Gen F

En rejoignant la communauté, vous recevez un accès exclusif à tous nos articles, pourrez partager votre témoignage et…

Faut-il vraiment prendre des suppléments protéinés quand on fait du sport?

Justine Rossius

Il existe une idée selon laquelle la pratique d’un sport intense doit s’accompagner de poudres, de barres, de pilules, de boissons et de shakes protéinés. Mais est-ce vraiment utile? Celien Rombouts, diététicienne, nous aide à faire le point.  

« Déjà, cela dépend de la durée et de l’intensité de votre pratique sportive. Si le sport est votre hobby, la réponse est non : vous n’avez absolument pas besoin de ces choses-là.

Mais la pratique sportive va de pair avec la récupération. Et dans ce cas, il s’agit de supplémenter en protéines, non ?

Celien Rombouts: « Le sport provoque de petites déchirures dans vos muscles, et les protéines aident à la récupération de ces dommages musculaires. Il existe un apport quotidien optimal en matière de protéines. Celles et ceux qui font de l’exercice en ont besoin d’un peu plus, mais le Belge moyen ingère déjà beaucoup de protéines grâce à sa consommation de viandes et de produits laitiers. »

Donc je ne dois pas forcément manger du filet de poulet et du thon après une séance d’entraînement ?

Celien Rombouts: « Non, sauf si vous aimez ça (rires). Cependant, il peut être intéressant de surveiller votre timing : n’attendez pas trois heures pour manger, mais mangez immédiatement après votre course pour utiliser les protéines de votre repas à des fins de récupération musculaire. Mais inutile d’investir dans un shake protéiné pour cela : un morceau de viande rouge fera l’affaire. »

Peut-on vraiment manger trop de protéines ?

Celien Rombouts: « Un apport excessif en protéines pourrait aussi avoir un impact sur les reins, être excrété ou utilisé comme carburant ou être stocké sous forme de graisse. Bien sûr, ce n’est pas ce que souhaite l’athlète moyen. Les shakes protéinés peuvent être utilisés, si vous vous entraînez deux heures par jour pour un objectif de forme spécifique. Vos besoins en protéines pour la récupération musculaire sont alors plus importants, mais pour la plupart des gens, une alimentation normale, variée et saine couvre largement ces besoins. En fait, les gens trouvent ça plus cool de dire qu’ils boivent un shake plutôt qu’un chocolat chaud, alors que ce dernier est idéal pour faire le plein de protéines et de glucides après une longue course.

Dans mon cabinet, on me demande souvent ce que l’on peut faire pour brûler la graisse abdominale. On pense à tort que les suppléments protéinés peuvent y aider, mais on oublie qu’on ne peut pas choisir de brûler de la graisse d’une certaine zone du corps. C’est votre corps qui choisit ! Vous ne pouvez pas simplement décider de vous sculpter des tablettes de chocolat même si vous pouvez bien sûr faire quelques exercices d’abdos pour entraîner les muscles à cet endroit ou encore du cardio pour stimuler votre combustion de graisse de manière générale ».

Tous ces suppléments ne fonctionnent donc pas ?

Celien Rombouts: « Nous savons que certaines choses fonctionnent. La créatine, par exemple, contribue à la constitution d’une masse musculaire supplémentaire chez les athlètes de haut niveau et le jus de betterave a un effet sur la circulation sanguine dans les muscles, qui reçoivent ainsi plus d’oxygène et ont un peu plus de force et de puissance. Mais cela concernes les sportif·ve·e de haut niveau pour qui la moindre différence est importante. Les sportif·ve·s amateur·trice·s ne doivent rien prendre en supplément. L’impact d’une alimentation et hydratation correctes est beaucoup plus important que celui de la prise de compléments alimentaires. La seule chose qui peut être utile aux femmes est une prise de fer. Certaines femmes présentent des carences en fer, notamment en raison des pertes de sang pendant leurs menstruations. Cela peut avoir un impact sur vos performances sportives car vous vous sentez plus facilement fatiguée ou essoufflée. Par conséquent, faites une prise de sang une fois par an pour contrôler votre taux de fer. »

Retrouvez notre numéro spécial sport très bientôt en librairies. On y décryptera pour vous d’autres mythes concernant le sport.

Lire aussi:

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Nos Partenaires