Gen F

En rejoignant la communauté, vous recevez un accès exclusif à tous nos articles, pourrez partager votre témoignage et…
@Getty Images

Stop aux régimes: les 10 principes de l’alimentation intuitive

30 ans. C’est le nombre d’années qu’une femme belge passe à faire régime au cours de sa vie. Mais il n’est jamais trop tard pour arrêter de faire une fixette sur le contenu de notre assiette. C’est le message que veut faire passer Celien Rombouts, coach en alimentation intuitive. C’est pourquoi nous lui avons demandé de nous aider à nous libérer, nous aussi, de toutes les restrictions que nous nous imposons.

Les régimes, ça ne fonctionne pas....

La diététicienne « La plupart du temps, les régimes nous laissent avec un sentiment d’échec. Or, permettez-moi d’être claire tout de suite: si vous ne maigrissez pas, ce n’est pas votre faute! Parmi toutes les femmes qui ont déjà commencé un régime, 95 % auront toujours le même poids à la fin du programme. Certaines auront même grossi. Si vous avez l’impression que vous ne réussirez pas à mincir, pas de panique. Vous n’êtes pas seule. De plus, cela ne veut pas dire qu’au final, vous serez plus malheureuse que les 5 % restants: celles qui atteignent et maintiennent leur objectif de poids. Généralement, on dit de ces femmes qu’elles ont réussi leur pari. À mon avis, on ne peut pas vraiment parler de succès. Des études ont, en effet, montré que ces personnes souffrent d’une faible estime d’elles-mêmes, qu’elles entretiennent un rapport instable avec la nourriture et même qu’elles ont des tendances à la dépression. Et ce, malgré la perte de poids. Pas étonnant quand on y pense. Si vous ne pouvez jamais aller au restaurant sans stress ou si vous vous sentez toujours coupable lorsque vous vous arrêtez à la friterie, comment pouvez-vous vivre sereinement? Même si vous avez le sentiment d’avoir à nouveau raté votre coup et que les pros du marketing continuent de vous classer dans la catégorie de celles qui ont échoué, inutile de déprimer. Les régimes ne sont tout simplement pas conçus pour vous assurer une bonne santé ou une vie heureuse à long terme. Regardons les choses en face: ce n’est pas votre santé qui préoccupe les pros des régimes. Ce qui les intéresse, c’est votre argent. La seule chose qu’ils vont parvenir à faire mincir, c’est votre portefeuille, mais aussi votre confiance. »

On n’aime pas quelqu’un pour son poids

La diététicienne « Il n’est pas étonnant que nous perdions toutes autant de temps à faire régime et à nous plier à une longue liste de règles et de restrictions couplées à de nombreuses contradictions. Sérieusement, glucides ou pas glucides, qui connaît encore la réponse? La culture du régime est malheureusement si profondément ancrée dans notre société que nous grandissons avec l’idée qu’un jour ou l’autre, nous devrons nous restreindre. Cependant, chacun de nous est né avec la capacité d’interpréter les signaux de son corps. Même en tant que tout petit bébé, vous pouviez parfaitement indiquer quand vous aviez faim et quand vous étiez rassasiée. Malheureusement, nous perdons rapidement cette façon intuitive de manger. Même si, tout petite, vous indiquez que vous aviez assez mangé en secouant la tête et en pinçant les lèvres, on vous incitait à ne rien laisser dans votre bol ou assiette. Et, bien sûr, vous n’aviez droit à un dessert que si votre assiette était vide. À l’école, quand arrivait l’heure du lunch, il était préférable d’avoir des choses saines dans votre boîte à tartines. Et de préférence, pas de chocolat: mauvais pour la santé. Le soir, au moment du dîner, au lieu d’accompagner le reste de la famille, votre mère – forcément au régime –, se contentait d’une salade. Elle n’avait pas le droit de manger de graisses et de glucides pendant un mois. Où que vous alliez, il y avait toujours une personne pour vous rappeler à quel point il est important de tout faire pour être à la hauteur de votre idéal de beauté. Si les stars et les influenceuses y arrivent, pourquoi pas vous, en fait? En d’autres termes: dans notre société, l’accent est beaucoup trop souvent mis sur l’apparence, sur la minceur, l’absence de rides et de cellulite. Il est tout à fait normal que ces messages vous fassent douter de vous-même, mais, dans ce cas, laissez-moi vous poser une question: combien de fois avez-vous entendu quelqu’un dire lors d’un enterrement: ‘Oh, comme je l’aimais quand elle faisait du 36’?

Une image idéale pas si idéale

La diététicienne « Parfois, je rêve d’un monde idéal. À mon avis, un monde avec… beaucoup moins d’idéaux. Un monde où chaque personne est acceptée et respectée, peu importe à quoi elle ressemble. Où personne n’a besoin de se sentir mal à cause de son poids. Dans lequel chacun peut être qui il ou/et elle est. Dans ce monde, tout le monde serait égal et nous regarderions davantage la beauté intérieure des gens qui nous entourent. Dans un monde idéal, tout le monde oserait aller chez le médecin sans craindre d’être pointé du doigt par rapport au chiffre qui s’inscrit sur la balance. Dans un monde idéal, les régimes n’existeraient plus. Les diététiciens nous aideraient à tendre vers un mode de vie plus sain au lieu de lister des règles et des restrictions alimentaires en tentant de nous convaincre de parvenir à un poids soi-disant idéal. On ne verrait que des femmes confiantes sur la plage, qui ne cachent pas tout le temps leurs vergetures, bourrelets ou peau d’orange. On les verrait profiter du vent qui souffle dans leurs cheveux, des températures agréables, d’un cocktail et d’une glace. Dans un monde idéal, nous vivrions davantage dans l’instant présent. Nous apprécierions ce qui est là et arrêterions de nous sentir coupables. Nous nous permettrions d’être véritablement en bonne santé et heureux. »

Suivre son intuition

La diététicienne « Si on vous dit depuis des années que suivre un régime est normal et que vous n’aurez pas atteint votre objectif avant d’avoir perdu quelques kilos, il n’est pas évident de changer de point de vue. Modifier son mode de pensée prend parfois du temps. Il ne suffit pas d’appuyer sur un bouton. Heureusement, il existe des personnes et des mouvements qui se soucient vraiment de vous et de votre santé. Le mouvement Body Positive en fait partie, mais l’alimentation intuitive se concentre également sur un état d’esprit sain et équilibré. Parce que si les régimes ne fonctionnent pas et que les glucides et les graisses ne sont pas les grands ennemis de notre quotidien, que devriez-vous faire pour vivre une vie plus saine et nous sentir mieux dans notre peau? Bonne question. Ma réponse tient en deux mots: alimentation intuitive. Mais contrairement à la croyance populaire, cette approche ne signifie pas que vous pouvez manger tout et n’importe quoi. Pourtant, l’alimentation intuitive ne vous impose aucune règle ou barrière. Aucun aliment n’est sur liste noire. En théorie, vous avez carte blanche pour manger ce que vous voulez. Alors, comment s’assurer de ne pas constamment grignoter des chips ou de se gaver de tout ce dont on a envie? Pour cela il faut revenir aux fondamentaux et réapprendre à écouter son corps. Le but de l’alimentation intuitive est de vous aider à vous reconnecter avec lui. Cette approche s’articule autour de dix principes qui vous aident à vous débarrasser de la dictature du régime et vous rendent beaucoup plus consciente de votre propre mode d’alimentation.

Les 10 principes de l’alimentation intuitive

Dites adieu aux régimes

Le seul résultat garanti des régimes, c’est l’effet yo-yo. Ne vous concentrez plus (plus) sur la perte de poids, mais bien sur votre santé. Le chiffre sur la balance et la taille de vos vêtements n’ont pas d’importance, tant que vous vous sentez bien et en bonne santé.

Ne vous affamez jamais

La faim est un signal clair de votre corps, alors ne l’ignorez pas. Pour vous assurer de conserver assez de force pour travailler, faire du sport et gérer tous les aspects de votre quotidien, assurez-vous qu’il est nourri dès qu’il le demande. Vous attendez d’avoir faim pour manger? Si oui, vous ne devriez plus avoir de mal à manger de manière équilibrée: en quantités modérées, mais sans vous priver.

Arrêtez le combat

Si vous vous interdisez constamment de manger quand vous avez faim et que vous vous critiquez pour cela, manger finira par devenir un véritable combat. Se priver de certains aliments/plats risque de créer l’effet inverse. Plus vous vous privez souvent d’un aliment, plus votre envie s’intensifiera et plus vous risquez, lorsque vous succomberez finalement à cette envie, de le faire de façon excessive. Faites plutôt la paix avec la nourriture et découvrez le plaisir de manger en toute sécurité lorsque vous avez faim.

Stoppez la dualité: « bon versus mauvais »

Nous avons appris à séparer la nourriture en deux catégories: bonne ou mauvaise. Cela n’a pas vraiment de sens. Il n’y a pas de police alimentaire. La seule personne qui peut vous infliger une amende, c’est vous. Bien sûr, il y a une différence dans la valeur nutritionnelle d’une pomme et d’une tarte aux pommes. Mais cela ne fait pas de vous une mauvaise personne si vous optez pour l’option gourmande, plutôt que nutritive.

Arrêtez-vous lorsque vous êtes rassasiée

La faim est un signal important de votre corps, mais la satiété l’est tout autant. Tout comme votre faim est une forme d’agression à l’encontre de votre corps, votre suralimentation l’est aussi. Arrêtez-vous lorsque votre faim est satisfaite. Prenez vraiment conscience de cette limite et respectez-la. Ce n’est qu’ainsi que vous traiterez votre corps avec tout le respect qu’il mérite.

Profitez

Si vous mangez ce que vous voulez et que vous le faites dans un cadre confortable et relaxant, le plaisir que vous éprouvez en mangeant vous aidera à vous sentir rassasiée et satisfaite. En vous accordant une pause agréable à chaque repas, vous constaterez que vous avez besoin de moins de nourriture pour vous sentir rassasiée.

Apprenez à gérer vos émotions

Vous avez passé une mauvaise journée? Vous êtes très triste ou vous souffrez d’un syndrome prémenstruel particulièrement douloureux? Dans ce type de situations, les aliments réconfortants semblent être la solution la plus évidente. Mais vous savez très bien que la nourriture ne résoudra pas tous vos problèmes. Arrêtez de ressasser vos idées noires et tentez de mieux gérer vos émotions. Trouvez une technique saine de régulation des émotions, parlez ou demandez de l’aide quand vous en avez besoin, et ne vous attendez pas à ce que la nourriture vous apporte la réponse ultime. À long terme, cela ne fera qu’aggraver votre sensation de malaise.

Aimez-vous, tout simplement

Une femme avec une pointure 38 ne cherche jamais à entrer dans un soulier 37 ou 39. Pourquoi faisons-nous cela avec nos vêtements? Il est inutile et inconfortable de vous attendre à ce que votre corps affiche une taille qui n’est pas raccord avec votre nature. Arrêtez de critiquer votre modèle génétique et efforcez-vous plutôt de capitaliser sur votre morphologie naturelle, celle que Mère Nature vous a donnée.

Marchez ou dansez

L’exercice physique est important, mais vous n’avez pas nécessairement besoin de passer des heures dans un club de sport pour être en bonne santé. Au lieu de vous braquer sur les résultats (calories brûlées, muscles à renforcer ou kilomètres parcourus), concentrez votre attention sur la sensation que vous ressentez en vous entraînant. Si vous bougez en vous faisant plaisir, cela vous donnera beaucoup d’énergie. Au lieu de râler au moment de vous y mettre, vous aurez hâte de ressentir les effets positifs du sport sur votre état d’esprit.

La priorité: votre santé!

Donnez donc à votre corps des aliments sains. Mais ne vous y trompez pas: sain ne veut pas dire parfait. Offrez-vous un petit plaisir gourmand de temps en temps. Tant que vous mangez sainement la majorité du temps, une petite friandise à l’occasion ne vous fera ni grossir, ni tomber en carence.

Lire aussi:

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Nos Partenaires