Gen F

En rejoignant la communauté, vous recevez un accès exclusif à tous nos articles, pourrez partager votre témoignage et…
© NO KIDS. Feeling regret about not having children. Too busy to have children.

Pour les anti-natalistes, les parents n’ont pas le droit de choisir d’avoir des enfants

Kathleen Wuyard

Et si avoir des enfants était une décision complètement égoïste, puisque personne ne leur demande leur avis avant de les mettre au monde? C’est le point de vue que défendent les anti-natalistes, et non contents de ne pas se reproduire, certains vont jusqu’à traîner leurs propres parents en justice.


Affublé d’une gigantesque fausse barbe et de lunettes de soleil qui masquent son visage, Raphael Samuel, un jeune habitant de Bombay de 28 ans, se cache derrière la page Facebook Nihilanand et ses postes qui oscillent entre nihilisme complet et colère. La raison de son mécontentement? Il est vivant. Ou plutôt: ses parents ont choisi de lui donner la vie sans lui demander son avis. Et tant pis s’il est réalistiquement impossible de s’assurer qu’un enfant veut voir le jour avant qu’il ne soit né: en février dernier, Raphael Samuel a décidé de faire un procès à ses parents pour « venue arbitraire au monde ». Une plainte d’autant plus loufoque que ses deux parents sont avocats et l’ont donc accueillie de manière plutôt circonspecte. Ainsi que l’a expliqué la mère du jeune homme à la BBC, « j’admire la témérité de mon fils de nous avoir trainés en justice alors que nous sommes tous les deux avocats, et s’il parvient à trouver une explication rationnelle à comment nous aurions pu lui demander son avis avant qu’il ne naisse, je reconnaîtrai mes torts ». Quand il ne poste pas des images coups de poings comparant le choix d’avoir un enfant à celui d’acheter un chien ou un jouet et affirmant que les enfants ne sont rien de plus que du divertissement pour leurs parents, Raphael Samuel argumente sa philosophie anti-nataliste en évoquent notamment l’état actuel de la planète.

L’humanité n’a pas de sens. Tellement de gens souffrent. Si l’humanité s’éteignait, la terre et les animaux seraient bien plus heureux. Et plus aucun humain ne souffrirait. L’existence humaine est totalement inutile »

#Repeat #OldIsGold

Posted by Nihilanand on Wednesday, March 20, 2019


 

Et si ses convictions peuvent sembler radicales, le jeune indien est pourtant loin d’être le seul à penser de la sorte. Au Texas, Dana Wells poste des vidéos YouTube sous le pseudonyme « The Friendly Antinatalist », partageant son point de vue sur la question ainsi que sur d’autres sujets polémiques avec le sourire et un irrésistible accent du sud. Son credo? « Faites une faveur à vos enfants: n’en ayez pas ». Et si sa chaîne ne rassemble que 977 abonnés, le mouvement anti-nataliste gagne pourtant en popularité au fur et à mesure que la situation de la planète se dégrade. Si peu de gens adhèrent au principe irréalisable de demander la permission à ses enfants avant de les mettre au monde, de plus en plus de personnes en âge de procréer hésitent, qu’il s’agisse de ne pas surcharger une planète déjà surpeuplée et malmenée, ou simplement de ne pas risquer de faire naître des enfants qui vivront dans un monde en pleine implosion climatique. Résultat, le taux de natalité décline dans la plupart des pays, mais selon Sarah Harper, une experte britannique des changements de population, la nouvelle est loin d’être mauvaise. Ainsi qu’elle l’a confié au Guardian, en choisissant d’avoir un enfant de moins, les (futurs) parents diminuent leur empreinte carbone de 58 tonnes de CO2 par an. Et d’ajouter que pour équilibrer les populations et éviter que certains pays ne soient peuplés que de vieilles personnes, il ne s’agit pas d’encourager la natalité mais bien simplement de favoriser la migration.

Lire aussi: 

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Nos Partenaires