Gen F

En rejoignant la communauté, vous recevez un accès exclusif à tous nos articles, pourrez partager votre témoignage et…
© Getty

L’eau de pluie serait-elle devenue mauvaise pour la santé ?

Ana Michelot
Ana Michelot Journaliste

Difficile à croire et pourtant…Il semblerait que la pollution généralisée de notre planète ait rendu l’eau de pluie imbuvable. Celle-ci contiendrait désormais des produits chimiques extrêmement nocifs pour la santé.

Comme nous le savons, notre planète est en proie à une crise environnementale de grande ampleur due à l’activité humaine et industrielle. La pollution s’est répandue dans l’atmosphère et touche désormais l’eau de pluie, selon une étude menée par des chercheurs de l’Université de Stockholm et de l’Université ETH de Zurich relayée par « The Independent ». Selon de nouvelles directives qui concernent la qualité de l’eau, le taux de produits chimiques présents dans l’atmosphère est si élevé que l’eau de pluie est devenue « impropre à la consommation ».

Lire aussi : Faire trop de siestes pourrait s’avérer mauvais pour la santé

Quels sont ces produits chimiques ?

Appelées les « produits chimiques éternels » ou PFAS, ces substances sont perfluoroalkyles ou polyfluoroalkyles. Elles se sont propagés sur l’ensemble du globe ces dernières années, contaminant même les régions les plus reculées et les moins peuplées comme l’Antarctique et peuvent se trouver dans l’eau de pluie, et même la neige. Si le nom de ces produits chimiques ne nous dit rien, leurs effets eux sont bien réels. Plusieurs soucis de santé et maladies sont associées à ces derniers comme l’infertilité, les complications de grossesse, les déficits immunitaires, des problèmes d’apprentissage et comportement chez les plus jeunes et également les cancers. Le professeur Cousins qui a participé à cette étude publiée le 2 août dans le journal Science & Environnemental Technology, explique : 

« Bien que dans le monde industriel, nous ne buvions pas souvent l’eau de pluie, de nombreuses personnes dans le monde s’attendent à ce qu’elle soit potable et qu’elle alimente bon nombre de nos sources d’eau potable. »

Des substances extrêmement persistantes

Le professeur ajoute : « Au cours des vingt dernières années, il y a eu une baisse étonnante des valeurs indicatives des PFAS dans l’eau potable. Par exemple, la valeur indicative de l’acide perfluorooctanoïque (PFOA), un cancérigène bien connu de la classe PFAS, a chuté de 37,5 millions de fois aux États-Unis. » Malheureusement, les dernières analyses d’eau de pluie réalisés par des spécialistes américains révèlent que la concentration de PFAS est toujours trop importante et rend l’eau impropre à la consommation.

Après avoir réalisé de nombreux travaux, les chercheurs ont fait un constat inquiétant. Bien que le principal fabricant de ces substances, 3M, ait éliminé progressivement les produits qui en contiennent depuis vingt ans, les niveaux de PFAS nocifs dans l’atmosphère ne diminuent pas. Ian Cousins commente : « Ce n’est pas étonnant, ils sont connus pour être très persistants. » Martin Scheringer, lui aussi à l’origine de l’étude, établit le bilan suivant :  « En raison de la propagation mondiale des PFAS, les milieux environnementaux partout, dépasseront les directives de qualité environnementale conçues pour protéger la santé humaine et nous ne pouvons pas faire grand-chose pour réduire la contamination par les PFAS. » Il conclut : « Il faut définir à l’échelle mondiale une limite spécifique pour les PFAS. Mais, comme nous le concluons dans l’étude, cette limite a déjà été dépassée. »

Lire aussi :

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Nos Partenaires