Gen F

En rejoignant la communauté, vous recevez un accès exclusif à tous nos articles, pourrez partager votre témoignage et…
©Stefano Montesi - Corbis/Corbis via Getty Images

Triste bilan : 327 personnes transgenres ont été tuées cette année

Ana Michelot
Ana Michelot Journaliste

Ce dimanche 20 novembre se déroulait comme chaque année la Journée du souvenir trans. Selon l’organisme Trans Murder Monitoring, au moins 327 personnes transgenres ont été tuées durant l’année.

Nommée Journée du souvenir trans ou « TDoR » soit Transgender Day of Remembering, le 20 novembre rend hommage à toutes les personnes transgenres décédées à travers le monde. Un jour très spécial qui a été créé en 1998 aux USA après l’assassinat d’une figure phare de la communauté transgenre de Boston, Rita Hester. Depuis, chaque année des centaines de personnes se rassemblent aux quatre coins du globe pour commémorer la mémoire de celleux qui ont perdu la vie en raison de la transphobie qui règne dans notre société, qu’iels aient été tués ou qu’iels se soient suicidés face à la haine qu’iels recevaient.

Lire aussi : La nouvelle héroïne du jeu vidéo Apex Legends sera transgenre

La transphobie tue

Cette journée est également l’occasion de sensibiliser le public aux conséquences dévastatrices que la transphobie provoque. Selon le Trans Murder Monitoring, 327 personnes transgenres ont été tuées entre le 1er octobre 2021 et le 30 septembre 2022. Un chiffre qui ne serait pas exactement représentatif de la réalité puisque comme le rappelle l’organisme, les signalements qui permettent ces statistiques ne sont parfois pas recensés dans certains pays où les institutions qui les repertorient sont absentes. Trans Murder Monitoring affirme : « La plupart des cas continuent d’être non répertoriés et quand ils le sont, ne reçoivent que très peu d’attention. » Avant de déclarer au sujet de ces décès :

Les données continuent d’indiquer une inquiétante tendance globale lorsqu’il s’agit des intersections de la misogynie, du racisme, de la xénophobie, et de la putophobie, la plupart des victimes étant des femmes trans noires et migrantes, et des personnes trans travailleuses du sexe.

Selon les données récoltées par Trans Murder Monitoring, c’est en Amérique latine et dans les Caraïbes que le nombre de personnes transgenres tuées est le plus élevé. Un constat qui était également fait lors des années précédentes. D’octobre 2021 à septembre 2022, ces deux zones géographiques compteraient au moins 222 personnes transgenres tuées. Un triste bilan mondial qui rappelle que la transphobie tue encore en 2022. 

Lire aussi :

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Nos Partenaires