Home Témoignages Témoignage: « On vit à trois couples dans la même maison »

Témoignage: « On vit à trois couples dans la même maison »

Shutterstock

Les trois couples Rachel (24 ans) et Simon (26 ans), Mathilde (25 ans) et Robin (25 ans) et Tatiana (26 ans) et Gus (32 ans) vivent ensemble dans une même maison. Ils partagent la cuisine, deux salles de bain, un living, un jardin et un espace de travail. Chaque couple possède son propre étage.

Tatiana « Le plus chouette quand on vit tous ensemble, ce sont les fêtes imprévues et les rencontres. Nous étions soixante lors du Nouvel An ou à la pendaison de crémaillère. Nous ouvrons toutes les portes de l’étage du bas, déplaçons les tables d’un côté et ça se transforme souvent en une chouette soirée dansante. Le sol de notre bureau se transforme parfaitement en piste de danse (rires). Heureusement, la maison est très bien isolée: nous ne gênons pas les voisins, et même Rachel et Simon, qui dorment au premier étage, ne sont jamais incommodés par le bruit.

C’est une fête qui ne s’arrête jamais avec une telle bande

Le jour où nous avons emménagé ici, nous étions une trentaine à porter les meubles et les caisses. Chaque couple avait une couleur, et chaque boîte était étiquetée. Nous formions une longue chaîne, de la voiture aux différents étages, afin que chaque carton finisse au bon étage. Des voitures pleines à craquer qui faisaient l’aller-retour, une équipe de cuisine, une équipe de nettoyage… Je pense que j’aurais pleuré si j’avais dû tout déménager seule avec mon copain. Ça a été rapide et super efficace. »

Jamais de file pour la salle de bains

Rachel « C’est surtout Mathilde qui est très douée pour mettre en place ce genre de système. Nous avons par exemple une armoire à donner où chacun dépose des affaires dont il n’a plus besoin. À l’étage de la salle de bains, il y a une grande armoire pour tout le monde avec du matériel de douche et des essuies personnalisés. Ainsi, les salles de bains sont toujours propres. Et nous avons un fichier Excel pour les dépenses communes, les courses et depuis peu, un calendrier où nous notons ce qui est important pour tout le monde. »

Mathilde « Rachel est ma cousine, cela fait six ans que nous habitons ensemble. Tatiana est arrivée il y a quatre ans. Nous vivions donc déjà ensemble durant nos études, et ça a toujours bien fonctionné, même quand mon copain est arrivé ici. Après nos études, on ne pouvait pas imaginer de vivre séparément. C’est donc en toute logique que nous avons cherché une maison où nous pourrions emménager avec nos copains. Le plus difficile fut de trouver une maison où tous les espaces privés avaient la même taille. Les maisons de maître sont idéales et notre propriétaire était très prévoyant; il savait qu’une si grande maison serait difficile à louer à une famille, il a donc fait en sorte d’avoir deux salles de bains à l’entresol. Nous avons deux espaces l’un à côté de l’autre avec une douche et un lavabo. Nous n’avons jamais dû faire la file! »

Tout appartient à tout le monde

Rachel « Comme nous vivons depuis longtemps ensemble, les habitudes et les règles sont devenues la norme pour chacun de nous. Nous avons noté un règlement sur papier, mais ne le sortons jamais. Vu que nous sommes plus nombreux aujourd’hui, nous organisons quand même une réunion plus formelle. Ça permet que tout le monde soit au courant de tout. Nous accordons de l’importance aux choses suivantes: que nous fassions les courses ensemble, que le contenu du frigo appartient à tout le monde. Nous ne voulions pas que chacun ait ses propres affaires et qu’on doive sans cesse jeter des choses comme on le faisait avant. Nous devons encore un peu arriver à gérer le budget. À partir de ce mois-ci, nous commençons les boîtes-repas: nous avons calculé qu’on pouvait se permettre un budget de trois euros par personne par jour. »

Tatiana « C’est une très grande maison que nous devons entretenir. Nous avons essayé pas mal de chose pour l’entretien, mais finalement nous avons tout partagé entre les couples. Un couple fait le hall d’entrée et les escaliers, un autre nettoie les salles de bains et un autre le bas de la maison. Pour la cuisine, c’est pareil: lundi, mardi et mercredi, c’est un couple qui cuisine tour à tour pour tout le monde. Le jeudi est congé et les week-ends chacun fait ce qu’il veut. »

Mathilde « La communication est essentielle, évidemment. Il faut oser avouer quand quelque chose ne convient pas. Notre engagement initial est d’une durée de six mois, après ça le bail peut être prolongé pour trois ans. Nous comptons tous sur ce terme, et pensons déjà à la prochaine étape. Je commence à mettre en place un projet de cohousing avec différentes habitations. »

Tatiana « Sans doute qu’on voudra tous un jour avoir plus d’espace, mais l’idée qu’on puisse vivre tous ensemble, partager un jardin, une voiture ou une grande cuisine où nos enfants seront toujours entourés d’autres enfants… C’est très tentant. »

Comme une grande famille

Rachel « Nous avons tous des horaires de boulot très différents ou des hobbies qui nous occupent en soirée. Ici, c’est souvent beaucoup d’allers et venues. Le repas du soir est un peu notre moment-clé, celui où nous sommes tous ensemble, où nous nous retrouvons, où nous parlons de notre journée. Nous adorons les apéros, on peut dire que ça arrive régulièrement. »

Mathilde « Pour le reste nous n’avons pas vraiment d’activités de groupe fixe, mais si quelqu’un fait quelque chose (Tatiana qui monte une pièce de théâtre ou Simon qui joue un match de handball important), nous allons les voir tous ensemble. »

Tatiana « En fait, nous sommes un peu comme une grande famille. On veille les uns sur les autres, et il y a aussi des petites frustrations genre ‘Il a encore laissé son bol de petit-déjeuner traîner!’ Mais nous sommes prêts à conduire quelqu’un s’il le faut ou à aller chercher des médicaments si l’un de nous est malade. »

Rachel « Il arrive souvent que les gens ne comprennent pas tout de suite comment on peut vivre ensemble en étant si nombreux. Ou il réagissent comme mon père: ‘attends d’avoir une famille, tu ne verras plus les choses de la même manière’. Mais nous ne sommes pas comme nos parents, qui veulent suivre un schéma traditionnel avec une maison et une famille classique. »

Mathilde « On rigole parfois en imaginant comment on vivrait si l’une d’entre nous tombait enceinte et qu’un bébé arrivait à la maison. Ce serait si chouette! On est peut-être un peu trop optimistes, mais aujourd’hui personne ne pense que ce serait une raison d’arrêter de vivre ensemble. Et en tant que couple? On le vit très bien, vu qu’on habite avec d’autres couples, on se focalise moins sur sa propre relation ou sur les petites frustrations de couple. On peut aussi se défouler sur quelqu’un d’autre, ce qui aide souvent (rires). Et si on veut vraiment discuter sérieusement de quelque chose, on le fait dans notre chambre. Pour le moment il n’y a encore jamais eu de grosse dispute! »

Texte: Kaatje De Coninck et Emilie Van de Poel. Photo: Thomas Legrève.

À lire aussi:

Jobs

Plus qu’une étape pour activer les alertes-infos!

Autorisez les notifications de Flair.be sur votre navigateur.