Gen F

En rejoignant la communauté, vous recevez un accès exclusif à tous nos articles, pourrez partager votre témoignage et…
© <> on January 14, 2017 in Paris, France.

Weinstein, Epstein… et Bruel? Des femmes accusent le chanteur de harcèlement sexuel

Kathleen Wuyard

Cet été, une enquête a été ouverte en toute discrétion à l’encontre de Patrick Bruel pour harcèlement sexuel et exhibition. La presse française dévoile aujourd’hui que depuis, deux nouvelles femmes se sont manifestées pour dénoncer des faits similaires. De quoi lui casser la voix?


Les faits se seraient produits en Corse à la mi-août, alors qu’il s’apprêtait à donner un concert sur l’île de beauté. Il croise une jeune esthéticienne de 21 ans dans les couloirs de son hôtel, le Radisson, et demande à son équipe de lui réserver un massage avec elle. Rendez-vous est fixé dans sa loge, où il ferme la porte et refuse catégoriquement de se faire masser autrement que nu. Pour mieux annoncer la couleur d’emblée? Toujours selon l’esthéticienne, il lui aurait clairement fait comprendre qu’il attendait des services sexuels, ce qu’elle affirme avoir catégoriquement refusé. Plutôt que de déposer plainte, la jeune femme avait choisi d’effectuer un signalement à la gendarmerie, afin de laisser une trace papier au cas où d’autres victimes se manifesteraient. Et ces dernières n’ont pas attendu longtemps: entretemps, deux autres accusatrices se sont manifestées.

Autre temps, autres faits


En septembre 2008, Patrick Bruel s’offre un massage, et décide visiblement qu’il a besoin d’un petit extra pour être encore plus détendu. Selon l’esthéticienne, qui s’est confiée au Parisien, le chanteur aurait d’abord là aussi refusé d’enfiler le sous-vêtement jetable fourni en préambule au massage. Nu sur la table, il aurait ensuite demandé une caresse sexuelle « avec les mains » à sa masseuse, n’hésitant pas à préciser qu’il obtenait régulièrement des faveurs semblables dans les hôtels marocains où il se rend. Pas de quoi convaincre la jeune femme, qui a non seulement refusé, même après qu’il ait tenté de la prendre par la taille pour la convaincre, a choisi aujourd’hui de porter plainte. Pourquoi, onze ans plus tard? Parce qu’à l’époque, elle avait peur de perdre sa place. Et qu’ainsi que l’histoire récente nous l’a appris, il suffit parfois qu’une seule langue se libère pour délier toutes les autres.

Source : Getty Images


La preuve: une troisième victime potentielle s’est manifestée, dénonçant des faits qui cette fois se seraient passés en 2011 à l’Eden Rock, un hôtel de luxe à Saint-Barthélémy. Une fois de plus, il aurait refusé de porter sous-vêtement jetable ou serviette, et aurait réclamé une fellation avant de coller son sexe en érection sur l’employée tout en lui maintenant les mains. Deux témoignages vieux de 11 et 8 ans, qui pourraient donc tomber sous le coup de la prescription, mais permettre toutefois de faire la lumière sur l’incident qui se serait produit en Corse cet été, et dont deux versions différentes ont été données à la police. Du côté de la défense de Patrick Bruel, on est sans appel.

Nous n’avons pas eu connaissance du contenu de ces témoignages et notre client n’a pas été interrogé sur ces allégations. En tout état de cause, ce qui est évoqué ne correspond absolument pas à la réalité, ni aux principes ni au comportement de notre client. L’enquête judiciaire permettra de le démontrer »


Patrick Bruel, quant à lui, réfute les accusations qui pèsent contre lui après son concert en Corse de cet été, ainsi qu’il l’a communiqué au Parisien. « Nous étions une heure avant mon concert, dans ma loge, accessible à tous. Mon équipe, mes collaborateurs, mes enfants étaient à proximité et ont l’habitude d’entrer à tout moment dans ma loge. Je n’ai pas eu la moindre intention, ni le moindre geste déplacé envers cette femme ». Une affaire qu’il reviendra à la justice de trancher, et qui met une fois de plus en question la place des grands hommes.

Lire aussi:

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Nos Partenaires