Gen F

En rejoignant la communauté, vous recevez un accès exclusif à tous nos articles, pourrez partager votre témoignage et…
© Suite, Youtube

« Suite » : le documentaire qui lève le voile sur les violences sexuelles dans le milieu de l’athlétisme

Ana Michelot
Ana Michelot Journaliste

Réalisé par Emma Oudiou, « Suite » dénonce à travers de nombreux témoignages, les violences sexuelles perpétuées dans le milieu de l’athlétisme. Un documentaire coup de poing qui brise le silence.

Noémie, Élisa, Cassandre, Perrine, Sarah, toutes ont vécu des violences sexuelles alors qu’elles pratiquaient leur passion : l’athlétisme. Elles ont accepté de se livrer dans « Suite », un documentaire réalisé par Emma Oudiou. Elle-même une ancienne coureuse de demi-fond, spécialisée en 3000 m steeple, la jeune française de 27 ans compte une dizaine de championnats de France à son palmarès. En 2018, elle avait porté plainte contre un de ses anciens entraîneurs qu’elle accusait d’agression sexuelle, mais l’affaire avait été classée sans suite deux ans plus tard. Aujourd’hui, elle a décidé de donner la parole à d’autres sportives de haut niveau qui, elles aussi, ont subi des violences sexuelles alors qu’elles pratiquaient l’athlétisme. L’objectif : libérer la parole, pour que plus jamais, d’autres filles ou garçons ne subissent l’impensable.

Lire aussi : 54 athlètes dénoncent les violences sexuelles dans le monde du sport

Aider les autres en élevant leurs voix

Le documentaire s’ouvre sur des images de championnats du monde, de Jeux olympiques avec en voix off, Emma Oudiou qui nous confie : « Ça, c’est ce à quoi je m’attendais quand j’ai commencé le sport de haut niveau. Comme vous, j’ai rêvé devant ces images, de tout mon cœur, mais j’ai vite été rattrapée… » Des paroles qui font froid dans le dos, tout comme les témoignages glaçants des jeunes femmes qui se livrent devant la caméra. Leurs histoires personnelles accusent un président de club d’athlétisme, un entraîneur et un athlète de l’équipe de France. Si revenir sur les traumatismes qu’elles ont vécus leur coûtent à toutes, elles affirment le faire pour aider d’autres personnes qui auraient subi la même chose, leur dire qu’elles ne sont pas seules et faire en sorte que les choses changent. Sarah témoigne du sexisme ambiant au sein de l’INSEP, l’institut national du sport, de l’expertise et de la performance. Elle raconte avoir été plusieurs fois victime de harcèlement sexuel sur le terrain sans que personne ne réagisse. « Tout le monde en riait », explique-t-elle. Une nuit lors d’une soirée alcoolisée où elle célèbre son anniversaire, elle affirme avoir été violée par l’un des athlètes de l’institut. Aux yeux des autres, elle sera simplement la briseuse de couple, car le garçon avait une copine. De leur côté, Noémie, Élisa et Cassandre racontent avoir été abusées par le même entraîneur à partir de leurs 12 ans. Sous prétexte de massages, ce dernier les agresse sexuellement lors de séances qui se déroulent dans son garage. Perrine, elle, a été abusée et violée par un président de club pendant quatre ans. Manipulée psychologiquement, elle explique s’être sentie coincée dans un véritable « engrenage ».

L’affichage de ce contenu a été bloqué pour respecter vos choix en matière de cookies. En cliquant sur « Voir le contenu », vous acceptez les cookies. Vous pouvez modifier vos choix à tout moment en cliquant sur « Paramètres des cookies » en bas du site.
Voir le contenu

Des perspectives d’avenir

Le courage de ses survivantes a permis de faire réagir la fédération française d’athlétisme qui a visionné le documentaire. « Elle veut mettre en place des commissions disciplinaires par rapport à toutes les histoires qui sont ressorties dans le documentaire. Elle dit ne pas avoir été au courant de ces histoires. Elle m’a aussi proposé de réfléchir à des solutions pour que cela n’arrive plus, donc pourquoi pas travailler avec la Fédération sur ces politiques-là », a expliqué Emma Oudiou à « RMC Sport ». Malgré son enthousiasme face aux changements qui s’opèrent dans le milieu, la jeune femme ajoute : « Après, il faut que ça monte beaucoup plus haut, car ça touche le sport, mais aussi toute notre société. »

À lire aussi :

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Nos Partenaires