ­prétendants, mais à chaque fois, ce n’était pas trop ça. Qu’est-ce qui clochait chez moi ? Je voulais plus que tout me marier, mais c’était comme si je ne parvenais pas à tomber amoureuse. Pour mettre de l’ordre dans mes idées, je suis partie seule en pèlerinage, à Rome. Là-bas, j’ai parlé avec un séminariste que j’avais rencontré lors d’un précédent pèlerinage. Il m’a demandé

‘Tu as pensé à la vie religieuse ?’ Cette question m’a d’abord mise en ­colère : entrer au monastère était la ­dernière chose que je voulais. Je voulais mener ma propre vie, me marier et ­fonder une famille.

Je n’abandonnerais jamais mes amis et ma famille. Mais au bout d’un ­moment, j’ai réalisé que j’avais une vocation et que si je ne ressentais rien pour les hommes, c’est parce qu’au fond de moi, j’aspirais avant tout à une vie avec Dieu. »

Lire la suite?
Pour un accès illimité à Flair.be, créez-vous gratuitement un compte ! Cela vous prendra moins d'une minute, c'est promis.
Créez-vous gratuitement un profil en moins d'une minute et disposez d'un accès illimité à Flair.be!

À lire aussi: