Gen F

En rejoignant la communauté, vous recevez un accès exclusif à tous nos articles, pourrez partager votre témoignage et…
©David M. Benett/Dave Benett/Getty Images

Que s’est-il passé entre Banksy et la marque Guess ?

Ana Michelot
Ana Michelot Journaliste

L’artiste Banksy accuse la marque Guess d’utiliser ses oeuvres sans autorisation. En réponse, il appelle ses abonnés à aller voler les vêtements du magasin qui les utilise. Aïe, ça va barder !

Si l’artiste de rue Banksy vient de faire son retour en dévoilant il y a peu de nouveaux graffitis en Ukraine, il a également fait parler de lui pour une toute autre affaire ces derniers jours. Tout commence dans une boutique londonienne de la marque Guess où celle-ci a exposé en vitrine des vêtements ornés de plusieurs œuvres célèbres de Banksy dont le « Flower Thrower ». En effet, la marque Guess présentait cette nouvelle collection comme une collaboration entre l’enseigne et l’entreprise de licence Brandalised dont le but est de créer des produits dérivés à partir de graffitis afin de les rendre accessibles aux fans. Dans un communiqué, la marque expliquait : « Utilisant des motifs emblématiques des graffitis de Banksy, cette collection combine les graffitis de l’artiste avec l’attitude GUESS. » Le directeur de la création de la marque, Paul Marciano y déclarait : « Le graffiti de Banksy a eu une influence phénoménale qui résonne dans toute la culture populaire. Cette nouvelle collection capsule avec Brandalised est une façon pour la mode de montrer sa gratitude. »

Lire aussi : Banksy dévoile une nouvelle oeuvre en Ukraine

La réaction choc de Bansky

Or l’artiste, n’ayant pas été sollicité pour cette collaboration, affirme que la marque utilise ses œuvres sans autorisation. Face à cette utilisation abusive, Bansky a réagi en postant sur Instagram une photo de la vitrine du magasin Guess avec en légende :

Attention à tous les voleurs à l’étalage. Merci d’aller à la boutique Guess de Regent Street. Puisqu’ils se sont servis de mes créations sans demander, comment pourrait-il être injuste que vous en fassiez de même avec leurs vêtements ?

Un appel à aller voler les vêtements de l’enseigne comme cette dernière aurait volé ses graffitis. Face à cette polémique sur les réseaux sociaux Guess n’a pas réagi, mais Brandalised si, l’entreprise a choisi de répondre à Banksy en republiant sur Instagram des citations de l’artiste datant de plusieurs années, qui justifieraient l’usage de ses œuvres, comme : « N’importe quelle pub graffiti dans l’espace public que vous êtes obligé de voir vous appartient. Vous pouvez le prendre, le ré-arranger et le ré-utiliser. Demander la permission reviendrait à demander à pouvoir garder un caillou qu’on vous a jeté au visage. — Banksy. »

Brandalised affirme que Banksy aurait dit il y a plusieurs années que « le copyright était pour les losers » et serait simplement « devenu plus grognon ». Des citations qui ne suffiraient pas puisque ces dernières ne parlent pas de les utiliser à des fins commerciales comme le soulignent de nombreux internautes. Certains médias ont également relayé une information attestant que le magasin en question aurait fermé ses portes après le scandale et couvert sa vitrine. Mais un vendeur du magasin Guess aurait nié cette information ce mardi 22 novembre auprès de « CBSNews » affirmant que le magasin était toujours ouvert et ne fermerait pas. Reste à voir qui aura gain de cause dans ce bras de fer qui oppose l’artiste de rue à la marque de mode. 

Lire aussi :

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Nos Partenaires