https://api.mijnmagazines.be/packages/navigation/

Gen F

En rejoignant la communauté, vous recevez un accès exclusif à tous nos articles, pourrez partager votre témoignage et…
© #SHOWUS BY DOVE – GETTY IMAGES

Selon ce psychologue, une question suffirait à déterminer la compatibilité amoureuse

Manon de Meersman

Après avoir fait le tour des applications de rencontres et enchaîné de nombreux dates sans franc succès, on a parfois envie de se fixer et de ne plus jouer au chat et à la souris avec notre futur potentiel partenaire. Et si il existait une formule magique permettant de déterminer la compatibilité amoureuse avec ce dernier?


Selon le psychologue américain Robert Maurer, une question permettrait de savoir de suite si l’on est sur la même longueur d’ondes ou non que la personne en face de nous: « Pourquoi êtes-vous encore célibataire? ». Une interrogation simple, mais efficace en fonction de la réponse de notre interlocuteur!

Analyser la part de responsabilité de l’autre


Pour le psychologue, cette question détermine un indicateur fiable de la « santé future d’une relation », puisque la réponse en dit long sur la personnalité de celui ou celle en face de nous, surtout si il/elle ne se sent pas responsable de son célibat. Selon le magazine Biba, « l’expert conseille de prêter attention aux points suivants : « Quand il parle de son histoire passée, est-ce qu’il se considère responsable parce qu’il a mal choisi sa partenaire ? Ou est-ce qu’il pense ne pas avoir suffisamment de cartes en main à ce stade de sa vie ? Est-ce qu’il considère que l’échec de la relation est de sa faute ? » ».

Ce dont il faut se méfier? Si la personne ne prend pas la responsabilité de sa situation actuelle, ça risque de vite tourner en eau de boudin. En effet, selon Robert Maurer, il faut « chercher quelqu’un qui est capable de se remettre en question pour cibler le problème et trouver des solutions, rien n’est plus nécessaire pour qu’une relation fonctionne ». En revanche, excellent point pour la personne si elle sait reconnaître sa responsabilité dans la rupture. De prime abord, la question peut cependant paraître offensante. Selon Lisa Bono, consultante pour le Washington Post, « elle peut sous-entendre que quelque chose cloche chez la personne ou qu’elle ne veut pas être seule (or ce n’est pas parce qu’on va à des rendez-vous galants que l’on veut se caser) ». On pense donc à être délicat lorsqu’on pose la question et on analyse ensuite en toute discrétion la réponse de notre crush!

Source: Biba

 

Lire aussi: 

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Nos Partenaires