Gen F

En rejoignant la communauté, vous recevez un accès exclusif à tous nos articles, pourrez partager votre témoignage et…
Aftercare - Getty

Pourquoi l’aftercare est si important après le sexe

Laurane

Si l’on a longtemps mis l’accent sur l’importance des préliminaires (et le fait qu’ils peuvent se suffire à eux-mêmes), on ne parle que trop peu de l’aftercare et de sa nécessité au sein de la sexualité.

L’aftercare, aussi appelé postludes en français, est un terme largement utilisé et mis en pratique dans le cadre du BDSM. Au vu de ses bienfaits et de son importance, il a permis d’englober tout simplement les gestes de soin qu’on met en place après un rapport sexuel. Explications.

L’aftercare, le grand oublié?

La pratique peut paraître anodine voire logique mais dans les faits, elle est zappée par de nombreuses personnes, ce qui laisse leurs partenaires dans un état maussade, à la limite de l’incompréhension et peut leur donner l’impression d’avoir été considéré·e·s comme des objets sexuels.

Combien de personnes ne se sont pas plaintes dans mon cabinet de consultation d’avoir été mises dehors directement après le sexe, d’être laissées sur le bord du lit avec un sentiment de vide, de ne pas se sentir respectées après un rapport intense.

En d’autres termes, l’aftercare est très important et devrait être appliqué systématiquement après les rapports sexuels, qu’ils soient intenses ou non, qu’on soit en couple ou non,... Sys-té-ma-ti-que-ment.

Mais en quoi consiste-t-il vous demandez-vous? Eh bien disons que ça dépend de chacun et de ses besoins personnels.

Lorsque l’on a un rapport sexuel, et d’autant plus s’il a donné lieu à un orgasme, un cocktail d’hormones s’empare de votre corps et vous plonge dans un état qui peut être assez intense, positivement ou négativement. Lorsque le rapport est terminé, le corps reprend doucement son état initial et s’engage alors dans une « descente ». C’est là que l’aftercare entre en jeu et vous invite à prendre soin de vous et de votre partenaire sexuel, juste après un rapport. Ce moment permettra, entre autres, de prolonger la sécrétion d’ocytocine; l’hormone du bien-être.

Ce moment aftersex est d’autant plus indispensable dans le cadre de pratiques plus intenses comme le BDSM, surtout si vous êtes le/la receveur·euse. Les jeux d’humiliation, les jeux fétichistes, le bondage, les gestes douloureux consentis, etc. peuvent laisser des marques tant physiques que psychologiques. Même si le cadre est bien posé et que le rapport engrange beaucoup de plaisir, il est tout à fait possible de très mal vivre la descente post-sexe. Certaines personnes ressentent des émotions très fortes de l’ordre la honte, de la culpabilité, de l’angoisse ou de l’abandon.

Il est donc grandement nécessaire de consacrer un moment à retrouver un confort corporel et mental en assimilant l’expérience et en accueillant les émotions entre partenaires. La présence d’autrui peut être bienfaitrice pour maintenir positivement l’expérience sexuelle dans sa globalité, ce qui inclut forcément l’après.

L’aftercare qui me convient

L’aftercare se divise en deux catégories: les soins émotionnels et les soins physiques. Comme dit ci-dessous, certaines pratiques engrangent des douleurs physiques qu’il peut être nécessaire de soigner et d’apaiser. Mais il est aussi essentiel de veiller aux émotions ressenties. Certaines personnes ont besoin de contact physique et de câlins, d’autres ont besoin de discuter et de débriefer, d’autres encore doivent reprendre des forces en buvant et en mangeant. Pour le savoir, il n’y a qu’un seul moyen:

  • Pour vous-même: en prenant le temps de faire un scan de votre corps et d’interroger vos besoins. Observez vos signaux physiques et émotionnels: votre corps est-il à une température confortable? Avez-vous soif? Que ressentez-vous comme émotions? Comment pourraient-elles être plus confortables?
  • Pour votre/vos partenaire(s): en leur laissant la place pour exprimer leurs besoins, en les interrogeant, en prenant des initiatives. Observer le langage non-verbal et le corps est un excellent moyen de déterminer les besoins de l’autre. Il/elle frissonne? Une couverture est la bienvenue. Il/elle transpire? Un verre d’eau fera du bien. Il/elle pleure? Proposez-lui un câlin, un mouchoir et une épaule accueillante.

Tous les besoins nous sont propres et sont légitimes et valides. Notez toutefois que votre partenaire ne peut pas forcément les deviner. Il est donc nécessaire de verbaliser un maximum ce que vous arrivez à identifier.

En pratique, cet espace d’échange sûr et confortable va de pair avec la communication. Que ça soit en proposant un verre d’eau ou en prenant une douche avec votre partenaire tout en donnant vos ressentis, vous offrez la possibilité aux liens qui se sont noués lors du rapport de se maintenir en douceur.

Et pour les personnes qui craindraient d’envoyer les mauvais signaux (par exemple, en donnant l’impression qu’on est à la recherche d’une relation alors qu’il ne s’agissait que d’un « coup d’un soir »), retenez simplement que ce n’est pas parce que vous respectez une personne et montrez de la gratitude pour l’expérience sensuelle que vous venez de vivre que vous allez vous marier. Nous sommes des êtres humains dotés d’émotions parfois hors de contrôle. Faire preuve d’intelligence émotionnelle devrait être davantage valorisé. L’aftercare fait partie intégrante de la rencontre sexuelle. Et il ne rendra la connexion physique et émotionnelle que plus plaisante, sans laisser d’arrière-goût désagréable en bouche.

Lire aussi:

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Nos Partenaires