Gen F

En rejoignant la communauté, vous recevez un accès exclusif à tous nos articles, pourrez partager votre témoignage et…
© Getty

La dernière sorcière de Salem a été innocentée 329 ans après sa condamnation

Ana Michelot
Ana Michelot Journaliste

Accusée d’être une sorcière, Elisabeth Johnson Jr. avait été jugée à Salem et condamnée à mort. 329 ans après, elle vient d’être acquittée.

Les sorcières de Salem sont encore tristement célèbres aujourd’hui. Pourtant ces femmes jugées coupables de sorcellerie et bien souvent pendues en place publique ont été jugées il y a des centaines d’années. La dernière Elisabeth Johnson Jr. est condamnée à mort en 1693, avec 20 autres membres de sa famille. À 22 ans, la jeune femme décide de plaider coupable, probablement pour échapper à un interrogatoire sous la torture. Un sursis lui est finalement accordé et elle et sa famille ne sont pas exécutées, mais sa réputation est entachée à jamais.

Lire aussi : Au Pérou, la chasse aux sorcières est toujours d’actualité

Disculpée 329 ans plus tard grâce à une classe de collégiens

En 2019, Carrie LaPierre, professeur des écoles, décide d’étudier ce procès avec sa classe de collégiens et de monter un projet ensemble afin de faire innocenter Elisabeth Johnson Jr. Pendant trois ans, épaulée par la sénatrice Diana DiZoglio, la classe fait campagne pour que le tribunal la déclare disculpée. Une décision de justice qui vient de prendre effet, le 28 juillet dernier, soit 329 ans après sa condamnation. Elisabeth Johnson Jr. est donc officiellement acquittée. Un symbole fort et une victoire pour la professeur qui a confié au « New York Times » : « Je suis très contente et soulagée, mais aussi déçue de ne pas pouvoir partager cela avec les enfants, car ils sont en vacances d’été. » Selon la professeure, Elisabeth Johnson Jr. était atteinte de troubles psychologiques et n’avait ni enfants, ni mari. À l’époque, ces raisons sont suffisantes pour considérer qu’elle est une sorcière. Comme elle, plus de 200 personnes seront accusées d’être des sorcier·es dans le Massachusetts. Au moment de son procès, beaucoup comprennent que clamer son innocence peut empirer la sentence : à Salem, 19 personnes jurant être innocentes, ont été directement exécutées cette année-là.

Lire aussi :

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Nos Partenaires