https://api.mijnmagazines.be/packages/navigation/

Gen F

En rejoignant la communauté, vous recevez un accès exclusif à tous nos articles, pourrez partager votre témoignage et…

La puissance de nos vêtements: comment avoir un style unique qui nous ressemble?



Pourquoi se sent-on parfois si bien dans certaines tenues et si mal dans d’autres, pourtant jolies ? Parce que certains vêtements, choisis correctement, correspondent à notre identité profonde. Alors comment élaborer une garde-robe authentique dans laquelle on se sent parfaitement soi-même?


Plus que jamais, de nombreuses personnes ont besoin de se sentir parfaitement bien dans leurs vêtements, plutôt que de suivre les tendances. C’est notamment le cas de Laura, 33 ans, qui nous explique en quoi la crise du Covid-19 lui a fait repenser sa façon de consommer la mode :

Au début du confinement, je ne m’habillais plus qu’en vêtements ultra confortables. J’ai finalement gardé cette habitude de ne porter que des vêtements dans lesquels je me sens parfaitement bien. Ce n’est pas juste une question de confort : je ne vois plus l’intérêt d’acheter des pièces qui ne me ressemblent pas. Je m’habille désormais uniquement pour moi-même et plus pour plaire à un cercle social, qui s’est considérablement restreint avec la pandémie.

S’habiller, en adéquation avec soi


Ce désir d’authenticité, Astrid Eckelmans, coach en image, le ressent dans ses consultations : « La société est aujourd’hui traversée par un vrai désir d’authenticité. Et cette envie d’aller vers des choix qui nous ressemblent s’est d’autant plus accentuée avec le confinement, période qui nous a permis de réfléchir à ce qui est essentiel pour nous. La vie et les activités à l’extérieur ayant été mises entre parenthèses, la fonction sociale du vêtement a perdu de son sens. Aujourd’hui on ne s’habille plus pour les autres, pour faire bonne figure au travail, mais pour se sentir bien et en adéquation avec soi-même ». Conséquence de ce besoin d’authenticité ? Une garde-robe qu’on désire simplifiée et épurée de tous les vêtements qu’on n’a plus portés depuis un an et dans lesquels on ne se retrouve plus.

Aujourd’hui on ne veut plus nécessairement suivre les tendances qui obligent à changer d’allure toutes les saisons, ni porter des modèles standardisés « à la mode » pas toujours flatteurs pour notre silhouette,


souligne Astrid. « On veut se sentir vrai·e et soi dans ses vêtements, on est davantage à la recherche de quelque chose qui nous ressemble. » Ce besoin de se sentir ‘vraie’, Emilie, 29 ans, le ressent depuis quelques années maintenant : « Avant, quand je voyais une copine porter une petite robe à fleurs et des sandales, j’avais directement envie de m’acheter aussi ce look, car je trouvais que ça lui allait super bien. Idem quand je voyais une autre amie porter un sweat oversized et de grosses baskets. Je ne me posais même pas la question de savoir si ça allait m’aller à moi aussi et au final, je ne portais jamais cette petite robe à fleurs ou ce sweat oversized qui ne correspondaient pas à ce que je suis, moi. C’étaient systématiquement de mauvais achats. Aujourd’hui, j’essaye de ne plus me calquer sur d’autres personnes et de rester concentrée sur des tenues qui me correspondent. »

Vers du slow shopping ?


On a déjà tou·te·s vécu ce moment où, devant notre dressing, on se retrouve face à une quantité de vêtements, et on a pourtant l’impression de ne rien avoir à se mettre. On scrute, on enfile, on enlève, on questionne… Selon la spécialiste en style, dans ces cas-là, « quelque chose se joue qui n’est pas seulement le fait de choisir un bout de tissu. On cherche à trouver le vêtement idéal, celui qui nous plait esthétiquement et dans lequel on se sent bien.

Et c’est pourquoi on investit dans nos habits : pour ce qu’ils nous font ressentir. Pas pour ressembler aux autres.


La solution pour éviter la panne de style le matin ? « Prendre le temps de réfléchir à ce dont on a besoin, à ce qui nous fait réellement envie. Cela permet de faire des choix vestimentaires qui nous correspondent mieux. » Et par conséquent, la petite robe aux motifs fleuris qu’on trouvait belle et attrayante chez l’autre ou dans la vitrine d’une boutique n’est alors plus nécessairement un désir à assouvir ou une pièce acquérir à tout prix.

Quand la mode se fait thérapie


En adoptant des vêtements qui nous correspondent à nous et qui n’ont pas vocation à plaire aux autres, on influence aussi positivement l’image que nous avons de nous-même. « Porter des habits, des couleurs, des modèles confortables dans lesquels on se sent parfaitement bien met du baume au cœur et renforce l’estime de soi. Il suffit de voir à quel point une pièce qu’on adore porter peut nous faire sentir plus vivant·e et rayonnant·e.

Dans des moments de vie plus difficiles, on a parfois du mal à s’habiller, et tendance à croire que cela n’a plus d’importance. Cela va de pair avec un manque de confiance en soi.


appuie Astrid, consultante en image, qui place l’estime de soi au centre de sa pratique de coach : « C’est là que le conseil en image prend tout son sens : retrouver le plaisir de s’habiller, apporter une touche de joyeuseté à son dressing, et surtout retrouver un regard positif sur soi pour avancer. Parce qu’au-delà de l’esthétique, nos vêtements racontent aussi ce qu’on vit intérieurement ». Et quand ils sont bien choisis, ils ont ce pouvoir presque magique de nous réconcilier avec nous-même et nous faire (re)prendre goût au plaisir simple mais néanmoins essentiel de s’habiller. « J’ai beau trouver la mode parfois superficielle, cela reste un réel bonheur de choisir des vêtements, quand ce sont des bons achats durables, dans lesquels je sens que ma personnalité est mise en avant. On est obligés de s’habiller, donc autant transformer cette nécessité en plaisir » exprime Laura. Ce pouvoir que peuvent revêtir les fringues, Laurane le ressent aussi depuis ce confinement:  “Comme on est en télétravail depuis maintenant un an, j’ai vite pris le pli de ne plus m’apprêter. J’enfilais des vêtements larges, je lavais mes cheveux moins souvent et les coiffais en chignon, et petit à petit… » nous raconte-t-elle, « le pantalon large s’est transformé en pyjama, mes cheveux en chignon constant et mes chaussures en chaussettes pilou-pilou.

Vers le mois de décembre, je me sentais constamment déprimée, pas motivée à travailler, mal dans ma peau. J’ai pris la décision de m’apprêter pour moi, de travailler une image qui me ressemble pour être en paix devant le miroir.Tous les matins, je prends donc du temps pour me coiffer, me maquiller, m’habiller avec soin comme si j’allais au bureau. Très vite, j’ai senti une nouvelle force se manifester en moi, j’étais plus dynamique, moins affalée dans mon fauteuil, j’ai eu de nouvelles idées, un nouveau souffle de motivation.


Et j’expérimente aussi l’inverse quand la flemme reprend ses droits (ça m’arrive encore de ne pas avoir envie le matin et de zapper mon rituel). Ces jours-là, je retourne dans une humeur moins productive et moins heureuse. Pour moi, c’est la preuve incontestable que nos sentiments de puissance et de bien-être sont liés à notre regard sur nous-mêmes. Parfois, une tenue peut tout changer. La citation ‘Donner à une femme de belles chaussures et elle pourra conquérir le monde’ peut paraître superficielle mais au final, je l’acquiesce complètement! »

« J’observe cette transformation s’opérer chez les femmes que j’accompagne en coaching. Au fur et à mesure des séances, en apprenant à mieux se connaitre et savoir ce qui leur va, elles gagnent en énergie et en confiance » reconnaît notre coach en image. « À travers un regard bienveillant, elles parviennent/réapprennent à mettre en valeur leurs atouts, les qualités qu’elles ont en elles et aussi leur personnalité, pour mieux exprimer qui elles sont et se sentir plus fortes. »

Conseils pour une garde-robe authentique


Astric Eckelmans nous dévoile 4 recommandations pour élaborer une garde-robe authentique, qui correspond à votre identité profonde.

Visualiser son dressing idéal


Visualisez les vêtements dans lesquels vous vous projetez, pour faire des choix qui reflètent notre propre univers. Est-ce un style épuré, coloré, ou qui fait place à plus de fantaisie ? Réfléchir à ce qui nous correspond permet de faire des choix dans lesquels on se reconnait.

Choisir le bon moment pour faire du shopping


Quand on est dans de bonnes dispositions. Anticiper ce dont on a besoin et ce qui nous ferait vraiment plaisir. Eviter de faire ses achats sur un coup de tête ou après une journée de travail frustrante, qui sont la plupart du temps des achats compulsifs et émotionnels, que l’on risque de regretter par la suite.

Réfléchir aux atouts qu’on a envie de mettre en valeur


Si vous avez une taille marquée, choisissez des modèles qui mettront votre taille en valeur (pantalons taille haute, robe cintrée,…). Si vous avez un joli décolleté, privilégiez les cols en V qui féminiseront votre look. Si vous êtes grande et fine, optez pour une combinaison ou un ensemble monochrome qui mettra en valeur votre silhouette élancée.

Expérimenter des couleurs qui sortent du classique noir, gris et blanc quelque peu conformistes


Choisissez des couleurs dans lesquelles vous vous sentez bien, pour personnaliser votre style.

[td_smart_list_end]

Pour ne plus se tromper dans ses achats, Amélie, 34 ans, a constitué quant à elle un véritable plan d’attaque: “Première étape, dont les résultats sont rentrés dans ma démarche: déterminer les couleurs qui me vont (automne, hiver, printemps ou été). Ensuite ma morphologie: j’ai déterminé ma silhouette et donc les tenues qui me vont et ne me vont pas, en prenant réellement mes mesures.” Des éléments très concrets auxquels s’est greffée une analyse de ses ressentis: “J’ai aussi été attentive à mon ressenti quand je porte certains vêtements. Par exemple, je me rends compte que je suis jamais a l’aise avec une petite jupe droite. Ça tourne et je passe ma journée à tirer dessus. J’ai donc ajouté ces éléments dans les résultats obtenus par rapport à ma morphologie.” Dernière étape du programme? Le mood board, pour déterminer son style. “Et de tout ça est ressorti que l’idéal pour moi est d’investir dans de belles pièces classiques qui durent toute la vie et d’apporter de la nouveauté, avec des pièces plus funky mais vintage et donc pas trop chères. J’ai aussi du coup déterminé une ou deux tenues ‘uniformes’: des tenues parfaites pour ma silhouette et faciles à décliner. Exemple: une jupe midi, avec des boots et un pull moulant, ou un pantalon taille haute, un pull ample rentré dedans et des boots.”

Choisir mieux pour moins consommer


On l’a compris: s’habiller en faisant preuve d’authenticité permet de se sentir mieux dans sa peau. Mais cette quête d’authenticité répond aussi à un besoin écologique, plus présent aujourd’hui qu’auparavant. « On se soucie aussi davantage aujourd’hui de l’impact de nos achats et de nos consommations. On n’a plus envie d’une mode ‘jetable’ qui dure le temps d’une saison, mais au contraire de vêtements de qualités et durables qu’on va pouvoir garder plus longtemps » explique Astrid.

Aller vers une garde-robe authentique et faire des choix conscients qui reflètent mieux qui nous sommes permet d’éviter les achats superflus qui s’entassent dans nos armoires et où l’on finit par se perdre soi-même. Acheter moins, choisir mieux, pour avoir l’esprit plus léger et prendre du plaisir à constituer un dressing à son image.


Photos: Elodie Deceuninck pour Astrid Eckelmans.



Lire aussi:


 

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Nos Partenaires