Home Culture Après le cinéma, #MeToo lève le rideau sur les agressions à l’opéra

Après le cinéma, #MeToo lève le rideau sur les agressions à l’opéra

Avec sa voix chaude capable de mille nuances, le ténor espagnol Placido Domingo est devenu au gré des années une véritable star de l’opéra, jusqu’à diriger aujourd’hui celui de Los Angeles. Adulé, il est aujourd’hui au coeur de la tourmente après qu’une dizaine de femmes l’aient accusé d’harcèlement sexuel.

Il y aura décidément eu un avant et un après #MeToo. Depuis l’apogée du mouvement, et la chute extrêmement médiatisée du producteur Harvey Weinstein, les femmes ne se taisent plus. Des comportements qui en venaient presque à passer pour « normaux », autant de maux nécessaires pour s’élever professionnellement, sont aujourd’hui dénoncés pour ce qu’ils sont: du harcèlement sexuel, voire pire dans certains cas. Et aucun milieu n’est épargné. Cinéma, mode, politique, journalisme, médecine… et aujourd’hui, l’opéra, où c’est une pièce tonitruante qui se joue: la déchéance de Placido Domingo.

Dans une enquête révélée ce mardi par l’Associated Press, neuf femmes, huit chanteuses et une danseuse, accusent le ténor ibère d’harcèlement sexuel. Des faits qui auraient commencé dès la fin des années 80 et se seraient prolongés durant plus de 30 ans, entre mains sous la jupe, autres gestes absolument déplacés, et baisers forcés. Dans un récit qui fait drôlement écho à l’affaire Weinstein, les femmes affirment également que leur carrière a été gâchée après qu’elles aient refusé les avances du chanteur. Qui ne nie pas les faits, mais conteste « l’interprétation » qui en est donnée.

Les allégations de ces individus anonymes qui remontent parfois à trente ans sont profondément troublantes et, telles que présentées, inexactes (…) Je croyais que toutes mes interactions et relations étaient toujours bienvenues et consenties. Les gens qui me connaissent ou qui ont travaillé avec moi savent que je ne suis pas quelqu’un qui intentionnellement heurterait, offenserait ou placerait quelqu’un dans l’embarras »

Une ligne de défense qui ne convainc pas plus aujourd’hui que quand c’était l’ex-directeur de Miramax qui tentait de plaider l’innocence et les relations consenties. L’opéra de Los Angeles a ouvert une enquête suite aux révélations des 9 femmes, tandis que l’orchestre de Philadelphie, où Placido Domingo devait se produire cet automne pour ouvrir la saison, a retiré son invitation. À New-York, le Met, où l’Espagnol doit aussi prochainement se produire, a annoncé attendre les résultats de l’enquête pour se prononcer.

Lire aussi: 

Jobs

Plus qu’une étape pour activer les alertes-infos!

Autorisez les notifications de Flair.be sur votre navigateur.